Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Brutu_de_Aea : Mauvaise pièce
 Publié le 15/09/15  -  7 commentaires  -  1539 caractères  -  153 lectures    Autres textes du même auteur

Bonjour ; en guise de présentation, cet exergue :

"Je n'en veux pas à ceux qui m'ont trouvé morbide,
J'ai toujours eu le don de casser les ambiances [... ]"
– Houellebecq, "Monde extérieur", Poésies


Mauvaise pièce



La chaleur est extrême ; ils marchent deux par deux
Seul un est à l'écart, les autres sont heureux
La campagne en chantant s'illumine de feu
Il est l'autre, l'impair, et il est malheureux.
Sous les arbres pendants et brûlés du village
Il passe comme passe en son corps le désir :
À l'abri des regards. Jadis plein de courage,
Pour se faire humaniste, aimer ceux qui l'outragent,
La haine entre les ponts sous le front a passé
Son cœur est de béton et sa colère empire.
Voyez un groupe uni qui baise et puis qui rit
Au clair de lune honnête : il est là, c'est l'aigri,
Tout gris dans la cambrousse où pousse le crépi
Des relations humaines. Il lutte encore : il rit,
Comme les autres. Mais sous la coupe lunaire,
La rage et puis l'ennui assombrissent son air.
Il n'est même pas moche ; aigu est son esprit,
Rien ne vient expliquer sa solitude ; il fait
"L'effort de s'intégrer", depuis longtemps, longtemps.
Mais, mauvaise pièce, il ne rentre jamais
Là où on l'attendrait ; il est la déchirure
Qu'on ne pardonne pas, il est cette brûlure ;
On ne l'accepte pas. Et à l'aube il se rend :
Le corps ceint dans les draps, son rêve est un tourment
Sa tête est dans ses bras pour qu'on ne le voie pas
Pleurer. Comme sur la face d'un lac qui ment
Tombe une pluie parfois qu'on aperçoit à peine.
Vous ne l'aimerez pas, vous qui marchez ensemble,
Un pilier droit et sûr n'aime pas ce qui tremble.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Vous dites l’histoire d’une solitude, d’une différence, d’un écart…et vous le dites bien..
Votre héros est le type même de l’introverti (à lire si pas déjà fait : 'Les types psychologiques' de CG Jung).
Ce qui est fort c’est de dépeindre la détresse et la bonne volonté impuissante de ce gars.
Pour info. Les types de Jung ne sont pas cloisonnés de façon étanche, en clair un introverti peut parfois passer dans le camp des extravertis et vice versa…il y a une dynamique. Il y a aussi de faux introvertis…ceux qui sont coincés par la timidité ou le manque de confiance et vice versa…et tout cela serait un rapport sujet/objet différent d'un type à l'autre...c'est très intéressant.
Mais sans doutes je ne vous apprends rien.
Les 2 derniers vers (mais pas que) sont très justes quant à l’accueil réservé à ces gens-là par les autres – ceux du pilier.
Le titre est bien choisi aussi.
Votre poème à le grand mérite d’évoquer de façon très juste le tragique de cette condition particulière de l’homme à l’écart.
Je suis scotché par la justesse de la présentation et la rigueur du propos !

Néanmoins, comme pour l’autre poème de vous que j’avais commenté j’ai le sentiment que vous pourriez faire mieux, mais je ne saurais vous dire comment. Peut-être en passant à la poésie en prose ou libre, ou alors en recentrant les sentiments évoqués autour de petits foyers distincts (des groupes de vers) et du coup enrichir vos images en les libérant…c’est-à-dire en leur donnant plus de visibilité, car ici la compacité de l’ensemble ne joue pas en votre faveur (côté 'lecteurs' dont certains vous trouveront peut-être un peu abscons rien que de ce fait).

À vous relire
C.

   Robot   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La structure de ce texte très compacte est d'un abord un peu rebutant. Quel importance direz - vous si le texte est bon ? C'est que la composition pour moi donne aussi le rythme et en fait une image du propos. Ceci dit, avec effort pour l'appréhender j'ai apprécié le fond de votre texte et ses propos métaphoriques.

   Vincendix   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte à aborder d'une certaine manière pour trouver la clé, après, c'est plus facile. (Opinion personnelle)
Le décor est planté, l'acteur monologue, c'est un étranger solitaire dans un environnement hostile pour lui qu'il croit paradisiaque pour les autres.

   Francis   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai aimé celui pour qui les autres sont parfois l'enfer. Il est difficile d'affirmer sa différence, de transmettre ses doutes, son refus. "Un pilier droit et sûr n'aime pas ce qui tremble". Qu'il est difficile de se comporter en humaniste quand règnent l'égoïsme, l'intolérance ou l'ignorance ! On devient taciturne mais évitons l'aigreur même si c'est parfois difficile. Réunions professionnelles ou repas de famille ont souvent été pour moi de "mauvaises pièces". Finalement je me sens assez proche de "l'impair".
Belle écriture.

   Anonyme   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte fort sur le thème de la marginalisation, dans tous ses états... d'âme, si je puis m'exprimer ainsi.

Le personnage est incompris, rejeté, sans qu'on sache vraiment pourquoi. C'est ce qui est frappant ici. Le manque de raison valable.

La colère grandit, devient rage ; l'esprit est tourmenté. Et il n'y a aucune rémission.

Un poème bien travaillé qui pousse à la réflexion...

Wall-E

   hersen   
16/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Vous ne l'aimerez pas, vous qui marchez ensemble,"

C'est le vers cinglant de ce poème qui met au jour tout le poids de la solitude de cette "mauvaise pièce". Et ce qu'elle pense de l'inutilité de réitérer des efforts déjà tentés.

Ainsi donc va perdurer cette mise à l'écart. Sans espoir.

J'aime beaucoup la façon dont vous avez mis en mots ce que justement "ceux qui marchent ensemble" veulent ignorer. "Il est cette déchirure qu'on ne pardonne pas" "on ne l'accepte pas" et comment vous décrivez que ce personnage malgré tout essaie de donner le change.

Ce texte est pathétique, dans le sens littéral du terme.

La forme au départ m'a un peu rebutée mais j'ai changé d'avis au fil de ma lecture. Je trouve que ça image parfaitement le "bloc" qu'il devient pour survivre parmi ses pairs...lui l'impair.


Merci pour cette lecture.

   Anonyme   
3/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Il faut vraiment insister pour rentrer dans votre texte, il me fait l'effet d'être un bloc de mots, que je prends de plein fouet. Votre écriture n'est pas assez aérée, elle est par instant rebutante, il faut s'accrocher. Vous nous donnez à lire un peu trop d'informations, comme dans cette phrase, "Il est l'autre, l'impair, et il est malheureux", vous insistez bien trop, laissez-nous un peu la possibilité mot après mot, de nous projeter, faites-nous une place, vous bridez notre imagination. Nous sommes capables de comprendre sans que l'on nous mâche le travail.

C'est à mon avis un écrit à retravailler, épurez ce texte, il n'en sera que meilleur, vous l'encombrez de détails insignifiants qui n'apportent strictement rien. C'est dommage d'agir ainsi qu'à le fond de cet écrit, est profond, il mérite que l'on s'y arrête. Vous avez de l'idée, cela se ressent, mais vous ne savez pas toujours vous exprimez avec conviction. Votre texte manque d'assurance.


Oniris Copyright © 2007-2020