Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Camille-Elaraki : Éloge de la passion
 Publié le 14/02/16  -  13 commentaires  -  719 caractères  -  355 lectures    Autres textes du même auteur

Éloge de la passion tente de traduire ce que l'on peut ressentir en ces rares moments, où la raison s'endort pour laisser place à la parole du corps et des sens.


Éloge de la passion



Si nos douces caresses
Restent au creux de nos mains
Tremblantes, comme un secret
Caché dans le grenier
Fermé de nos mémoires ;
Si nos mots, nos phrases,
Incompréhensibles et
Divagants nous restent
Encrés dans les recoins
Intimes de nos deux corps,
Pour enfin se retirer,
Humblement, dans nos cœurs
Battants ; si tes lèvres
Me restent fidèles
Que tes baisers enflamment
Chaque goutte de mon sang
D'un feu électrique, qui,
Après sa rapide
Traversée dans mes veines,
Vient emplir mes yeux
D'étincelles pour ne jamais
En sortir ; alors je te glisserai
Une folie, comme un simple mot
Dans notre délire fou.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
28/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Le cheminement de la tendresse, et surtout de l'amour, pour partager un élan passionnel, c'est ce que j'ai ressenti en vous lisant, et pourtant je ne suis pas tout à fait convaincue parce qu'il y manque, un petit quelque chose, juste une petite flamme qui aurait fait vaciller votre écrit dans l'émotion, et lui aurait donné plus de présence, j'ai trouvé cet éloge à la passion presque trop sage.

   papipoete   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Camille-Elaraki ; un texte " libre " ponctué, rien que pour cela, je m'y arrête et le découvre.
" Si nos douces caresses, si nos mots encrés ( et ancrés ) dans nos corps, si tes lèvres me restent fidèles, alors d'un mot de folie, je te prouverai ma passion " .
Saint Valentin, sans artifice ni cadeau étincelant, simplement une déclaration...d'Amour

   Vincendix   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C’est la St Valentin aujourd’hui, ce poème est dans le thème, c’est un point positif.

Je ne suis pas fan de poésie libre et j’estime que cette catégorie exige une forte densité d’images pour compenser la faiblesse de la forme. Ce texte qui, d’après son titre, se veut être l’éloge de la passion est un peu timide à mon goût, d’ailleurs la présence de « humblement » confirme ce ressenti. Heureusement le « feu électrique » et les « étincelles » redonnent un peu de peps.

« Encrés dans les recoins », je pense que ce serait plutôt « ancrés» ?

   Arielle   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Ne voyant pas très bien quelles raisons et quels critères vous ont amené(e) à choisir le découpage de votre texte, j'ai eu la curiosité de le remettre en prose ce qui donne ceci :

"Si nos douces caresses restent au creux de nos mains tremblantes, comme un secret caché dans le grenier fermé de nos mémoires ;
Si nos mots, nos phrases incompréhensibles et divagants nous restent encrés dans les recoins Intimes de nos deux corps, pour enfin se retirer, humblement, dans nos cœurs battants ;
si tes lèvres me restent fidèles, que tes baisers enflamment chaque goutte de mon sang d'un feu électrique, qui, après sa rapide traversée dans mes veines, vient emplir mes yeux d'étincelles pour ne jamais en sortir ;
alors je te glisserai Une folie, comme un simple mot Dans notre délire fou."

Je ne pense pas que le fait de prendre des ciseaux en allant à la ligne allège vraiment ces très longues et lourdes phrases.
Vous avez là une excellente base pour écrire un vrai poème mais tel que vous le présentez je le trouve particulièrement indigeste. Il a besoin de s'aérer en phrases plus courtes, se dégraissant de ses adjectifs et évitant les "qui" et les" que" qui pèsent des tonnes en poésie.
La chute ne m'a pas non plus convaincue, j'attendais quelque chose de plus original que cette folie dans un délire fou qui me semble plutôt redondante.
Tout cela n'est, bien entendu, que mon ressenti personnel et si je me permets de vous en faire part c'est que votre sujet m'a sincèrement interpellée.

   PIZZICATO   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé cet "éloge de la passion " un peu froid, sans la fièvre de ces moment où " la raison s'endort ". Peut être est-ce dû à certaines images un peu sophistiquées (à mon goût).

" tes baisers enflamment
Chaque goutte de mon sang
D'un feu électrique, qui,
Après sa rapide
Traversée dans mes veines,
Vient emplir mes yeux
D'étincelles pour ne jamais
En sortir " Ouf! Il faut prendre sa respiration...

   Robot   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Surpris par le découpage un peu artificiel à mon goût.
Cela dit la lecture est intéressante quoiqu'un peu plus de ferveur aurait été bienvenue.

   Ananas   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

J'aurais aimé le voir prosé votre poème... le découpage en libre me semble inutile (ne le prenez pas mal, c'est un choix que je respecte), et je pense, affaiblit la richesse des phrases longues, qui sont à mon sens mieux à exploiter en prose.

Sinon, je ne retrouve pas de sensualité à proprement parler dans vos vers, et à votre petite introduction c'est ce à quoi je m'attendais.
Un détail, subjectif certes, mais le retour (volontaire) de restent ne me plait pas trop, j'aurais aimé un autre terme.

Mais dans l'ensemble, votre poésie est agréable à l'oreille, comme une douce caresse...
Merci.

   Anonyme   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est un beau poème pour la Saint Valentin que vous nous offrez Camille.Merci! Je pense qu'en effet la phrases d'introduction et le titre ne reflètent pas le propos. On entend de la douceur, des murmures et des secrets. J'aime beaucoup; "Si nos mots....Encrés dans les recoins..." L'homophonie est bien trouvée. Peut-être une suite pour cette fois, nous évoquer "la folie" et donc la passion?

   Sofi   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle déclaration, délicate, pas si enflammée que je pensais en lisant vos mots d'introduction.

   Anonyme   
18/2/2016
Superbe! tout y est exprimé d'une façon si délicate et suggestive.
Cette poésie évoque l'Amour dans toute sa splendeur.
Cordialement et dans l'espérance d'en découvrir beaucoup d'autres de ce style.

   StayinOliv   
19/2/2016
Bonsoir,

J'ai tout simplement aimé. Mais la première partie m'a moins parlé ( ou est-ce moi qui n'ai pas tout compris ) que la deuxième.
A partir de " si tes lèvres ", le texte et limpide et je suis arrivé en bout en regrettant que ce soit fini. Alors je l'ai relu une fois, deux fois, trois fois..

C'est quelque chose que j'aurais voulu écrire, bravo !

Olivier

   Anonyme   
23/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

comme déjà relevé je trouve le découpage du texte un peu anarchique et du coup la (ma) lecture en est gênée.
Malgré les termes de passion, de délire fou, baisers qui enflamment, je n’ai pas été convaincu par la chaleur de la flamme, peut-être à cause du découpage qui casse trop le rythme de cette déclaration.

Et c’est bien possible qu’en passant le poème en prose ce serait plus réussi, mais manquerait quand même encore un peu d’incandescence. Peut-être faudrait-il lâcher vraiment la bride de ce feu.

À vous relire

   Donaldo75   
15/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Camille,

C'est un beau poème qui aurait eu plus d'impact mis sous forme de prose, sans même changer un mot. Ici, la construction hache la douceur (est-ce possible, hacher de la douceur ?) du poème mais n'apporte rien de plus à l'ensemble. C'est dommage, je trouve.

J'ai quand même bien aimé.

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2018