Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
CassandreB : Le cercle
 Publié le 29/07/16  -  9 commentaires  -  2862 caractères  -  186 lectures    Autres textes du même auteur

Lorsque la muse habite l'écritoire de l'âme sœur, lorsqu'elle monte ses gammes sur les pages du cahier d'écriture de l'être aimé…


Le cercle



Es-tu moi ?

J'ai toujours considéré que le cercle était la perfection du trait et la figure idéale.
Si l'on me demandait à quoi nous ressemblons toi et moi en un mot, le nom que je donne à notre image symbolique, je répondrais sans hésiter le cercle.
Pas de tracé noueux pour se perdre, pas d'angle mort pour être cachés l'un de l'autre, pas d'angle vif sur lequel se blesser. Pas de côté plus court pour l'un donc pas de plus long pour l'autre.

Un souffle, doucement projeté par l'un en un point,
suit la ligne et sans détour va atteindre le creux du cou de l'autre de sa chaleur.

Un cercle qui soit notre contour parfait.
Un cercle bleu parce que le bleu est la couleur du ciel, des horizons et de la mer qui vit en nous.
Un cercle sans porte parce que nous n'en avons pas besoin. Là où tu iras j'irai, là où je suis tu restes, là où le vent nous emporte, nous vieillirons ensemble.
Un cercle parce que « Pi » empêchera les autres de résoudre notre quadrature. Parce que dans la quête de vie, nous sommes tous deux soldats de l'impossible.
Un cercle parce qu'il est l'anneau sacré.

Un baiser, délicatement projeté par l'un en un point,
suit la ligne et sans détour va atteindre les lèvres de l'autre de sa suavité.

Un cercle parce qu'il est la base de dessin de la mauresque, dont le feuillage nous cache de la brûlure du soleil sur l'île.
Un cercle qui fait le tour de notre fantaisie en jouant une symphonie de Berlioz.
Un cercle pour que l'aurore soit le prélude à l'installation du disque solaire qui illumine nos jours et la vêprée l'annonce de la ronde lune témoin de nos amours.
Un cercle gravé en beauté comme celui du patin de l'artiste dans la glace, en force comme celui du lanceur de disque sur le stade, en légèreté comme celui formé par la fleur de coton à sa maturité.

Une caresse, délicieusement projetée par l'un en un point,
suit la ligne et sans détour va atteindre la peau de l'autre de sa volupté.

Un cercle pour nous abriter et nous défendre,
Un cercle pour nous enchanter,
Un cercle pour nous émerveiller.
Pour parcourir la planète et ses beautés, un cercle qui soit une bulle qui s'envolera de l'Atlas à l'Himalaya, toit du monde, du Kilimandjaro au Machu Pichu, montagne du dieu des Incas.
Pour parcourir le globe et ses féeries, un cercle qui soit un ballon flottant sur la vague, des plages de Casamance aux sables fins de Lucky Bay, des falaises de Royan cinglées par l'océan furieux jusques aux îles sur lesquelles Robinson s'est perdu.

Un cercle pour chantourner l'amour et en couvrir le sol de notre cabane.

Je suis toi ?

Alors,
la boucle est bouclée.
Autour de nous,
lignons le jonc, de liane et d'or tressés.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   MissNeko   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

J ai un peu de mal avec la poésie en prose car j y trouve plus souvent une réflexion emplie de métaphores que de la poésie.
Ce que j ai aimé dans votre texte, c est la réflexion autour de la forme géométrique idéale pour représenter l amour à deux.
Malgré quelques expressions un peu convenues (Un cercle bleu parce que le bleu est la couleur du ciel, des horizons et de la mer qui vit en nous. ) l'ensemble est intéressant : une géométrie amoureuse ! Le cercle représente l éternel amour, ce n est pas nouveau (n'est-ce pas pour cela que l anneau symbolise l amour éternel lors d une union ?) mais j ai aimé cette lecture.

   Anonyme   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé cette relation du ''Toi et Moi "avec un cercle. La façon d'aborder est originale et s'éloigne des sentiers battus qui traitent de ce thème.
" Un souffle, doucement projeté par l'un en un point,
suit la ligne et sans détour va atteindre le creux du cou de l'autre de sa chaleur."

Je trouve que la répétition systématique de "cercle" alourdit un peu le texte, mais ça ne m'empêche pas de l'apprécier.

Pour l'anecdote, une de mes chansons titre : "Je suis Toi "

   Pouet   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bjr,

Je m'étonne que vous n'ayez point parlé du "cercle vertueux"...

Je vous avoue ne pas avoir adhéré à votre poème. L'écriture, à l'instar de cette phrase me semble très éloigné de la poésie:

"Si l'on me demandait à quoi nous ressemblons toi et moi en un mot, le nom que je donne à notre image symbolique, je répondrais sans hésiter le cercle."

Cela sonne pour moi comme une réflexion, un essai, pas vraiment comme une poésie.

Et puis ça part dans tous les sens, on passe de "Pi" au Kilimandjaro...

"J'irai où tu iras", merci Goldman... Pardon vous écrivez "où tu iras j'irai", nuance. Bref. Y a Barzotti sinon...

Au-delà du côté assez commun du propos, ("Je suis toi, tu es moi", oui bon ok) Et les clichés d'expression ("nous vieillirons ensemble", "le vent nous emporte", "la boucle est bouclée" "bleu est la couleur du ciel", oui sauf quand il fait nuit... l'écriture ne ma pas porté vers ce cercle, je suis resté à sa périphérie.

Désolé mais je n'ai pas aimé donc.

   hersen   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Sur la forme, je trouve la lecture de votre poème un peu lancinante avec le mot cercle qui revient tout le temps, d'autant plus qu'il est déjà expliqué par cette osmose que vous décrivez.

Sur le fond, j'ai beaucoup de mal à adhérer.
Il y a ce que j'appelle moi de la soumission. Pas de porte car où tu iras j'irai. Ce n'est pas un cercle dans lequel j'ai envie d'être, qui ne me donne aucune perspective personnelle.

Es-tu moi ? Je suis toi ? me dérange dans une relation. Et je ne crois pas à une absence d'angles vifs, pour tout dire, ça me ferait même flipper, une telle relation;

Je comprends que cette idée de cercle se veut une façon poétique de dire cette osmose avec l'autre et je ne nie pas que le repliement sur soi de deux amoureux est un moment magique, mais dans votre poème, on le comprend trop comme une façon d'être de chaque instant. Et personnellement, j'en suis bien loin...

Vous ne m'avez pas convaincue qu'un cercle soit le meilleur moyen de s'ouvrir.

Merci de cette lecture.

   Vincente   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour CassandreB,

J'ai bien aimé l'ensemble du propos et les images qui l'argumentent, jusqu'à l'épilogue qui prend une "tournure" singulière faites de fibres liées et d'une extrapolation dorée en tresse. C'est joli, mais ouvre l'émotion vers un ailleurs qui déboussole quelque peu !

Ce qui m'a gêné c'est que votre fil fait de jolis cercles, mais le déroulement narratif tourne un peu "en rond" si vous me le permettez. Je n'ai pas vu d'intention autre que de présenter un déploiement de sensations déclinant la beauté de votre couple, fictif ou réel, entre fiction et réalité. Mais dans ce délicat registre, l'ensemble est poétiquement évoqué, très agréable à lire.

   Lulu   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour CassandreB,

Je trouve l'image du cercle intéressante. Elle vous appartient et il pouvait être intéressant d'en rendre compte dans un poème. Mais je suis déçue, car votre texte tient plus de la réflexion que de la poésie, il me semble. En tout cas, je ne suis pas du tout sensible aux phrases trop explicatives, comme "J'ai toujours considéré que le cercle était la perfection du trait et la figure idéale". Je crois qu'il importe de suggérer en poésie, plutôt que d'expliquer comme on pourrait le faire dans une dissertation... Suggérer pour que le lecteur puisse se représenter ses propres images et parvenir à ses propres émotions. Ici, tout est livré sans que le lecteur puisse participer d'aucune sorte.

La fin du poème témoigne d'un travail plus épuré que j'apprécie davantage :
"Alors,
la boucle est bouclée.
Autour de nous,
lignons le jonc, de liane et d'or tressés."
Il est dommage que vous n'ayez pas procédé de la sorte pour tout votre texte.

Mon conseil : faites confiance aux lecteurs pour ce qui est de comprendre des textes qui ne sont pas trop explicatifs. Laissez le parvenir avec son propre imaginaire, à partir d'images, à votre poésie.

Cordialement.

   Anonyme   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Cassandre.

Quelle sublime preuve d'amour avec ce cercle immuable, qui entoure tout, pour être ce tout lui-même, contenant vous et tout ce que vous avez voulu décrire, à travers cette prose.
Ce martèlement du cercle ne m'a pas dérangé, car il exprime l'amour, l'amour, et encore l'amour.
Le cercle est un cycle, et tout autour de nous est cycle. Alors quand celui-ci représente quelque chose qui est aux antipodes de ce que l'on vit actuellement, alors je prends, et envierai presque celui à qui il est destiné.
C'est nous ? Ah bah merci alors.
Par contre, ne bouclez pas le cercle, cela voudrait dire que le cycle est terminé, et comme le votre a pour emblème l'amour, alors...
Il y a une façon de dire les choses, et moi j'ai bien aimé la façon dont vous l'avez dites.
Merci pour ce partage.

   Vincendix   
30/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour CassandreB
Le cercle est tout un symbole, il est multiple et votre descriptif est assez complet.
Je vous ai suivi dans ce texte et particulièrement dans l’évocation de la caresse.

C’est vrai, le cercle abrite, il est inattaquable, peut-être devient-il égocentrique, mais à deux ce n’est pas une tare, bien au contraire.

La forme n’a pas tellement ma préférence, la poésie en prose me semble paradoxale mais pour le traitement de ce sujet, c’est convenable.

   Robot   
1/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une prose agréable à lire sur un sujet on ne peut plus particulier où la poésie est bien présente. Etrange, dépaysant et beau. J'ai aimé la symbolique de la perfection tant que dure l'amour...


Oniris Copyright © 2007-2020