Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Castelmore : Ma demande
 Publié le 14/03/21  -  12 commentaires  -  650 caractères  -  175 lectures    Autres textes du même auteur

Ah ! J’aime follement vous chuchoter, Madame…


Ma demande



Voulez-vous bien ma mie me prêter votre oreille ?

Vêtue de pendants d’or, d’argent ou de diamant,
En créole ondulée ou clous de pierreries.
A-t-on jamais trouvé trésor aussi charmant
Où glisser tendrement le goût de ses envies ?

Voulez-vous bien ma mie me prêter votre oreille,

Aux lobes voluptueux, ourlets de chair tendre ?
Fidèle sentinelle au sein d’océans d’ondes,
Où des sillons ombrés sont là, prêts à surprendre
Les bruits, les sons, les mots… la musique du monde.

Voulez-vous bien ma mie me prêter votre oreille,
N’est-elle pas, dit-on, la porte de votre âme ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   inconnu1   
4/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
beau poème intelligent et musical. J'ai eu et j'ai encore un gros problème avec le 7eme vers? Comme, pour le reste, vous ne prenez pas en compte les diérèses, je pense que je dois lire
- Aux lobes voluptueux… (6 pieds, césure à l'hémistiche) … ourlets de chair tendre? Aie un vers "estro..pied". Ca ne colle pas
- Aux lobes voluptu-eux : ok bon on le lit en diérèse alors que ce n'était pas le cas pour diamant, mais maintenant la césure tombe au 7eme pied, ce n'est pas très joli, mais par contre, le vers est bien un alexandrin.

Du coup, je lis, je relis et je perds le fil.

Bien à vous

   Hananke   
6/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Un vers qui se répète et nous livre des réponses : ce poème
contemporain n'est point sans charme.
J'aime bien la description de l'oreille en question dans les 2 quatrains.
Dont les :
Fidèle sentinelle au sein d’océans d’ondes,
Les bruits, les sons, les mots ... la musique du monde.

Et le vers de fin , également.

   Cristale   
7/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ici on ne s'encombre pas avec la prosodie pourtant le thème et la forme me semblent on ne peut plus classiques...mais c'est très bien en contemporain car visiblement l'auteur a souhaité agencer ses vers et ses rimes selon sa fantaisie.

Un romantisme désuet qui me plaît bien, ma note en tient compte.

Cristale

   Donaldo75   
7/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai bien aimé ce poème même si les points d’interrogation m’ont laissé un arrière-goût d’artificiel. Le premier vers donne la tonalité de ce qui va suivre, un côté suranné que je suis probablement trop jeune pour apprécier à sa juste valeur. Juste une taquinerie. Tout ça pour dire que je n’ai pas été emporté par cette composition dont je reconnais cependant le travail d’artisan, le goût du bien fait. ET ça, c'est quand même appréciable quand on est un lecteur venu en espace lecture justement pour apprécier de la poésie travaillée avec rigueur et conscience.

Une autre fois, dans du plus décoiffant, j'espère.

   Ioledane   
14/3/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
L'idée est originale, mais pour le coup je trouve que la musicalité n'est pas pleinement au rendez-vous.
"Ma mie me", répété trois fois, heurte un peu mon oreille.
"Vêtue de pendants d'or", j'aurais plutôt dit ornée, ou parée ? Certes c'est plus original ainsi, mais pour moi l'image ne fonctionne pas vraiment, car l'oreille n'est pas couverte.
"Aux lobes voluptueux, ourlets de chair tendre" : ce vers n'est pas un alexandrin et déséquilibre l'ensemble. Et puisqu'il s'agit de l'oreille au singulier, j'aurais mis ce vers au singulier également, car j'imagine mal une oreille avec plusieurs lobes ...
"Au sein d'océans d'ondes" : je vois l'image, mais le double "d'" me paraît un peu lourd.
"Les bruits, les sons" : n'est-ce pas la même chose ? Pourquoi pas "les chants", par exemple.
Le dernier vers ne rime avec rien, c'est dommage.
Au final, un ressenti très mitigé.

   papipoete   
14/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonsoir Castelmore
" oh, tu m'écoutes ! " ou bien, avec vouvoiement " voulez-vous bien ma mie me prêter votre oreille ? "
Les deux se disent, mais j'opterai pour... la seconde qui me semble plus poétique...
Ici, ce ne sont pas les yeux qui envoient un doux message, mais une voix qui veut susurrer " tendrement le goût de ses envies " à cette oreille prêtée...
NB qu'en termes charmants ( j'entends les grognons dire : on ne parle plus comme ça ! ) ben si justement, quand les joues rosissent, que les yeux brillent, c'est ainsi qu'aux dames l'on devrait parler !
Pour l'anecdote, je revis plus de 50 après, une femme dont j'étais éperdu, mais à qui jamais je n'osai dévoiler ma flamme ; je luis dis " je me souviens qu'aux oreilles, tu portais des créoles d'or... " et elle confirma !
Bien sûr, ce charmant refrain me plaît particulièrement, ainsi que la première strophe.
Techniquement, vous optez pour la lecture en synérèse ; il est dommage que vous n'ayez pas alterné les rimes, masculine/féminine...

   ANIMAL   
14/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème plein de délicatesse. La dame sera sans doute convaincue par ce galant qui sait si bien accaparer son oreille.

J'ai aimé le subtil distinguo entre bruits et sons.
Par contre "Aux lobes voluptueux" me fait un peu tiquer au niveau sonorité, trop dure pour la douceur des vers, même si l'esprit y est. J'aurais plus vu quelque chose comme lobes langoureux ou raffinés... mais ce n'est que mon ressenti.

Mon passage préféré :
"A-t-on jamais trouvé trésor aussi charmant
Où glisser tendrement le goût de ses envies ?"

C'est en tout cas une belle façon de déclarer sa flamme.

   Zeste   
15/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Sensualité à fleur de peau d’où naissent les mots, la musique du monde, et les envies…
Enthousiasme si bel que l’on ne peut être à la lecture que captivé, ou, au chuchotis, mille fois conquise !
Un prêté pour un rendu, sûrement !

   Vincente   
15/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien
L'exergue très goûteux s'avère une excellente entrée en résonance avec ce poème attentif et confident.

L'intention d'écriture est vraiment séduisante, elle propose une voie assez originale, qui mélange (associe) le coquin et l'élégant, le physique et le spirituel. Nul doute que ce coquin là ne manque de raffinement, ni que ce charnel (incarnant l'oreille dans sa dimension physiologique) sait transcender l'objet de son entrée peut-être jusqu'à l'âme de la dame ; nul doute !

Cependant ce parcours, attrayant dans sa tentative conquérante bien que questionnante, achoppe en quatre endroits à mon sens ; et cela brouille une partie de la courte lecture de la belle ambition.
Les deux plus ténus sont des petits désagréments sonores, l'enchaînement "ondulée ou" du v3 et celui du v8, "d'océans d'ondes", disgracieux à l'oral dans cette proposition par ailleurs d'une gracieuse emprise.
Le troisième avoue une certaine redondance, "Les bruits, les sons" dont la nuance plombe la suggestion plus qu'elle ne l'argumente.
Quant à la dernière, elle est aussi la finale, et à cette situation concluante ou "extrapolante" par principe, elle paraît bien pauvre, dans l'expression, dans la convenance (par ce "dit-on" assez trivial en particulier), alors qu'elle voudrait apporter une ouverture délicate à la connotation d'amour courtois.

   Arsinor   
16/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Doux comme une mélopée, classé en contemporain mais beaucoup d'hémistiches sauf le curieux "aux lobes voluptueux". J'aurais aimé que le texte continue, par exemple avec la réponse de la demoiselle.

   Quidonc   
18/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Castelmore,

Souvent tard, jamais en avance, je ne peux qu'associer mon commentaire aux éloges laissées par vos nombreux admirateurs.
Ceci étant dit, j'aime beaucoup votre "Ma demande". Glisser un compliment dans le creux de l'oreille, chuchoter un secret, frissonner un désir, ne laisse jamais le ou la propriétaire de la dite oreille indifférent(e). Un texte léger, exquis, écrit avec grâce et volupté.
Demandé si joliment, votre amie ne pourra pas vous la refuser.
Merci pour ce partage

   BlaseSaintLuc   
20/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Mais qui donc peut mettre "un peu" à pareille déclaration ?

Plussoyer d'un petit rien votre jugement, je vous en prie !

Quant à moi, j'adore ce langage, il faut savoir parler aux femmes et l'oreille dans laquelle vous soufflez, ne peut que succomber au cajoleur que vous êtes !


Oniris Copyright © 2007-2020