Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
cervantes : Enfant, j'étais heureux
 Publié le 19/02/15  -  12 commentaires  -  1030 caractères  -  354 lectures    Autres textes du même auteur

De l'enfance à la vie d'adulte, que d'illusions perdues sauf l'espoir.


Enfant, j'étais heureux



Aux larmes du matin, aux chagrins de la nuit,
L'eau vive d'une voix chantait la certitude
Des soleils retrouvés, de l'étoile qui luit,
Les rêves apaisés de douce plénitude.

Enfant, j'étais heureux.

Je guettais au grand lit les murmures d'amour
Sans connaître le fruit mais avec la tendresse
Du chien pour le berger, de l'oiseau pour le jour,
Et la vie s'étirait de caresse en caresse.

Enfant, j'étais heureux.
J'avance, malheureux.

Aux chagrins sans matin, aux larmes de la nuit,
Une voix fatiguée de sourde lassitude
Ne dit plus les soleils, ni l'étoile qui luit.
De la vie je ne sais qu'une lâche habitude.

J'avance, malheureux.

Je connais aux grands lits les refrains de l'amour,
J'ai dévoré le fruit mais perdu la tendresse,
Chien errant, oiseau-nuit, seul. Si tu veux, un jour,
Des rêves déchirés renaîtra la promesse.

J'avance, malheureux,
J'attendrai, ce jour-là, si tu veux…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   myndie   
23/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel beau poème, bien construit et formidablement expressif !
Le petit plus, c’est ce vers posé entre chaque strophe, qui ponctue le texte et lui dicte son rythme. Cette répétition mélancolique, qui suggère la progression des états d’âme oscillant au long d’une vie entre bonheur, mal-être et espoir, consécution du temps qui passe, est une véritable mise en musique de la tristesse.
Votre poème est de ceux qu’on aime dire à voix haute, de ceux qui bercent l’oreille de leur douce mélopée.

« Que d’illusions perdues » dit l’incipit. Le thème évoqué est tellement universel qu’il pourrait en devenir lieu commun. Il n’est pourtant rien. Vous auriez pu tremper votre plume dans l’encre noire, symbole littéraire de la bile qui noie le cœur et l’âme. Au lieu de ça, vos images sont auréolées de cette tendresse et de cette lumière qui mènent à l’espoir plutôt qu’au désenchantement.
Merci pour ce partage.

   Lulu   
24/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte fort émouvant sur le temps présent à la lumière de l'enfance. Le "J'avance, malheureux" est poignant, car s'il y a l'idée d'avancer malgré tout, c'est dans le malheur relativement à une enfance qui fut heureuse.

J'aime beaucoup la structure du poème que je trouve très équilibrée.

En le lisant, j'ai pensé que l'on pourrait en faire une belle chanson. Triste, certes, mais belle.

J'aime aussi la note d'espoir qui court comme une nécessité dans les mots du narrateur. " Si tu veux, un jour, / Des rêves déchirés renaîtra la promesse." Le futur dit l'espoir. Le piège eut été de rester dans le malheur et de ne voir que ce dernier comme perspective, car il est vrai que l'on avance, et que les choses changent au fil du temps. Et si l'espoir demeure, c'est qu'une partie du malheur est déjà envolée. Le dernier vers l'assure.

Merci du partage. C'est un très beau texte.

   papipoete   
31/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
l'enfance est un vivier où l'on puise des souvenirs heureux, si nos parents riches ou pauvres, nous entouraient de tendresse.
Un mauvais passage, un chagrin s'estompaient d'une triste nuit, avec le Soleil retrouvé au matin, bercé de "douce plénitude". On ne savait de l'amour, que celui d'une mère, d'un père; celui "d'un chien pour le berger".
Mais à présent, l'amour d'amant s'est effiloché, laissant place à l'habitude, lassitude, ennui; plus aucun soleil ne brille! Même les caresses se sont enfuies, après que l'on aie tant croqué dans le fruit! Plus aucun soleil ne luit.
Pourtant malheureux, on espère encore voir "renaître la promesse des rêves déchirés"...
Comme c'est bien écrit, délicieusement illustré; le 2e quatrain me fait fondre.
Dommage que 3 vers mesurent 13 pieds (peut-être est-ce voulu), car ce texte flirtait avec la catégorie "classique"!

   Anonyme   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour cervantes,
J'aime beaucoup la construction de votre poème. La reprise des mots dans des phrases différentes ajoutent à la tristesse, la mélancolie mais où perce tout de même l'espoir.
Si les rimes en elle-mêmes ne sont pas d'une grande originalité, le narrateur sait en employer à "bon escient", je dirais.
Ainsi cette progression dans les sentiments, mais aussi dans l'âge semble se faire dans un seul décor où l'enfant grandi a su extraire l'étincelle d'espoir de ses expériences.
une belle lecture, merci.

   Francis   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle évocation de l'enfance, ce paradis perdu mais sans tomber dans les flammes de l'enfer. De la nostalgie mais l'espoir de retrouver la fraîcheur, la tendresse, la candeur de l'enfance lointaine.
On ne fait pas le chemin à l'envers mais "des rêves déchirés renaîtra la promesse". Le ou les deux vers ajoutés entre les quatrains ajoutent la musicalité au poème.

   Hananke   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Le passage dans le domaine des "grands" est chose délicate.
Le poème rend bien cette passerelle qui est un peu comme
un fil de funambule.
Quelques beaux vers, entre autres :
Je guettais au grand lit les murmures d'amour
J'ai dévoré le fruit mais perdu la tendresse

Au final, j'aime bien ce texte qui me fait retrouver
la désespérance que je porte au royaume des hommes.

Lorsqu'on est petit, on n' aspire qu'à grandir, à l'âge adulte
que retourner en enfance, curieuse contradiction.

   Anonyme   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

J'ai été profondément ému par ce texte, je dois le dire, notamment par les deux derniers vers de la dernière strophe : "Si tu veux, un jour, des rêves déchirés renaîtra la promesse."

Du coup, j'en reste sans voix.

Wall-E

   Robot   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Même si c'est un appel flagrant à l'émotion le poème est rédigé tout en nuances. l'ensemble est d'une belle écriture. C'est un texte travaillé, notamment les reprises de sujet sur la tendresse, la voix , l'étoile sont amenés sans que l'on sente la répétition.
Un texte qui reste en tête après l'avoir lu.

   Automnale   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce magnifique poème présente un reflet de miroir (puisque nous nous reconnaissons). Que ne donnerions-nous pas, en effet, pour redevenir l'enfant que nous étions ? Mais, hélas, si nous le sommes encore - car, au fin fond, change-t-on vraiment ? -, les blessures, cicatrices, chagrins apportés au fil du temps, et faisant naître la glaciale lucidité, ne nous permettent plus guère d'espérer... Peut-on se satisfaire de petits plaisirs alors que, enfant, le monde entier semblait, en quelque sorte, à notre portée ?

Les mots de la première partie de ce texte sont ceux de la douceur et du bonheur : eau vive, certitude, soleils retrouvés, rêves apaisés, tendresse, caresses... "Enfant, j'étais heureux"... Ceux de la seconde partie, en revanche, sont ceux de la navrante réalité : voix fatiguée, sourde lassitude, lâche habitude, j'ai perdu la tendresse, chien errant, seul... "J'avance, malheureux"... L'auteur, pour finir, veut se montrer optimiste : "Si tu le veux, un jour, Des rêves déchirés renaîtra la promesse... J'attendrai, ce jour-là, si tu veux"... Y croit-il vraiment ?

L'écriture fine et intelligente, le style mélodieux, font remarquablement bien passer l'émotion. N'est-ce pas, avant tout, ce qui est demandé à une poésie ? Comme c'est agréable de prendre à son compte les mots d'un - ou d'une - inconnu ! Et je connais des musiciens qui feraient de ce texte une bien jolie chanson.

Merci, Cervantès, pour ce délicieux moment.

Automnale

   Damy   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle émotion dans ce poème tout en délicatesse sur le passage inexorable vers la vieillesse. La note d'espoir finale me ravit: il n'y a pas d'âge, en effet, pour l'amour.
Merci beaucoup, cervantes.

   Anonyme   
19/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour cervantes... Un très beau cheminement des rêves de l'enfance aux réalités de l'adulte en détresse.

Si tu veux, un jour,
Des rêves déchirés renaîtra la promesse.

J'avance, malheureux,
J'attendrai, ce jour-là, si tu veux…

En souhaitant que ce jour arrive le plus vite possible et en attendant votre prochaine production... Bravo !

   Anonyme   
22/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette poésie est belle!! Mais je suis encore une enfant alors ça ne me rassure pas...


Oniris Copyright © 2007-2020