Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Damy : L'anachorète
 Publié le 18/02/15  -  12 commentaires  -  802 caractères  -  200 lectures    Autres textes du même auteur

Anthologie.


L'anachorète



Ô poète aux yeux pers
Qui déclames tes vers
Sous la tonnelle,

Parle-moi de Ronsard,
Le Maître de ton art,
En villanelle ;

Sur le bord du ruisseau
Chante-moi le rondeau,
Clément t’appelle ;

Ou du beau Du Bellay,
D’un tendre virelai
La ritournelle ;

Allongé sur le chaume,
Récite de Guillaume
Les triolets ;

Ou de Marie de France,
Avec son élégance,
L’un de ses lais ;

Par terre, où tu t’assois,
Du malheureux François
Une ballade ;

Et du Père Victor,
Dans la rue Fructidor,
La belle aubade.

Mais, pour l’amour, poète,
Étant anachorète,
Ne veux donner,
Isolé sur mon île,
La main et mon asile
Qu’au seul sonnet.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
24/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Voilà un hommage tout en simplicité qui honore des poètes pour leur art et dont les strophes célèbrent pour chacun une forme où il a excellé.
Texte sympathique et léger.

   papipoete   
28/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
voici de la poésie contemporaine (fort bien ponctuée) tissée aux fils d'or du savoir-faire des artisans scribes, écrivains, rimeurs!
Ces tercets aux rimes embrassées lumineuses, chantent si bien l'art de ces grands maîtres des mots au cours des siècles, qu'ils semblent une vitrine où s'expose, de chaque époque l'excellence aboutie!
On comprend au final la préférence de l'auteur pour écrire l'amour, pour le sonnet d'origine italienne; Roméo anachorète sur une ile vénitienne soupirant pour Juliette?
Infimes bémols; "du beau du Bellay" la sonorité me gêne
"ne veux donner" je mettrais "je ne veux donner"

   Hananke   
18/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Cette évocation de nos maîtres anciens par ce petit poème
n'est pas sans charme.
J'aime bien tous les tercets même s'il existe quelques acrobaties
pour faire tenir l'idée en si peu de mots.
Par contre l'ultime strophe me déçoit singulièrement, autant de par
sa construction que son idée : pourquoi réserver l'amour au seul sonnet et à l'anachorète ?

   Anonyme   
18/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle réflexion tout en méditation. L'anachorète ne donnera sa main que pour écrire de merveilleux sonnets, rien d'autre. Et c'est déjà une belle île en soi...

   leni   
18/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Damy
Une jolie ballade parmi les poètes dans leurs oeuvres Original et cool!!Salut cordial Leni

   Anonyme   
18/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Damy... Un passage en revue de toutes les formes poétiques d'antan qui ne manque pas de charme... Dommage que le sizain final ne soit pas à la hauteur de ce qui précède...
Pour le fond tout d’abord... Pourquoi le sonnet serait-il plus adapté à l’Amour que d‘autres tournures poétiques de cette époque ? Mais soit...
Pour la forme aussi car je pense que six vers hexasyllabiques auraient facilité la lecture...
Toujours facile de critiquer après coup mais j’ai tout de même tenté de le réécrire à ma façon, que l'auteur me pardonne !

Mais, pour l’amour, poète,
En vieil anachorète
Je ne puis que donner,
Isolé sur mon île,
Et la main et l'asile
Au merveilleux sonnet...

Nonobstant cette chute qui me chagrine un peu, l’idée est bonne et l’ensemble de qualité...
Merci Damy !

   pieralun   
18/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beaucoup de charme.

Un petit texte comme une toile née du pointillisme, le charme est impulsé par ces petits vers très courts.
Très jolies strophes 3 et 4.
Un ensemble poétique et original.

À te relire Damy

   emilia   
18/2/2015
Un charmant poème original dans sa conception et qui propose avec une certaine malice le florilège de formes fixes qui définissent la poésie classique sous une sélection contemporaine, ce qui équivaut presque à produire une forme d’oxymore, en favorisant de plus les compétences mnémotechniques chères à la pédagogie dans cette suite séquentielle de tercets de même métrique 6/6/4 nous offrant le souvenir de quelques grands maîtres dans l’art de la villanelle, le chant du rondeau, la tendre ritournelle du virelai, le récit des triolets, l’élégance du lai, en passant par la ballade et l’aubade et, pour conclure, plaçant au sommet par choix, l’exigent sonnet qui, seul, saura satisfaire le poète anachorète et son chant d’amour…

   jfmoods   
18/2/2015
L'apostrophe générale ("Ô poète", impératif : "Parle-moi", "Chante-moi", "Récite") assortie d'une connotation visionnaire de la fonction ("aux yeux pers") ouvre le champ à l'évocation d'un florilège d'auteurs de renom ayant, au fil du temps (conjonctions de coordination : "ou" x 2, "et"), porté à leur apogée différentes formes poétiques. Cependant, ce qui marque plus profondément la lecture et se présente comme la ligne de force du texte, c'est le jeu d'oppositions entre la première et la dernière strophe (généralité : "vers" / exclusivité : "au seul sonnet", adjectifs possessifs : "tes" / "mon" x 2) dont le but est de mettre en relief, à la chute, la prééminence sur toutes les autres d'une forme poétique magnifiée parce que plus exigeante (modalisation : "ne veux donner", champ lexical de la solitude : "anachorète", "asile", "isolé", abandon de la rime pure au profit du glissement doux de l'assonance : "donner", "sonnet").

Merci pour ce partage !

   Damy   
19/2/2015

   Francis   
20/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De belles rencontres dans cette rétrospective originale et bien maîtrisée ! J'ai croisé leur plume au lycée, à l'université et je pense que ces poètes ont influencé ma perception des choses et des êtres.
J'aime le sonnet et l'utilise souvent. Je ne sais pas pourquoi !

   Anonyme   
21/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir

Du beau monde chez vous ....ça sonne juste et on pourrait en faire une ritournelle
" Je serai poète, et toi poésie " de F Coppée

Il me semble que vous devez être touche à tout ,je vais essayer de m'en faire une idée en me "baladant " sur vos textes

J'ai aimé


Oniris Copyright © 2007-2018