Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Cidjy : Tri sélectif
 Publié le 13/11/15  -  16 commentaires  -  3257 caractères  -  112 lectures    Autres textes du même auteur

Un peu d'autodérision fait du bien…
"Une chanson n'est pas écrite pour être lue, mais pour être écoutée", disait Brassens.
Ce texte, "Tri sélectif", a été écrit sur la mélodie de "Les copains d'abord" du grand Georges… Alors, ne le lisez pas… fredonnez-le…


Tri sélectif



Pour me donner bonne conscience,
J’ai fait un don à la science,
J’ai décidé qu’après ma mort
J’lui offrais mon corps.
Convaincu et persuadé
D’un tel geste le bien-fondé,
Sans plus attendre j’ai accouru
Au CHRU.

Avant d’accepter mon offrande
Le carabin voulut entendre
Quelle était mon hygiène de vie
Mes manies aussi…
Si je fumais, si je buvais,
Si j’travaillais, si j’me droguais,
Si j’copulais et par hasard
M’roulais des pétards.

J’ai voulu rester rassurant
En déclarant qu’depuis un an
Je ne buvais plus de rosé
Avant d’me lever
Que je conservais mes organes
En les fumant… à la Gitane
Et ne faisais jamais l’amour
Plus d’cinq fois par jour !

J’ai rajouté, plein d’assurance,
Que j’passais ma vie en vacances,
Sans jamais sniffer d’héroïne
Ni de cocaïne…
Que j’ne buvais qu’un seul Ricard
Avant huit heures moins le quart
Et ne fumais qu’une paire de joints
Au petit matin.

Puis j’ai rempli son questionnaire
Sur le nombre de partenaires
Qui avaient partagé ma vie
Mais surtout mon lit.
Je lui ai donné ma parole
D’être guéri de mes véroles,
Débarrassé d’mes syphilis
Et d’mes chaudes-pisses…


Vers le ciel il leva les yeux
Devant un tel état des lieux,
Puis il me dit d’un air gêné
Et embarrassé :
« On n’pourra pas garder grand-chose,
Voilà ce que je vous propose »,
Et m’suggéra dubitatif
Un tri sélectif.

« Pour vos reins ayant distillé
Plusieurs hectos de beaujolais
La poubelle rouge est l’évidence
Et de circonstance.
Quant à vos bronches et vos poumons
Immaculés comme du charbon :
Jetez-les, c’est obligatoire
Dans la poubelle noire.

Votre estomac gonflé de Get
Ne vaut plus que des clopinettes
Déversez-le dans vos toilettes
Au fond d’la cuvette
Vous pourriez le déposer, certes,
À l’intérieur d’une poubelle verte
Mais sans espoir d’le recycler
Ni le valoriser.

Affaiblis par trop de pastis,
Enfumés par le cannabis,
Votre foie et vos dix neurones :
Dans la poubelle jaune…
Seuls seraient réutilisables,
Pour en sculpter des pieds de table
Ou un pilier gallo-romain…
Les poils dans vos mains.

Une solution me paraît sage :
Envisagez le compostage
Mais, là encore, j’n’garantis pas
Un bon résultat…
Car les lombrics les plus voraces
Fuiront devant votre carcasse
Sans transformer votre vieille peau
En moindre terreau.

La science a ses limites
Et même si je donnais suite,
Tout finirait, j’en ai bien peur,
Dans l’incinérateur.
Rien n’est vraiment récupérable,
Il serait même préférable,
De déposer ces vieux débris
À la déchèterie. »


Pour me donner bonne conscience
J’voulais donner à la science
Mon corps. Elle ne l’a pas voulu.
N’en reparlons plus.
Je suis parti tout dépité
La tête basse désenchantée,
J’ai tout jeté, au pas de charge,
Dans une décharge.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
25/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir

Laissez moi rire .....je l'ai fredonné à la Brassens en perdant le la de temps en temps

Génial ce texte , plein d'humour ( ce que j'aime ), à relire pour voir si on a rien oublié , si TOUT a bien été passé au scanner !Bien que le diagnostique ne soit pas fameux ne jetez pas tout, il y a peut-être une possibilité de recycler malgré ce qui est dit !
Une petite remarque " grand choses "masculin/singulier/invariable

Merci

   bipol   
31/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La science a ses limites
Et même si je donnais suite,
Tout finirait, j’en ai bien peur,
Dans l’incinérateur.
Rien n’est vraiment récupérable,
Il serait même préférable,
De déposer ces vieux débris
A la déchèterie. »

bonjour

le moins qu'on puisse dire

c'est que votre texte est amusant

mais je le trouve un peu long

pour en faire une chanson

votre texte n'est pas sans me rappeler

cette ancienne chanson

où le chanteur passait en revue son corps

j'ai beaucoup aimé

   Pimpette   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
A la fois chanson de carabins et vers de chansonniers de la bonne époque
Rigolo...
Un peu long...tri sélectif là aussi à mon avis

   carbona   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Je ne viens quasiment jamais en poésie. Le titre m'a attirée. J'ai beaucoup aimé on ne s'ennuie pas, c'est amusant, j'ai souri pendant toute ma lecture. Je trouve que c'est bien dosé, ça n'est pas lourd car c'était un peu le risque il me semble.

Puis j'ai lu l'incipit et ai relu le texte en le fredonnant sur l'air de Brassens comme vous le préconisez et là j'adore, vraiment.

Bravo et merci !

   Francis   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oui, ça se fredonne le sourire aux lèvres ! Dans une société qui multiplie les interdits, qui culpabilise les épicuriens, qui aseptise notre petite vie, la dépouille du bon vivant n'est pas recyclable ! Peut-être figurera t-elle sur les étiquettes des vins, les paquets de cigarettes, les boites de préservatifs ou sur le pot d'échappement des Volkswagen ! La dérision (tolérée pour l'instant) est un bon remède à la morosité. Merci pour ce partage.

   PIZZICATO   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve la première partie (jusqu'à " questionnaire ") de ce texte originale et amusante.
Ensuite, ce " tri " anatomique m'a paru un peu lourd, exp :
" Votre estomac gonflé de Get
Ne vaut plus que des clopinettes
Déversez-le dans vos toilettes
Au fond d’la cuvette ", et gâche un peu le reste.

   Anonyme   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est un peu long mais c'est très drôle et bien écrit. En tant que disciple du "diktat de la santé", j'ai beaucoup aimé. Comme quoi, les deux extrêmes ont bien besoin d'auto-dérision. Merci pour ce bon moment!

   Damy   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Heureusement pour la Science qu'il en est des comme moi qui restent sobres (hips !).
Eh bien, un bon bol d'air pur matinal que cette chanson d'humeur badine qui m’imprégnera la journée. Je reviendrai y téter en cas de doute sanitaire.
J'ai moi aussi envie de donner mon corps à la science après incinération pour la culture des plantes homéopathiques.

Merci, Cidjy, pour ce grand sourire.

   funambule   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un peu long, le "format" Brassens et son débit très cadencé n'a plus cours. On peut cependant imaginer le texte sur une autre mélodie et, forcément, ça fonctionne aussi (d'où mon préambule). Pour en finir avec le "format" (et puisqu'il est cité) je n'aurais pas toujours placé les élisions/contractions aux mêmes endroits.

Sinon et pour vraiment commenter, le texte est très bien dans son humour, le rythme est bon ainsi que le ton. La mise en place ainsi que la conclusion/évolution, se tiennent, honnêtement, c'est du très bon travail. J'imagine le ton volontairement poussé... et je pense que c'est ce qu'il fallait pour la dérision.

   Robot   
13/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'humour est souvent difficile à manipuler mais je trouve que ce texte est bien réussi de ce point de vue. Il ne pèse pas et sur l'air de Brassens il se délivré aisément. J'ai passé un bon moment.

   Janam   
14/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Remarquable.
Un texte délicieux et bien "balancé".

J'ai moi-même essayé avec "Dans l'eau de la claire fontaine" et, moyennant quelques concessions, ce n'est pas mal non plus.

Cette histoire et sa conclusion me laissent à penser que l'auteur a finalement évité une dépense, car il est loin d'être gratuit de faire don de son corps à la science et ce n'est pas la solution pour éviter les frais d'une crémation. dépense - science, solution - crémation, tiens, ça rime !

Merci Cidjy !

   madawaza   
16/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour CIDJY

Vous ne parlez pas du cerveau
Qui fut nourri par ce terreau.
D'après ce que je lis,
La récolte est bell' vie !

Bravo

   in-flight   
16/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Je l'ai fredonnée dès le départ et c'est vrai que ça passe tout seul. Ça me fait rire car quand il y a un départ au travail (retraite, démission...) j'ai une collègue qui utilise cette chanson et s'amuse à la remanier pour le salarié qui s'en va.

Mon corps. Elle ne l’a pas voulu.--> j'aurais mis une virgule après "corps".

   Anonyme   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
D'une grande drôlerie qui m'a fait passer un bon moment à sa lecture, un côté décalé que j'aime retrouver au détour d'un parcours poétique, et cela n'est pas si courant.

   Anonyme   
20/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cidjy, Vous venez de m'offrir un moment de plaisir !
Une belle écriture, un humour fin.
Un rythme bien calqué sur la musique originale,
Un régal à lire, un ravissement à chanter !
Merci.

   Pouet   
22/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte à l'écriture légère pour un sujet grave.

Très agréable à lire, un bon moment.

Au plaisir de vous lire.


Oniris Copyright © 2007-2019