Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
clautard : Elle, trait pour trait
 Publié le 09/08/15  -  7 commentaires  -  698 caractères  -  206 lectures    Autres textes du même auteur

Un doux éloge à la création, se matérialisant par le dessin ou la peinture, se personnifiant par une femme suivant le fil de l'esthétique. Tout se mélange comme un artiste avec les couleurs de sa palette, comme une femme et un homme avec leurs émotions.
Fusion entre l'artiste et son œuvre.


Elle, trait pour trait



Mine de rien, elle trace sur le papier
L'ébauche délicate d'un portrait.
Au doux son ténu du crayon,
Sa main soupire et tremble d'émotion.

Main qui, à maintes reprises,
Inspire la caresse de la brise.
Virevoltante au gré de l'imagination,
Elle danse au rythme des sensations.

Présents dans l'instant, les souvenirs
Esquissent tendrement un sourire.
Murmure virtuose, l'œuvre se dévoile,
Éclatante de beauté, au sein d'une toile.

Cheveux roux, pris dans le vent du soir,
Brasier de l'âme, prémices d'espoir.
Le regard ardent attisé par l'esprit,
Rayonnante, la flamme créatrice s'épanouit.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
21/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Mine de rien, elle trace sur le papier,
L'ébauche délicate d'un portrait.
Au doux son ténu du crayon,
Sa main soupir et tremble d'émotion.

puis

Cheveux roux, pris dans le vent du soir,
Brasier de l'âme, prémices d'espoir.
Le regard ardent attisé par l'esprit,
Rayonnante, la flamme créatrice s'épanouie.

c'est une approche de la création picturale

ayant été peintre moi même

pendant de nombreuses années

je n'y retrouve rien du tout

dans l'interprétation de cette approche

mais c'est la votre

et comme c'est bien écrit

j'ai bien aimé

   margueritec   
22/7/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Si ce poème est intéressant par la thématique choisie, les correspondances entre les différents arts ("murmure virtuose", "le rythme des sensations",) provoquant une ambiguïté appréciable avec un être humain, il ressort néanmoins qu'il ne rentre pas dans la catégorie poésie libre définie par oniris cf le lien :

http://www.oniris.be/forum/reference-les-classifications-en-poesie-t12522s0.html#libre

Lire un poème rimé aux strophes régulières ne me permet pas d'être emportée par le texte.

   papipoete   
26/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je l'entend, la suis de l'ouïe, la trace de mon crayon qui mine de rien, bâtit un rondel, un sonnet, un maillet.
Votre pointe de graphite esquisse peu à peu l'ébauche d'un portrait, trait pour trait; votre main la guide au gré de votre imagination, de vos sensations. Et, se dévoilant l'oeuvre éclate de beauté; la flamme créatrice s'épanouit.
Les 2 derniers vers sont mes préférés dans ce poème libre, fort bien ponctué!
" main, qui à main/tes " aurait pu s'éviter?
Il y a 3 fautes faciles à corriger

   Robot   
26/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Même maladroit parfois, ce texte propose des métaphores créatives et il est plutôt bien imagé. J'ai apprécié de suivre cette main qui soupire, tremble, inspire, virevolte et danse. Et les souvenirs qui esquissent un sourire c'est pas mal vu. Il y a de la poésie dans ce texte sur la création artistique.

   margueritec   
9/8/2015
La catégorie a été modifiée : c'est mieux ainsi (sourire). De fait, je suis moins déconcertée par votre poème qui s'intègre mieux à la catégorie choisie maintenant.
Au plaisir d'autres lectures.

Marguerite C.

   PIZZICATO   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien
De belles images pour traduire les émotions que peut ressentir l'artiste en croquant un portrait.
" Mine de rien "... " son ténu du crayon ". Petite plaisanterie en passant ? hihi

   Anonyme   
11/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime le ressenti que transmettent les mots posés, la fébrilité du peintre au fil du déroulement de la création de ce tableau,

Mélange partagé entre douleur, et douceur, "sa main soupire et tremble d'émotion". Peu à peu, les images très réalistes nous font prendre conscience de la réalité du portrait tracé, et surtout de toute sa beauté, comme dans cette dernière strophe,

"Cheveux roux, pris dans le vent du soir,
Brasier de l'âme, prémices d'espoir.
Le regard ardent attisé par l'esprit,
Rayonnante, la flamme créatrice s'épanouit. "

J'aime aussi ce geste :

" Main qui, à maintes reprises,
Inspire la caresse de la brise.
Virevoltante au gré de l'imagination,
Elle danse au rythme des sensations. "

C'est texte plaisant, où il fait bon s'attarder, étant une amoureuse de la peinture, j'ai été touché par le retranscrit de l'émotion du peintre en pleine créativité.


Oniris Copyright © 2007-2019