Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Corto : Craque… Donne… Livre…
 Publié le 05/12/18  -  8 commentaires  -  1602 caractères  -  108 lectures    Autres textes du même auteur

Hymne pour une vie ardente.


Craque… Donne… Livre…



Craque… Donne… Livre…
N'attends pas ton lit de mort
Pour casser ta pudeur
Et jeter les morceaux
Dans l'auge des scléroses.

Pose un pied sur le sol,
Ne crains pas de trembler
Tu en as le droit.

Bien sûr tu ne sais pas
L'accueil qu'on te fera,
La fraternité ou le coup repoussoir.

Pose un pied sur le sol,
Jette un pont par devant
On attend ta chaleur.

Tant de façades inquiètes
Emmurent un bouillonnement,
Un rapide assoiffé.

DÉBOUCHONS NOS RÉTICENCES,
BRANDISSONS LES FISSURES,
LE VIN COMMUN DOIT Y COULER.

Dépêchons d'arrimer
Une première amarre
Un lien qui ne casse pas.

On fracture les atomes
Pour créer la chaleur :
Bouleverse ton noyau
Partage ton humanité.


*


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincente   
22/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé cette incantation au rythme effréné et pourtant assez court. J'ai trouvé assez adroit de signifier cette urgence de façon concise, sans se perdre dans des méandres circonstanciels. On ne se disperse pas à la lecture. Tout le poème, à part les deux premiers vers directs et sans équivoque, est porté par des images ; parlantes sans hermétisme, elles nourrissent le propos avec pertinence.
Par contre, j'ai trouvé les trois vers de la strophe en majuscules, moins forts que tous les autres (assez bruts dans leur poétique pour les deux premiers, un peu banal pour le troisième) et c'est dommage puisqu'ils se veulent un point d'orgue. Peut-être que dans le même lettrage, ils auraient été plus fondus, plus adaptés.
J'ai bien aimé que l'épilogue soit une extrapolation, pleine d'enthousiasme, en opposition à l'entame dure et crue.

   Gemini   
23/11/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Poésie-conseil sur la façon de vivre.
Dans le titre, il me semble que « livre » est un synonyme de « donne ».
Une bonne intention, mais, je trouve, quelques maladresses dans la réalisation.
Le problème c’est que parfois on est dans l’image et parfois dans le concret..
« Jeter les morceaux de ta pudeur dans l’auge des scléroses » par exemple, est très poétique, tandis « La fraternité ou le coup repoussoir » ne l’est pas.
Plus loin, je n’ai pas bien compris le passage de « tu » (de l’individuel) à « nous » (au collectif), ni le besoin de mettre une strophe entière en majuscule.
Je pense qu’il doit y avoir une raison, mais je ne la saisis pas.
Enfin, je n’ai pas trouvé très juste l’image de la fission (la fusion crée aussi de la chaleur), et je trouve le dernier vers trop évident (une personne ayant de l’humanité n’a pas besoin de ce genre de conseil). Il me semble que « Partage-toi » aurait suffi.
Dans l’ensemble, je trouve que le texte part bien, sur des mots forts et justes, et puis, peu à peu, le soufflé redescend, les images sont moins nettes. Pourquoi ce redoublement de « Pose un pied au sol » pas suivi à la suite ? On sent comme une recherche de forme qui n’a pas abouti.
Par contre, j’ai bien aimé le choix de vers courts, comme des claques qu’on assène pour réveiller les consciences.

   Provencao   
24/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"On fracture les atomes
Pour créer la chaleur:
Bouleverse ton noyau
Partage ton humanité."

J'ai beaucoup aimé cette strophe, sur cette notion d'unité, de création, et en propose un rebondissement quant â la vision "debouchons/brandissons.

Il me semble que dans cette poésie libre avec cette envie, cette idee de vie "creatrice", ce soit le "debouchons"qui emporte "Le brandissons" plutôt que "Le "brandissons" qui a des effets de "debouchons".. ..

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Eki   
26/11/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Un hymne tambour battant...

Des strophes courtes, percutantes

Cet écrit, c'est un peu comme enfoncer une porte.
Peut-être trop direct pour toi, j'y trouve cependant des images intéressantes.

Tant de façades inquiètes
Emmurent un bouillonnement,

Pose un pied sur le sol,
Jette un pont par devant

Dans l'auge des scléroses...original !

Mais je ressens aussi certaines lourdeurs à la lecture comme celles-ci :

le coup repoussoir.

DÉBOUCHONS NOS RÉTICENCES,......? je ne vois pas l'image.
BRANDISSONS LES FISSURES,...Dévoilons peut-être mieux.

Arrimer/amarre...un peu pesant !

Vous n'avez pas employé une seule fois le mot "oser"
Remplacer "Pose" par "Ose" aurait appuyé votre conseil car c'est bien de cela dont on parle ici.

Je trouve que le verbe "craquer" n'a pas vraiment sa place. Enfin, moi, ce verbe ne me parle pas.
Dommage, le poème n'a pas l'écho que j'attendais.

Ne m'en veuillez pas !

   PIZZICATO   
5/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé cette incitation à prendre la vie de front. Vivre tambour battant sans attendre la fin de l'existence.

De bonnes idées pour imager cette harangue - si je peux dire -

" Pour casser ta pudeur
Et jeter les morceaux
Dans l'auge des scléroses " riche de sens.

" La fraternité ou le coup repoussoir "...

" On fracture les atomes
Pour créer la chaleur :
Bouleverse ton noyau
Partage ton humanité." original

   papipoete   
5/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Corto
Allez, vas-y ! pose le pied, fais un pas ! Même si c'est le premier, il n'y a pas de honte ... à cela ! Tu peux nouer un fil d'Ariane ou tenir ta main à une corde pour tisser ce lien ; il n'en tient qu'à toi et à la chance ... aussi !
NB un coup de pied aux fesses, qui peut se révéler salutaire ! De n'avoir pas su oser, on peut le regretter toute la vie !

   hersen   
5/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup le thème et le rythme est là pour soutenir complètement le propos.

Mon petit bémol, mais il est très subjectif : je n'ai jamais trouvé que l'impératif à haute dose dans un poème favorise la poétique. je crois que c'est parce que c'est un mode "tranché", de l'ordre ou du conseil.

Pas sûre non plus d'être tout à fit fan de l'idée dans la dernière strophe.

Merci de cette lecture !

   Robot   
6/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte qui nous invite à oser, à affermir le pas pour avancer et vaincre les craintes et les réticences.

Ce texte déjà tout en avis impératif ne nécessitait peut être pas ce tercet 5 en majuscule, d'autant que celui-ci ne me paraît pas être le meilleur de l'ensemble et ne formule pas un résumé ou une conclusion. Aprés la série d'invitations, il s'affiche un peu trop, visuellement, comme une injonction.


Cependant j'ai apprécié le fond et beaucoup des formulations du poème, notamment la strophe introductive, le second et le dernier tercet et la conclusion cosmique.


Oniris Copyright © 2007-2018