Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Cyberalx : Beauté forcée
 Publié le 18/06/07  -  10 commentaires  -  1175 caractères  -  119 lectures    Autres textes du même auteur

La beauté ne se mange pas en salade mais finit invariablement par manger les pissenlits par la racine...


Beauté forcée



Un piercing dans la narine
Et des cheveux magnifiques
Des lentilles bleues marine
Et une taille d’anorexique

Un papillon fabriqué
Dans un cocon synthétique
Une chenille mal aimée
Sacrifiée à l’esthétique

La fille se fait vomir
Pour ressembler à Barbie
Cette fille pour qui le pire
C’est d’être n’importe qui

C’est pourtant ce qui dépasse
Qu’on voit souvent le mieux
Les fausses belles, on s’en lasse
Ça ne vit pas bien vieux

Une enveloppe dorée pour
Un cœur triste et malade
Un sourire gravé toujours
Sur un visage de parade

La fille s'en va subir
Des changements esthétiques
Cette fille pour qui vieillir
C'est un mal fatidique

De gros seins siliconés
Pour avoir un peu d’amour
C’est quand même cher payé
Pour des contes de deux jours

La beauté te tuera, fillette
C’est une loi de la nature
On ne peut être une starlette
Plus loin qu’à l’âge mûr

Les couleurs les plus vives
Drapées sur un cercueil
Ne feront pas revivre
La morte qu’il accueille.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ama   
18/6/2007
ah j'aime bien :) surtout le "fillette" qui me fait penser à Queneau ^^ C'est pas emballant mais c'est bien, et c'est mieux que le musicien. Le rythme est mieux tenu.

   roxyleen   
18/6/2007
ah oui j'm aussi, bonne description et bon fond!

   guanaco   
25/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De ce que j'ai pu lire jusqu'à présent de tes oeuvres "poétiques", je crois que celle-ci est poétiquement réaliste et poétiquement touchante.
Moi ausi j'ai bien aimé le "fillette" très paternel et très rassurant.
Et que dire de la dernière strophe, on la prend en pleine gu... !
Un de tes meilleurs poèmes en ce qui me concerne

   TITEFEE   
25/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
tellement vrai hélas... et que dire des petites Lolita que les mères fabriquent ???? tu devrais écrire sur cela aussi...

j'ai aimé et comme j'ai aimé, je la lis

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/beauteforcee.mp3

   Absolue   
18/9/2007
J'aime bien le "cocon synthétique" et la plupart des images que tu emploies

   Bidis   
24/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tristement réaliste. Ici, j'ai trouvé le rythme dont j'ai déploré le manque dans "La complainte du porté".

   clementine   
24/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Cyberalx, tu es un peu le peintre contemporain des mots car tu sais très bien dénoncer les plaies de notre société actuelle.

   Anonyme   
18/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bah, le rythme passe bien ici.
J'aime bien.
Le propos passe correctement. C'est pas con. C'est pas faux.
Pas révolutionnaire, le thème bon, on connait, mais c'est bien.

   Anonyme   
1/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Eh bien trés bien écris ma foi =)
Le rythme est régulier et pratiquement parfait, plusieurs rimes riches, ça donne un sens particulier au rythme, la forme est bonne.
Le sujet est bien traité, de la jeunesse à la vieillesse ...
Belle réflexion sur le sujet, bravo ;-)

   Anonyme   
4/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
De la justesse d'un bout à l'autre de l'écrit, le titre conduit vers un texte révélateur sur un phénomène dangereux, qu'est l'apparence, un dictat qui conduit des jeunes filles à la catastrophe, c'est devenu un tel fléau qu'il a fallu imposer une réglementation dans le milieu de la mode, pour ne plus mettre en valeur cette maigreur excessif. Il est un âge vulnérable, où le regard des autres comptent plus que tout.

J'ai vraiment bien apprécié cet écrit dans sa totalité, poème bien mené, à aucun moment, il en est trop fait.


Oniris Copyright © 2007-2022