Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Cyberalx : Chrysalide
 Publié le 24/10/07  -  10 commentaires  -  779 caractères  -  94 lectures    Autres textes du même auteur

Une petite épitaphe à graver sur la tombe de mon adolescence.


Chrysalide



Mêler les fleurs et le sang.
Partagé, chaque jour,
Jouer ou étudier,
Savoir ou ignorer.

Quel âge maudit que celui où on mélange, où on ne sait rien,
Même si on en sait déjà trop pour faire comme si de rien n’était.
Quel âge étrange, inutile et cruel que celui-là.

Enfant le matin, devant un jouet,
Homme, la nuit lorsque les muses dénudées viennent en soupirant.
Tout près.

Et rougir !
Bégayer !
Avoir peur !

Chaque jour un peu plus,
Chaque jour un peu moins…

Pleurer sans savoir pourquoi.
Vouloir mourir en voulant vivre.
Aimer le noir, perdre l’espoir.

Puis vivre après tout.
Grandir.
Oublier.
Devenir.

Et être.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
24/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un bon spleen du mal de vivre ; du mal être et quête de sens...

On me dit souvent tes poèmes sont beau mais dénué de sens (du moins au sens logique de la sémantique)

Alors tu transformes le mal être en séquence de mots qui tendent vers une musique ou des images ou des sons du mal être et là tout près de là tu transcendes le sens ou devrais-je dire les SENS.

Aragon disait un truc aussi magnifique : "La souffrance enfante les songes Comme une ruche ses abeilles L'homme crie où son fer le ronge Et sa plaie engendre un soleil ..."

Bon je ne suis pas Aragon et toi non plus. Le problème reste entier ! Faut-il souffrir pour exprimer du soleil ?

C'est ton poème qui me fait dire tout cela !

   Twinkle   
24/10/2007
Le poème me touche beaucoup et finit sur une note très belle!

   Lariviere   
26/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
ENORMES capacités de pénétration (saligaud, va !) émotionnelle...

On sent que tu vas toujours chercher une vérité, une sincérité profonde dans tes écrits...

Ca leur donne un caractère intemporel, une force incroyable d'évocation et de sens, une dimension d'"intouchable"...

Qu'est ce que ça veut dire ? ... Que du bon..

Cela veut dire qu'on ne peut que contempler !... Et ressentir...

Sur le plan de la forme arythmétiquement parlante de ta poésie...
J'ai rien compris...

J'adore !!!

I LOVE THE DOG... I LOVE CYBERALX... Its the big moustache and the big Ecrivain of XXI ieme siècle !!!...

J'en fait un peu trop, mais je suis ému...

   Bidis   
25/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand je suis arrivée à la fin, j'ai cru que le poème commençait à peine. Alors je suis remontée à son début pour le relire...
C'est curieux ça. C'est la première fois que ça m'arrive.

   Ama   
25/10/2007
lisez-le avec de la musique espagnole lente en fond, ça donne bien ^^

   nico84   
25/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tu as réussi à surprendre Bidis ( vu la taille de son commentaire)
Moi j'ai trouvé ton poéme réussi et complet sur le fond !

Je sens que chaque mot est réfléchi, et cela donne de la matiére à réagir et a faire réagir.

Trés bon poéme :)

   Nat   
27/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai beaucoup aimé ce poème jusqu'à "avoir peur". Intime et juste. Je n'ai cependant pas trouvé la même richesse dans la seconde partie du texte et je pense qu'un adolescent "est" avec autant de vérité qu'un adulte. Cela dit, la première partie m'a touchée.

   Gaelle   
29/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Que de bons et mauvais souvenirs nous reviennent en lisant tes quelques lignes, ponctuées par ces petits mots isolés, si proche du sentiment de solitude si courant à cet âge.

   Absolue   
20/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime le fond et la fin mais je n'accroche pas trop pour la forme. Je trouve que tu emploies des mots un peu trop "familiers" (dans le sens mots de tous les jours). Mais je suppose que c'est voulu? Par contre j'aime "Homme la nuit lorsque..."

   Anonyme   
5/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je préfère "quel étrange" plutôt que "quel âge maudit", sinon tout le texte m'a beaucoup plu, il semble être ce passage obligé qui nous fait passer d'une période à une autre, et ainsi de suite, ces transformations ne sont pas toujours évidentes, chaque être les traversent comme il peut, j'ai aimé le cheminement de cet écrit, chacun peut s'y retrouver.


Oniris Copyright © 2007-2019