Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
czerny31 : La vieille
 Publié le 04/10/15  -  11 commentaires  -  1616 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur

Portrait d’une vieille.


La vieille



La vieille a ce regard des marins au long cours
Par-delà l’horizon aux brumes de velours
Blanchi par les embruns par les feux de l’aurore
Charmé par l’Astre d’or qui pointe par tribord.

La vieille a ce sourire de ce jour de frairie
Entends-tu ce refrain ? Tournent, tournent soieries !
Tourbillon d’arc-en-ciel, transe de carrousel
Ivresse des moissons, saveur de mirabelle.

La vieille a cette ride qui burine sa face
Cicatrice d’angoisse ou esquisse d’audace ?
Elle grime le sang pour parer de vermeil
La fleur dont le parfum bénira son sommeil.

La vieille a cette main blanche veinée d’azur
Des étreintes passées elle garde brûlure
Quand portant jusqu’aux lèvres une tasse de thé
Câline la faïence tel un amant désuet.

La vieille a ce reflet d’un visage poudré
Troublé d’ici revoir l’image du camée
Offert par ce galant qui croise son chemin
Illumine la nuit et s’enfuit au matin.

La vieille a ces instants qui singent le trépas
C’est là qu’elle rejoint, ne vous y trompez pas
En un conciliabule, parents amis compères
Qui jadis sont partis conquérir les éthers.

La vieille s’assoupit en oubliant son corps
L’âme bercée de luth ou de douce pandore
Et valse, valse encor quelques pas en rêvant
À la chaleur du vent au baiser de l’enfant.

Puis la vieille s’éteint et déserte ses peurs
Sous le regard ballot des sots et des docteurs
Savants de destinées, de formules morbides
Alors que le nigaud n’y voit que chrysalide.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mauron   
9/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un rythme bien balancé. On ne croit pas vraiment à ce que dit le poème, cette "vieille", elle est vue un peu de l'extérieur, mais ça ne fait rien, c'est agréable comme une chanson. Pour la justesse du rythme: "ce sourire en ce jour" plutôt que "de". Je ne vois pas trop ce que vient faire ici "l'audace" si ce n'est pour la rime avec "face". Ce mot est faible. Peut-être joue rimant avec moue, ça irait mieux. "La vieille a cette rid' qui burine sa joue
Cicatrice d’amour ou esquisse de moue" (mais libre à vous de chercher mieux)... Texte charmant et bien senti.

   Anonyme   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Les quatre premiers vers annoncent déjà une tonalité harmonieuse. Ce sont quatre vers que j'ai relus plusieurs fois, pour le plaisir. Ampleur, fluidité. A n'en pas douter, ça a de l'allure.
Le reste du poème ne me déçoit pas. Je ne sais que relever. Tout m'a plu : le vocabulaire, délicat et parfois délicieusement suranné, l'évocation de toute une vie, du galant à l'enfant...
Je note de la tristesse et de l'amertume dans les quatre derniers vers, qui contrastent avec la douceur de l'ensemble.

(Je viens de relire le poème. Aïe ! La répétition de "par" au début !)
Le fait que chaque paragraphe commence par les mêmes mots : La vieille, ne m'a pas dérangée. J'ai cru entendre Brel qui martèle souvent ainsi.

Pour terminer sur une note positive, je retiens ces quatre vers qui m'ont enchantée :

"La vieille s’assoupit en oubliant son corps
L’âme bercée de luth ou de douce pandore
Et valse, valse encor quelques pas en rêvant
A la chaleur du vent au baiser de l’enfant."

   Robot   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ce texte est remarquable. La description introduite par chaque anaphore est précise. Une observation bien rendue. Un bémol pour le dernier quatrain que je n'aime pas et qui pourrait être supprimé. J'aurais plutôt vu la conclusion de ce beau texte sur le superbe avant dernier quatrain. Le moins pour cette raison.

   ameliamo   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette poésie m’a émue. Elle a réussi de surprendre une réalité spécifique à une telle catégorie des personnes dans toute sa profondeur, dans toute sa complexité. Quelle musique et belle image comprennent ces vers
La vieille s’assoupit en oubliant son corps
L’âme bercée de luth ou de douce pandore
Et valse, valse encor quelques pas en rêvant
A la chaleur du vent au baiser de l’enfant.
J’aime ce poème écrit avec beaucoup de sensibilité.

   Pussicat   
4/10/2015
J'ai chanté votre texte, à haute voix, parce que la musique est venue (presque) naturellement, le rythme est pour beaucoup dans cette valse anaphorique... parce qu'il s'agit bien d'une valse (à 12 ou 13 pieds, je me fiche de la règle quand cela est bien balancé), qu'aurait pu chanter Leprest ou Aznavour.

Très beau texte où les rimes masculines et féminines se font la cour pour un accord parfait, une belle harmonie.
A chanter encor et encor...

Personnellement, j'aurais mis fin à cette belle danse après :
"La vieille s’assoupit en oubliant son corps...
À la chaleur du vent au baiser de l’enfant."
parce que la boucle est bouclée, de la vieille à l'enfant.

Le dernier quatrain est inutile, à mon avis, et de moins bonne qualité.

Mais chantons encor et encor "La vieille" et son "regard des marins au long cours..."
J'aime !

   Anonyme   
4/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le ton est juste, les mots dessinent une douce nostalgie qui "s'éteint" paisiblement à la dernière strophe. La répétition du mot "vieille" au début de chacune d'entre elles est conforme aux propos et à la structure du poème.

Un beau tableau sur le temps qui passe et ses effets - parfois trompeurs - sur notre nature.

Bien à vous,

Wall-E

   Vincendix   
24/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien
La vieille, c'est plutôt péjoratif à notre époque, mais ici, étant donné la description, comment la nommer autrement ?
Une longue litanie où je trouve des vers de qualité et d'autres qui me semblent maladroits, je cite, entre autres ... elle grime le sang pour parer de vermeil...

   CassandreB   
4/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Lorsque l'enveloppe s'apprête à quitter la piste où elle a tant valsé, que devient l'âme qu'elle contenait? Je veux croire qu'elle trouve une éternité cosmique et le texte confirme ma pensée.
Elle est attachante cette vieille, vieille, vieille, j’adore les anaphores que Brassens a si bien chantées, les vraies comme les fausses. Ce texte est parfait quant à sa forme. Je sais la raison qui a poussé le poète à la rédaction de la dernière strophe et je rejoins plusieurs commentaires ici posés, j’aurais tout autant aimé le texte sans ses quatre derniers vers mais je respecte le propos de l’écrivain.

Je veux être et rester nigaude pour continuer à voir des chrysalides et surtout ne pas entrer en connaissance, tueuse de poésie, d'humilité et des richesses de l'innocence.

Ce texte est tout du long une danse qui essaie de décrypter ce qu’ont été les années de la vieille, son passé, ses souvenirs. Je sais les plaisirs de Czerny31 à retrouver l’histoire du passé pour qu’il perdure.

Ce texte est beau. Il sort des habituels combats que livre l’auteur pour un monde meilleur mais il n’en est que plus attachant. S’arrêter un instant de guerroyer pour un instant de tendresse, de tristesse, de nostalgie. Mais chassez le naturel et il revient au galop pour quatre vers qui règlent son compte à la faculté. Ahahaha !!!

   Francis   
5/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ici, la vie est une valse , un livre, un voyage. Les yeux, les rides, une main blanche veinée d'azur, un camée en racontent l'histoire. Chaque strophe se murmure comme une page, comme un tourbillon jusqu'à ce que l'orchestre s'arrête. Cette vieille m'a ému ! Merci.

   papipoete   
5/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour czerny; la vieille a, ce regard des marins, ce sourire, cette ride, cette main blanche, le souvenir d'un visage poudré; la vieille n' a plus, qui regarder, à qui sourire, à qui se confier.
Elle ne peut que rêver, et parler aux esprits de ses chers qui ne sont plus.
La vieille s'avance sur le parquet ciré, et valse à l'endroit, à l'envers lorsque Morphée dans ses bras l'enlace pour un instant.
Touchant et dépeint de main de maître, que ce tableau d'une femme, " qu'un camée offert par un galant croisant son chemin trouble encore " bien des lustres plus tard.
le 5e quatrain est mon préféré, et je ne lis que les yeux mi-clos le dernier, qui ternit votre délicat ouvrage.

   Anonyme   
5/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir

Brel a bien chanté les vieux ....alors pourquoi pas un poème sur la vieille ( c'est vrai qu'au départ le titre m'a fait tiqué ) mais bien vite j'ai été sous le charme de ce portrait Vrai et émouvant

"La vieille a ce regard des marins au long cours"
Et plus on avance dans la lecture , plus on avance dans la vieillesse, et sur la ligne du non retour ...c'est un cheminement qui se fait au fur et à mesure de vos mots!

bravo et merci


Oniris Copyright © 2007-2019