Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Arabesque
 Publié le 02/04/08  -  8 commentaires  -  856 caractères  -  191 lectures    Autres textes du même auteur

... une danse des formes...


Arabesque



C'est un joli dessin, une danse des formes
Et un meilleur moyen, malgré une autre norme
De relier deux points : je suis une triste droite
Aux relents cartésiens, à l'aune maladroite.

Jamais aucun visage ne sera aussi beau,
Que cet étrange voyage, un dessin sur ta peau
Si les charmes des courbes, comme ceux d'une spirale
Rendent honnête ou bien fourbe, ce n’est pas un miracle

Juste un chemin parmi l'ombre et puis la lumière
L'aveu et le déni n'y ont plus de frontières
Ces images non-peintes, où des mots non-écrits
Ont révélé l'empreinte et trahi un oubli.

J'ai glissé comme une pomme, titubé de le vivre
Perdu l'âme et le somme à ne plus être libre,
Et c'est plus que les yeux qui brûlèrent ce jour-là
Il est sombre et radieux ce souvenir de toi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
2/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui, celui-là j'aime bien. La première strophe est
très réussie, la dernière aussi.
Une belle idée traduite de manière originale.
Tout n'est pas parfait, mais l'essentiel y est.

   Anonyme   
2/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour David..
Sur la forme, la rime à l'hémistiche est un exercice difficile et tu t'y emploies plus pas mal. De plus, la syllabe à la césure de l'alexandrin doit en principe être prononcée si elle n'est pas muette comme dans un certain nombre de vers ici: ce qui modifie sensiblement le rythme de lecture, soit le brise, soit le rend décallé (un peu comme en musique)
Sur le fond, on suit avec plaisir la courbe de ce souvenir d'un visage Âmi...

   clementine   
2/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup et le fond et la forme.
C'est le troisième quatrain qui a ma préférence, mais le tout a une jolie musique..

   Moon   
2/4/2008
agréable voyage ainsi qu'une douce musique charnelle se dégage des mots, malgré une seconde strophe moyenne.
merci!

   Anonyme   
3/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le non respect de la métrique dans au moins 5, sinon 6 vers est pour moi un gros péché mortel. Je t’accorde toutefois une indulgence:

Pour le fond, d’une part, que je trouve intéressant,
Pour la beauté de plusieurs vers de ce poème,
Et puis, à la lecture orale, j’aurais tendance à ne pas prononcer certaines syllabes qui en principe ne devraient pas être muettes si on devait rester stricte.

   BGDE   
3/4/2008
Il y a dans ce joli poème des passages très beaux.

   marogne   
4/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A lire en écoutant le même titre de Debussy....

De belles courbes certainement, des élans à partager, un souvenir tendre, une musique lassive. Arabesque des corps.

   mimich   
5/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Pas mal du tout, encourageant pour l'auteur.
Ah oui! la métrique de l'alexandrain, le problème du"e" instable(muet ou pas!) C'est vrai, quand on respecte les 4 temps de l'alexandrain, les vers glissent en harmonie et l'oreille est satisfaite mais si on cultive le genre on trouve des solutions.
Les lignes d'un nu féminin nous séduiront toujours.Un beau modèle qui pose! Actuellement, les peintres ont presque abandonné le genre... spécialité trop difficile sans doute qui exige une parfaite maîtrise de l'arabesque
Je retiens dans les images:une danse des formes...les charmes des courbes un chemin d'ombre et de lumière...l'idée que l'arabesque est belle(comme les chemins de l'école buissonnière où l'on s'attarde et que la ligne droite est triste ( un peu comme une autoroute, on n'a pas envie d'y séjourner mais d'en sortir!)


Oniris Copyright © 2007-2018