Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Argentique
 Publié le 08/08/09  -  17 commentaires  -  719 caractères  -  230 lectures    Autres textes du même auteur

Développement.


Argentique



Souvenir sous-marin s’immergeant dans le noir,
Aux bleus reflets d’argent, qui s’effacent au loin
D’un dernier clignement d’une lampe témoin,
Que l’œil aura traqué, jusqu’à ne plus le voir.

Alors, je regardais ce semblant de miroir :
Un bain révélateur, un temps de mise au point ;
Le papier se moira, la photo néanmoins
Prit le temps d’apparaître et tomba comme un soir.

Assouvi, le déclic qui l’avait enclenché
Comme perdant son âme à travers ce cliché,
Reprenait pour un temps son train mélancolique.

Une mémoire vive en a gardé le pli,
Pour ouvrir et fermer les portes de l’oubli
Dans le semblable bain d’un tirage argentique.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   ristretto   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
captivante lecture
de la création - le mystère-
quel inconnu sera révelé dans ce bain amniotique ?
j'y vois ce parallèle très interessant ...

merci david

   widjet   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Voilà un texte de David qui me parle bien plus, même si je ne suis pas féru de photographie. Les mots sont bien trouvés, les images aussi (même si le "tomba" me semble trop soudain, la photo développée nait de façon plus "progressive" non?...Et puis le "semblable bain"...à prononcer c'est pas évident, "les 3 b" sans doute).

C'est fluide et il y a quelque chose de ...fantomatique dans ces lignes. Ca m'a plutot plu.

Widjet

   xuanvincent   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Comme l'a dit widjet, ce poème me parle plus que certains poèmes de l'auteur.

S'il ne me paraît donc pas parmi les plus singuliers du poète, le thème, ainsi que les images et comme souvent la recherche sur le plan du vocabulaire m'ont plu.

A l'oreille, j'ai trouvé que le poème sonnait bien, de manière assez douce.

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour David. Etonnant poème sur la photographie. Je m'y suis plongée avec délice. Texte très fluide. J'ai bien aimé. Merci.

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

J'ai rarement posté un commentaire sur tes textes car leur appréciation me semblait nécessiter des clés que tu ne délivrais généralement qu'ensuite, en forum, après avoir laissé tout le monde mariner un peu, et pour certains, se ridiculiser franchement ! lol
Du coup, à la lecture de celui-ci, je suis partagé entre l'envie d'applaudir ton effort pour rendre plus immédiate la compréhension de ton récit et une certaine pointe de déception à l'idée que tu aies pu renoncer (provisoirement je n'en doute pas) à de plus hautes ambitions pour réaliser quelque chose de plus anecdotique... Comme quoi, jamais content le garçon !
Pour en revenir au texte proprement dit, j'ai bien aimé. Mais bon, je suis toujours partant pour plonger dans un "bain" de nostalgie et je pense que je ne suis pas le seul.
J'ai bien aimé l'expression "tomba comme un soir", la douceur du "comme un soir" contrebalançant la brutalité du "tomba". En plus, le "prit le temps d'apparaître" me semble bien refléter la durée nécessaire à la fixation du cliché.
Tout comme Widjet je crois, le "semblable bain" m'a un peu écorché les lèvres.
En lisant ton récit, je revoyais les images en noir et blanc du film de Louis Malle "Ascenseur pour l'Echafaud" où l'attente de la révélation d'un cliché (dans les deux sens du terme) crée un suspense douloureux tandis que Jeanne Moreau, sublime, déambule dans les rues sur une musique de Miles Davis.
Rien que pour cette évocation, je te remercie.

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour David !
De l'argentique au numérique
Sous couvert de sonnet classique...
Si la forme ne prête pas à critique,
Je ne vois guère ici le côté poétique...

   jamesbebeart   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Voilà un texte qui me parle ! Bravo pour les images : prit le temps d'apparaître et tomba comme un soir...reprenait pour un temps son train mélancolique... J'ai été aussi très sensible aux notions de lumière et de durée qui affleurent sensiblement...
Merci pour cette lecture. Délicate musique aussi...

   brabant   
9/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Finalement c'est dans le noir qu'avec toi on trouve le plus facilement les clefs.
De très beaux vers : "...la photo...
Prit le temps d'apparaître et tomba comme un soir." Il y a du Baudelaire là-dedans !
L'"âme" dans le "cliché", quel pied de nez aux chasseurs de lieux communs !
" les portes de l'oubli" !
Du travail d'orfèvre.
"argentique" m'a fait flasher sur Asia Argento. Quelle photo tu as développée !

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Alors étrangement ça me plait. J'en ai oublié cette forme si carrée qui ne se prête à aucune liberté. Je l'ai oubliée parce qu'on me raconte la photo, parce que le joli mot : "argentique" n'est pas de trop.

La photo tomba comme un soir... L'image est jolie. Les mots ici font honneur à l'image.

   Anonyme   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Super coulant et ... Compréhensible!!! (David serait-il souffrant?...) Sans rire j'aime vraiment bien celui-ci.
Du très bon David. Bravo.

   Anonyme   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La photographie argentique retracée avec grâce et un brin de nostalgie ...
J'aime beaucoup "et tomba comme un soir", "ouvrir et fermer les portes de l'oubli" et le cliquetant 9ème vers ; j'aime moins "semblable bain".
Une agréable lecture en tout cas.

   FredericBruls   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne suis pas fanatique de photographie, mais je dois dire que ce sonnet est très bien troussé. Beaucoup d'images originales. Le premier vers est très joli. Les vers 9 et 10 sont vraiment très poétiques.

Je suis souvent agréablement surpris de voir de quel façon David traite des sujets en apparence banals pour en développer la dimension poétique, toujours avec cette pointe de surréalisme et de décalage, le tout dans le corset étroit du sonnet, ce qui est une gageure. J'ajouterai que celui-ci est à mes yeux un de tes plus intellligibles.
En tout cas bravo.

   Anonyme   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Les vers sont fluides et, bien que je ne connaisse rien à la photo,
j'ai bien aimé ton sonnet.
Petite réserve pour semblable bain, aussi.

   Anonyme   
11/8/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Sur le plan de la prosodie, l'alternance des rimes féminines/masculines n'est pas respectée (une seule rime féminine)

Le poème me parle très peu, je le trouve plutôt ennuyeux

"et tomba comme un soir"... "Assouvi, le déclic... "
Très moyen, vraiment

   David   
12/8/2009
Merci d'être passé !

Je commente le poème et ses commentaires dans ce forum-

   Melenea   
12/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Le thème est original, et surtout on arrive à s'y retrouver dans l'imaginaire de ces mots. Comme un transfert au travers de la photo,
dans l'attente du tirage.
J'y sens de la nostalgie pour tout ce voyage, perdu maintenant à l'ère de la photo numérique.

   pieralun   
17/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très original, c'est vrai que la nostalgie qui courrait dans le tirage argentique a perdu toute sa substance dans le numérique.
Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve le dernier vers très beau.


Oniris Copyright © 2007-2018