Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
ristretto : Théâtre privé
 Publié le 08/08/09  -  13 commentaires  -  707 caractères  -  185 lectures    Autres textes du même auteur

Jeu de rôles.
(offert à J C)


Théâtre privé



Ce soir recommençons le jeu de pantomime,
Sans auditoire aucun et le guichet fermé,
Créons la mise en scène au décor raffiné
Et l’artiste sera désir qui nous anime.

Maintenant soyez maître et laissons là le mime
Je remets en vos mains les fils pour me guider,
Telle marionnette attachée à aimer,
Et jusqu’au paroxysme où le plaisir s’exprime.

Au risque de rougir, je vous en fais l’aveu
De vos paumes sur moi je veux sentir le feu,
Me pâmer sous vos yeux à ce cours magistral.

Emmenez-moi plus loin, ouvrez d’autres chemins,
Épicez-moi de mots provocants et coquins,
Pour qu’en fougueux duo nous jouions le final.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Ristretto,

Je n'aime pas le "jouions" de la fin, un futur par exemple aurait éviter la suite de voyelles, un peu gourmande. Il y a aussi ce 4ème vers :

"Et l’artiste sera désir qui nous anime."

Le sens comme je le comprend, c'est : l'artiste sera le désir, et ça serait pas mal, mais le raccourcis n'est pas très heureux j'ai trouvé, il atténue la pertinence de l'ensemble en ressemblant à quelque chose de plus flou : l'artiste est désir.

Il y a un joli choix de mots avoisinant, pour le son ou le sens, avec "pantomime", "paroxysme", "plaisir", "paumes", "pâmer"... le pied certainement, ce "Théatre privé".

EDIT : Ce "jouions" présentant ces voyelles gourmandes s'est fait languir pour me livrer une clé, faut-il lire jou-ions ou joui-ons...

   xuanvincent   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le thème de ce poème m'a plu.

J'ai surtout apprécié la première strophe (pour les images), moins la dernière strophe et certains vers.

L'auteur m'a paru avoir le souci de soigner l'écriture de son poème, j'y suis sensible.

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ristretto!
D'abord pour répondre à la remarque pertinente de David sur "jouions" et sa succession de voyelles, je répondrai qu'après la conjonction "pour que", c'est le subjonctif présent qui s'impose.

J'aime beaucoup ce texte, pour sa métaphore filée, pour ses images, sa construction, son invitation à un huis-clos en un acte, et surtout le charme délicat du vouvoiement.

beau travail, l'artiste!!!!

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

j'aime bien l'idée, cet abandon dans les mains de l'autre. j'aurais préféré, mais c'est très personnel, que le silence dans le couple reste la règle d'or, que rien ne soit dit, ça aurait à mon sens donné peut-être plus d'intensité à leur duo justement.
Malgré les alexandrins qui devraient donner du corps au propos, je trouve que ça manque un peu de souffle, de sensualité...Là, je le trouve un brin scolaire, très appliqué, mais j'ai du mal à ressentir un érotisme brûlant. Il est peut-être un peu trop tôt pour moi...Quoique !
Sinon, j'aurais plutôt vu un "où" au lieu d'un "et" dans le vers 4, mais c'est anecdotique.
Bonne continuation en tout cas.

   Lulu   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
C'est vraiment très beau, plein de raffinement. Je n'ai pas envie de commenter plus, juste relire pour le plaisir.

Merci Ristretto.

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ris ! Joli sonnet... sans entorse apparente à la sacro-sainte prosodie. Quelques jolies tournures pour traiter un sujet vieux comme le monde mais, heureusement, toujours d'actualité...
Félicitations !

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Le thème est sympa, l'ambiance relativement bien plantée, mais j'ai buté sur quelques tournures maladroites 'Et l’artiste sera désir qui nous anime.''Telle marionnette attachée à aimer,
Et jusqu’au paroxysme où le plaisir s’exprime.'
'Pour qu’en fougueux duo nous jouions le final.'

Je ne sais pas, je trouve ça trop naïf-brouillon comme formulations :s

Bref, ce poème ne m'a pas transportée, même s'il y a quelques passages qui m'ont fait sourire 'Me pâmer sous vos yeux à ce cours magistral.' 'Épicez-moi de mots provocants et coquins, ' c'est mignon.

Le premier vers est accrocheur, mais la suite déçoit un peu ...

Erf. Désolée u_u

   Anonyme   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un vocabulaire choisi et évocateur pour un poème très agréable à lire. Peut-être quelques vers sont-ils moins coulants que d'autres, peut-être les règles d'un sonnet classique(alternance de rimes féminines et masculines pour les tercets) ne sont-elles pas respectées à la lettre, il n'empêche que ce sonnet reste sensuel et réussi.

   brabant   
9/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien à toi ristretto,

Délicieusement désuet, absolument sensuel. Comme tu maîtrises les mots qui conduisent les sens des préliminaires à la pâmoison finale !
Car tu offres en partage, et nous-aussi, nous jouons cette pantomine coquettement et coquinement présentée !

   ANIMAL   
8/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème délicieusement osé et suggestif.

Très agréable lecture, bien rythmée. Un joli texte.

   Melenea   
12/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup le rythme et la musicalité de cette lecture, tout comme les images, qui découvrent peu à peu la scène, comme un lever de rideau progressif.

J'aime la suggestion, la sensualité qui se dégage, le jeu dans les mots, le côté coquin...

Une belle lecture pour moi

   DominiqueBouy   
11/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J’aime beaucoup l’authenticité, elle est charnelle dans une expression impétueuse, ardente qui m’a fait oublier les petites erreurs godiches de certaines tournures.

   CharlesVerbaud   
9/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
la rime en é/er des quatrains est très mauvaise.
D'abord parce que l'on ne fait pas rimer ces deux orthographes du son é, ensuite parce qu'il n'y a pas de consonne d'appui.

Je ne comprends pas le sens du quatrième vers, peut-être parce qu'il manque un article :
Et l’artiste sera LE/UN désir qui nous anime.

Il manque aussi un article dans
Telle UNE marionnette attachée à aimer,

Les tercets ne contiennent que des rimes masculines. Les rimes vocaliques y sont pauvres.

Le thème est bien construit. Comparer les jeux du théâtre à ceux de l'amour, c'est bien trouvé.

Le poème pèche malheureusement par la forme.


Oniris Copyright © 2007-2019