Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Orpheline
 Publié le 08/06/08  -  3 commentaires  -  825 caractères  -  61 lectures    Autres textes du même auteur

C'est l'histoire d'une rime.


Orpheline



En quatre-vingt-quatorze une rime orpheline
Tarit tous les efforts à trouver l’utérine.
Une sœur à rimer, ce n’est pas suffisant
Se verrait périmée, dès le premier instant.

Elle a ce goût de mors à ces cordes vocales
Étalons ces remords à plus grandes focales.
Ses révoltes aux sons, sa patrie d’insurgée
Dont elle est singleton, se veut désaliénée.

Que peut un couple alors à ses rêves de gloire
Chez elle sera dehors à jamais son histoire.
Tu n’as pas mérité ce souffle d’agonie
D’être déshéritée, je te songe endormie.

Mais pas de réconforts ils me sont assourdis,
Pas plus que de sabords aux rêves obscurcis.

Du haut de la corniche ai-je un autre horizon.


J’aurai d’un pied de biche à faire ces liaisons.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
8/6/2008
"Chez elle sera de / hors à jamais son histoire."

Je commence par là car tu as un vers de trop au niveau de ta césure.

Sinon, je n'ai pas trop compris, mais je me réveille, je repasserai donc te lire.

   Bidis   
8/6/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai dû relire plusieurs fois avant de comprendre. Mais cela ne m'a pas du tout ennuyée.
À mon sens, c'est un poème-jeu bien tourné, très plaisant.
Subtil...

   Anonyme   
12/6/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Moi, ce ne sont pas les défauts de césure qui me gênent. Au contraire, ils m' enchantent souvent.
Ce que je ne comprends pas bien, c' est ce désir de mettre en vers une reflexion si intellectuelle ; ce qui rend le poème ma foi très rigide. On dirait presque que tu règle tes comptes avec ...au fait avec qui ?
Perso, je préfère la poésie romantique à celle ci, qui me parait très, très didactique. Le didactisme tue.
Et celà même s'il y a une rythmique certaine dans cet opus.
Pourquoi ne pas plutôt aller sur un forum pour disserter du bien-fondé de ceci ou de cela ?


Oniris Copyright © 2007-2018