Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
marogne : Soleil couchant, images (I)
 Publié le 08/06/08  -  4 commentaires  -  901 caractères  -  85 lectures    Autres textes du même auteur

Une cérémonie pour le salut, mais le soleil couchant est l'annonciateur de la fin du cinquième soleil....


Soleil couchant, images (I)



Le soleil emplit le ciel, aveuglant,
Sur les degrés coulent des flots de sang.
Les cris envahissent toute la plaine
De joie, d’attente, d’espoir, ou de haine.

Sur le froid lisse et noir de l’obsidienne
L’extase que le sacrifié fait sienne.
Le cœur palpitant dressé sur la foule
Lui donne comme un mouvement de houle.

Le visage ricanant du Chac-Mol
Contemple tous les corps jetés au sol.
Le prêtre, sous sa tunique de jaguar
Espère, pour le salut, qu’il n’est pas trop tard.

Quetzalcóatl, l’oiseau, le dieu serpent
Dispute l’offrande au soleil et au vent
Qui au loin pousse les conquistadors
Instruments de la fin de l’âge d’or.


Chitzen Itza, El palacio vu du temple des guerriers (photographie prise à l'été 1985).


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
8/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ah les incas ! Leur dernier combat a été légendaire !
Les 2 premiers quatrains sont en décasyllabes, et les suivant : pouf ! on passe du 11 au 12, pourquoi ?
Ce n'est pas le plus important, certes, j'ai tout de même aimé ce petit moment de lecture ou mexcaine ou guatémaltèque.

   mimich   
9/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Le fond historique de ces sacrifices humains des civilisations pré-colombiennes est assez bien évoqué.J'imagine mal le sacrifié en symbiose avec la foule alors qu'il sait qu'on lui arrachera le coeur. L'âge d'or pour ces peuples! je veux bien l'admettre puisque les Espagnols les détruiront. La deuxième strophe n'est pas explicite.L'ensemble est assez évocateur.Ce genre de texte nous change des sempiternelles contemplations de son nombril!
Continue dans cette voie.

   David   
25/6/2008
Bonjour Marogne,

ça reste source d'intérrogations pour moi, et ça attise ma curiosité comme "le temple du soleil" en son temps, le poême colle bien à l'image, mais je pense quand même à l'ivresse que devait provoquer ces spectacles, l'hypnose et l'odeur du sang répandu en abondance...

   Anonyme   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Un coucher de soleil sera toujours différent, ici ou ailleurs, il y a des jeux de lumière que la nature invente pour notre plus grand plaisir, l'immensité alors se colore d'une variété de couleurs enchanteresse, sous notre regard ébahi.

Votre écrit propose un descriptif assez curieux, qui cependant ne m'a pas vraiment entraîné dans ce "Soleil couchant, images", bien sûr qu'il y en a, mais elles sont bien trop loin de mon attente.

J'ai aimé les deux premières strophes, moins les deux dernières.

ce commentaire est du 1/06/2016 (correction d'une phrase)


Oniris Copyright © 2007-2020