Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Perle à rebours
 Publié le 27/03/08  -  4 commentaires  -  847 caractères  -  114 lectures    Autres textes du même auteur

T'auras, t'auras, t'auras...


Perle à rebours



Le ciel était si bleu, au-dessus des nuages
Je volais amoureux, presqu’au dernier étage
Mes mains gantées de cuir tenaient le manche adroit
Et mes yeux pouvaient luire au souvenir de toi ;

Les trous d’air étaient bleus, et j’aimais les couleurs
Ses à-coups malheureux, dont se peuplaient mes heures
Et ce gris et ce jaune ils sont si flamboyants
Réguliers, métronome à mon enterrement.

Nous n’étions que des bleus, sauf un qui était ivre
Oui mais à si nombreux, on ne pense qu’à vivre
Ce dernier paysage onirique et rebelle
Juste avant l’abordage au bateau-citadelle.

J’ai pas vu ses yeux bleus, elle était déjà belle
J’ai plongé valeureux, ma dernière gamelle
Il fallait que ça sorte à me jeter au bain
Sur ce drôle de porte-avion américain.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
27/3/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
"Le ciel était si bleu au dessus des nuages"???? Heu, tu n'as rien
trouvé de plus bateau? (je dis ça en toute sympathie entends bien)
"Nous n'étions que des bleus sauf un qui était ivre"? Les bleus ne
boivent pas, ou pire les anciens ne tiennent pas l'alcool? Le sauf
d'opposition me semble ici déplacé. Bon j'ai bien compris le jeu
de mot du titre avec Pearl Harbor, c'est ça non? Mais franchement
pas trop convaincu sur ce coup là... Sorry.

EDIT: Heu en fait c'est peut-être pas un jeu de mots, je connais
en tout et pour tout une dizaine de mots d'anglais alors si ça se trouve Harbor ça veut dire à rebours... Bref excuse mon ignorance crasseuse...

   Couette   
27/3/2008
Je n'ai pas trop compris ..mais doit-on tout saisir en poésie???
Pour les alexandrins : bravo! J'ai rarement l'occasion de lire de vraies alexandrins sur ce site! ('seul le dernier n'est pas parfait au niveau de la césure) mais les autres : chapeau!!

   Anonyme   
29/3/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je suis de l’avis de Couette, à savoir qu’il y a un beau travail au niveau des alexandrins.

Par contre sur le fond, je n’ai pas du tout accroché.

   David   
30/3/2008
Merci pour vos commentaires,

J’ai commencé à l’écrire en voulant le finir par porte-avion américain, la césure devait fourcher sur ce mot moderne en alexandrin, l’image d’un ballets aériens de kamikaze, le jeu de mots du titre me sont venus… à rebours.

Le fond je lui courre après, je reconnais ce qui m’est original et ce qui m’est utile pour mes quatre strophes, même si ça peut nuire au poème. Ce n’est pas écrit en transe mais comme un petit air qui serait en tête et que j’attraperais un peu comme je peux. C’est souvent un ensemble de poèmes qui m’en font ressortir le fond plus clairement, pour parfois en donner un plus aigu dans un texte nourris des précédents.

Pour l’anglais j’ai traduit Pearl Harbor phonétiquement, la véritable traduction pourrait être Port aux perles je crois.


Oniris Copyright © 2007-2018