Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
colette : Ventre
 Publié le 27/03/08  -  6 commentaires  -  1289 caractères  -  109 lectures    Autres textes du même auteur

Ventre douloureux
Empêcheur de vivre en rond.


Ventre



Ventre douloureux
Empêcheur de vivre en rond
Obligeant à vivre en cage
Ventre capricieux
Ventre difficile
Ventre dictateur
Ventre despote
Amours déçues
Sentiments mal reçus
Insultes
Douleurs
Repartir à zéro
Rentrer en cage
Tourner
Que faire d’autre
Tigre en cage
Ventre en cage
Ventre geôlier
Je suis un ventre
Ventre affamé sans appétit
Ventre affamé d’interdits
Ventre impossible à satisfaire
Ventre insomniaque
Ventre en guerre avec le subconscient
Ventre refusant le rêve
Ventre apeuré
Ventre crispé
Frôler, ne pas toucher
Rester proche, ne pas toucher
Attention
Interdit
Danger
Perte de l’amour
Mesurer
Prudence
Attention
Surtout faire attention
Ne pas toucher
Dix centimètres au moins
Toujours au moins dix centimètres
Ventre prudent
Ventre méfiant
Ventre se liquéfiant
Sursaut
Fuite
Courir
Retourner dans la cage
Et guetter
Guetter l’instant
Attendre la permission
Tourner dans la cage
Mais guetter
Ne rien manger
Espérer l’improbable
Du fond de la cage
Ventre en éruption
Ventre en colère.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   clementine   
27/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Même si trop de ventres, j'ai aimé le propos qui me parle très fort.
Les femmes seraient-elles les seules à avoir un ventre?...( bah, ça va Messieurs, j'ai rien dit...je sais pas , moi.)
Original et très insolite.
Je trouve que les vers courts (très) donnent de la puissance au message.
C'est juste que j'aurai repris moins souvent le mot ventre mais je comprends que tu voulais l'asséner.

   Anonyme   
27/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Non clémentine, nous aussi on a un ventre... Bon ce n'est qu'un cimetière à ailes de poulets tandoori, bud et cacahouètes mais bon...

Le mot ventre revient un peu beaucoup, c'est vrai.
La succession "ventre dictateur/ventre despote" me semble
maladroite car les deux mots sont très proches en sens.

Sinon c'est un poème fort, presque rageux, mais qui peut aussi
parler aux hommes, hé oui hé oui...

   Scrib   
29/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce n'est pas une question de ventre, mais de boulimie ...avec tout ce que cela comporte dans l'aspect des gens...
C'est presqu'un appel au secours !

J'en ai des frissons...(mais effectivement, il y a un peu trop de "ventres" dan le texte...)

   mimich   
23/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
C'est l'obsession du ventre en somme.Nous sommes tous plus ou moins des ventres puisque beaucoup de fonctions se trouvent en dessous de la ceinture! C'est le réceptacle de notre stress quotidien. Mais qui commande le ventre ?
Un thème intéressant
La forme? C'est du quasi premier jet. Une catharsis, l'écriture est un exutoire

   Olalla   
22/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je viens de lire "Résistance" et la curiosité m'a entrainée là . pour le coup, j'aime moins... trop long, trop de choses dites, pas assez de place pour moi ! et mon imaginaire !

J'aime toutefois le fond, qui résonne et déraisonne !

Je te découvre
O.

   Anonyme   
8/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte est un cri déchirant, mais quel dommage d'avoir mis trop en avant ce mot "Ventre", il prend bien trop de place, et ne laisse pas les autres mots approfondir le sens plus profond de cet écrit, eux aussi ont des choses à nous exprimer, même peut-être plus pertinentes que ce mot en lui-même. Je crois que le texte y aurait grandement gagné. Il aurait peut-être ainsi plus consistant, moins éparpillé. Il ne faut pas en faire de trop sinon cela perd un peu de sa crédibilité, cela fait surenchère.

Même si la douleur est intense, compréhensible, nul besoin de s'épandre ainsi.


Oniris Copyright © 2007-2020