Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Sosies somnambules
 Publié le 05/06/08  -  3 commentaires  -  830 caractères  -  43 lectures    Autres textes du même auteur

La distance est la trace ou le cheval de Troie.


Sosies somnambules



Retrouvé dans la foule, ombre de quelques fois,
Ce miroir il s’écroule en un élan je crois.
Rien de commun en somme ou moins qu’un fil de soie,
Du reflet jusqu’à l’homme elle dicte une autre loi.

Duel en funambule et leur épée de bois
Attend d’une virgule, hésite de guingois ;
Ils avalent l’absence et sèment aux abois,
Dans une dés-errance éprise au désarroi.

D’aimer flou marionnette est que coque de noix,
Outil dans la tempête ou la purée de poix.
Miroir à redescendre et plus rien ne déçoit,
La surface à retendre est soufflée : marre-toi

Répondra la grimace, âme rend à l'émoi :
La distance est la trace ou le cheval de Troie.
Le tain peut se dissoudre et l’ombre se dit soi,
La trame se découdre au-delà des pourquoi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
5/6/2008
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Pas accroche, mais c'est peut-être cette rime qui revient sans cesse et qui n'est pas la plus élégante, loin de là !

Ce qui est de la métrique, juste une erreur à te signaler : Le 4ème vers comporte 13 syllabes (zut car le reste est parfait !)

   David   
6/6/2008
C'est un jeu de contraintes avec des assonances horizontales et des rimes verticales, deux par deux à la césure et unique à la fin. ça apparaît mieux comme ça:

Foule - Fois
CRoule - CRois
Somme - Soie
L'homme - Loi

Et ainsi de suite...

   Bidis   
6/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'adore les consonnances et le titre est extrêmement bien choisi : comme lectrice, je me suis sentie comme une somnambule dans ce texte-brouillard auquel je n'ai absolument rien compris. Mais cette impression n'est pas désagréable...


Oniris Copyright © 2007-2018