Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
DianeSrd : Mots pour un poème
 Publié le 29/04/17  -  7 commentaires  -  1096 caractères  -  147 lectures    Autres textes du même auteur

Étendue sous l'arbre m'est venu ce poème…


Mots pour un poème



S’étendre
sous le manteau
ombragé de l’arbre
et la voilure zébrée du ciel
bras ouverts
guettant
le battement d’aile
d’un souffle inattendu

Détendre
un à un
chaque membre
jusqu’à la brisure de l’être
vers l’épicentre dermique
unissant
la profondeur de la terre
et la pesanteur du corps

Attendre
l’étiolement
des langues mortes
des discours stériles
du vacarme assourdissant
cognant
sur le tambour
vide du monde

Entendre
le bouillonnement
ou le murmure ?
des eaux profondes
de la source intérieure
ruisselant
sur les mains ensevelies
dans la matière en fusion

Tendre
résolument
vers le plus petit
point d’impact
des deux mondes
à la lisière
séparant
le visible de l’indicible

Prétendre
ne rien prétendre
cueillir délicatement
les mots
incertains du poème
filtrés
dans le charbon noir des rêves
et l’élixir bleu du printemps


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Michel64   
14/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très beau poème.

Je trouve juste dommage que vous vous soyez donné cette contrainte de mots (rimant en "endre") au début de chaque paragraphe ainsi que le nombre de vers fixe. Ce qui est un peu paradoxal pour du libre.

Ainsi j'aurais bien enlevé :

"vers l’épicentre dermique"
"des langues mortes
des discours stériles" et
"Prétendre
ne rien prétendre"

Par exemple sur le dernier paragraphe on aurait eu :

"Cueillir délicatement
les mots
incertains du poème
filtrés
dans le charbon noir des rêves
et l’élixir bleu du printemps " qui aurait suffit à mon bonheur.

Désolé de chipoter un peu sur un texte qui tel quel me plait déjà beaucoup.

Michel

   Marite   
16/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La régularité du nombre de vers dans chaque strophe m'a empêchée de percevoir ce qui est exprimé dans ce poème. Les vers libres permettent aux mots de suivre le cours des émotions, sans frein, à condition de ne pas abuser de découpages intempestifs pour respecter, artificiellement, une quelconque "forme" perçue comme étant poétique.
De belles expressions auraient méritées d'être mieux mises en valeur, en respectant inconditionnellement l'inspiration et la respiration.
- guettant le battement d'ailes
d’un souffle inattendu ...
- cognant sur le tambour vide du monde ...
- Prétendre
ne rien prétendre
cueillir délicatement
les mots incertains du poème
filtrés dans le charbon noir des rêves
et l’élixir bleu du printemps

Cette dernière strophe me plaît tout particulièrement.

   BeL13ver   
29/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ce poème, simple et beau, m'a enchanté. Il y a une vraie progression dans le récit, permise par le verbe "tendre" et ses composés qui enchantent l'oreille en introduisant chaque strophe. Ce texte évoque le silence de l'inspiration, et la tendresse (rappelé par l'usage des composés de tendre) des mots qui viennent à l'esprit. Le poète semble faire corps avec cette nature qu'il décrit comme un peintre la peint. La dernière strophe marque une rupture, avec ce participe passé qui remplace le participe présent placé à la fin du vers.

Bravo !

   costic   
29/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
beaucoup aimé l'idée d'être étendu sous un arbres et toutes les sensations qui en découlent. les images vivent et enracinent des perceptions très justes.
Un seul passage: prétendre ne rien prétendre... semble un peu artificiel à mon goût...
Pour le reste invitation alléchante à prendre le temps de s'étaler délicatement sous les frondaisons.

   papipoete   
30/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour DianeSrd,
Sous un arbre s'étendre, détendre, attendre, entendre, tendre, prétendre et écrire un poème de vers en liberté, inspirés par ces verbes que votre esprit engendre, suggère à votre plume !
NB une fois l'oeuvre créée, laissez reposer un instant et savourez l'extase procurée dans la 1ère strophe en particulier, et vagabondez au fil des phrases ! La suite de ces impressions est fort poétique, à part un infime bémol " le charbon noir des rêves " qui m'évoque davantage un cauchemar ! Un instant bien agréable sous votre arbre !

   Anonyme   
7/5/2017
 a aimé ce texte 
Pas
"Mots pour un poème", les mots sont posés bien sûr, est-ce que cela fait pour autant "un poème", alchimie complexe et mystérieuse qui crée l'émotion, la vibration des sens, du sens, ici je reste sur ma faim.

Combien ai-je lu de poème sur ce sujet, très périlleux, peut-on expliqué inexplicable et surtout pourquoi le vouloir à tout prix ...

Je suis à chaque fois déçu, et vous ne faites pas exception, mais sans doute que j'attends trop de ce genre de texte où l'on cherche à me donner un commencement d'explication.

   Provencao   
11/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Quand les moments de solitude sous l'arbre prennent cette dimension, je me sens transportée.......et vous avez trouvé à mon sens les mots contenus et contenants.
Je n'ai pas perçu le souffle inattendu.......il me faut peut-être une deuxième lecture....
Merci pour l'instant


Oniris Copyright © 2007-2020