Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Dolybela : Aux amants
 Publié le 20/03/20  -  8 commentaires  -  2362 caractères  -  89 lectures    Autres textes du même auteur

Sur le canon en ré de Pachelbel...


Aux amants



Une note sourde a glissé le long de tes cheveux jusqu'à la naissance brune de ta poitrine. Elle a roulé, languissante comme une perle tout en lenteur et mes doigts ont enroulé langoureusement la mèche mielleuse qui tombait devant ton visage blond. La note, elle, s'est perdue dans ton cœur, et a résonné infiniment. Ça a fait comme une pierre dans l'eau qui dort. Tu as soulevé tes paupières lourdes et tes yeux roux sont tombés dans les miens. Le son a duré sur cette image, point d'orgue sans fin dans ton cœur-violon, cœur-tambour, cœur-baryton. Tu m'as inventé musicien, mais je ferai de toi la musique elle-même, il suffit de ta main sur mon front, de ma tête sur tes genoux, je t'écrirai ton poème en frottant douloureusement mon souffle sur ton cœur, qui chante si bien. Et déjà mes doigts s'avancent vers tes joues, mon amante musicale, amoureuse muette, tu fais vibrer la nuit autour de nous. Les astres nous observent tressaillir à l'unisson. Tu portes déjà au creux de ton cou des trilles à faire tinter mes sourires, à donner des frissons ; et je suis sûr que ton baiser retient captive une mélopée d'outre-tombe. Berce-moi encore ma merveilleuse, fais danser la lumière sur ton corps lyrique. La note s'élève toujours, étrange ; mon cœur lui répond en un battement cabalistique. Nous allons descendre à présent, l'un contre l'autre au plus profond des âges et quand nous arriverons tout en bas du monde, du temps, au bout de la note étirée, tu ne reconnaîtras plus mon visage. Mais malgré la vie qui court, nos mains serrées l'une contre l'autre, nos bouches unies, auront gardé pour elles le son premier de notre amour. Sur tes lèvres nous saurons nous revoir, ma main dans tes cheveux, tes yeux sur mes sourires et la douceur de ton cou. Car cette note égarée dans ton cœur sous un ciel outremer fit résonner dans la nuit une promesse singulière. Nous descendrons, mais la note monte plus haut que la répétition insensée des jours, elle rejoue sans cesse l'opéra de ton corps qui ondule et la complainte composée dans mon âme en secret. Elle néglige, notre note, les hivers du néant. Délicate, elle souligne l'intensité de l'instant. Elle déploie le grand inconnu comme s'ouvrent les ailes enneigées des papillons au printemps, note géante et absolue.
Laisse à présent mon chant reposer sur ta hanche, car il est venu le temps d'aimer.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   eskisse   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comment ne pas succomber devant l'expression d'un amour qui paraît, par la magie de vos mots, rayonnant ? Comment ne pas vouloir être ces amants, cette note, ce moment ?
Par ce poème en prose empreint de sensualité et de musicalité, vous avez su exprimer ce qui prime dans nos vies avec la juste mesure. Cet amour n'est pas magnifié me semble-t-il, il n'a pas d'outrance, il est juste. Et ce, grâce au thème musical, filé de main de maître dans tout le poème.

   Queribus   
20/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Comme quoi, il n'y a pas qu'Aragon pour écrire de superbes poèmes d'amour. Le votre comporte de très belles images poétiques qui se suivent les unes les autres, le tout dans une langue parfaite avec une ponctuation bien placée. Une seule remarque, peut-être: j'aurais aimé un texte plus aéré en deux ou trois paragraphes pour pouvoir respirer quelques secondes mais, de toute façon, votre texte, tel qu'il est, est une petite merveille.

Bien à vous.

   AESpes   
20/3/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Magnifique texte au son d'amour,
La mélodie des notes douces
Me rappelle les plus beaux jours
Et la joie d'être un amant,
Passionnément..

   Pouet   
20/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bjr,

fort bien écrit ai-je trouvé.

De superbes images parsèment ce poème lyrique mais pas grandiloquent, la limite de l'emphase n'étant pas franchie à mon sens.

Il faudrait citer les trois quarts du poème je crois, mais ma préférence ira toutefois à la dernière partie du texte, à partir de "Mais malgré la vie qui court"....

La petite musique de l'amour en notes "géantes et absolues".

Bravo à vous.

   papipoete   
20/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Dolybela
Une déclaration d'amour, que rien ne pourra faire dévier ( même pas ce satané Covid ! ) et chaque mot porte l'encre sympathique, au rebord des paupières d'où un léger brouillard vient à naître.
Un poème en forme épistolaire, qu'un facteur put porter jusqu'au bout du monde, afin que sa destinataire ne se languisse pas davantage.
NB il faut encourager la forme d'écriture en " prose ", mais pour la circonstance j'aurais plus vu ce serment, décliné en tirades d'un texte libre, avec retours en début de ligne ; mais il n'en reste pas moins fort beau " sur tes lèvres nous saurons nous revoir... " un bel exemple ici !

   Corto   
20/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui et Non. Entre les deux mon cœur balance.

Ce poème recèle une multitude de pépites imagées, enchanteresses de mélodie, de sons et d'amour.
J'en garde un florilège pour des jours de disette:
"La note, elle, s'est perdue dans ton cœur, et a résonné infiniment/
je ferai de toi la musique elle-même/
mon souffle sur ton cœur, qui chante si bien/
je suis sûr que ton baiser retient captive une mélopée d'outre-tombe/
Laisse à présent mon chant reposer sur ta hanche/

Bravo à l'auteur pour ce récit.

Mais côté forme je suis fort réticent.
Même en poésie en prose il me semble qu'on peut construire un rythme, une présentation plus adaptée. Un effort pour que chaque phrase soit un élan, mette en valeur l'image proposée et ainsi faire émerger l'émotion présentée au lecteur.

C'est vraiment ce qui manque ici avec cette présentation compacte.
Je suis sûr qu'en faisant cet effort l'auteur pourrait aboutir à un poème magnifique d'amour et de musicalité.

A bientôt.

   Melusine   
20/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
De belles envolées dans ce poème qui semble, par sa présentation, ne pas reprendre son souffle.

J'ai vraiment aimé certaines parties :

"tu fais vibrer la nuit autour de nous"

"et je suis sûr que ton baiser retient captive une mélopée d'outre-tombe"

et surtout la dernière phrase superbe :

"Laisse à présent mon chant reposer sur ta hanche, car il est venu le temps d'aimer"

mais certaines formulations m'ont parues plus empruntées dans leurs constructions :

"Elle a roulé .... et mes doigts ont enroulé"
"languissante comme une perle .... langoureusement la mèche mielleuse"
"ça a fait comme une pierre ..."
"notre note"

Désolée, de faire ma capricieuse aujourd'hui !

Il ne faut pas pour autant que cela vous freine, Dolybela, dans un si bel élan.

   madawaza   
30/3/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
La note d'amour a annoncé le coeur baryton.
L'opéra ne vient pas du néant.
Un poème amoureux qui a pris plaisir à m'éveiller ce matin.
Superbe
Bravo Doly
J'ai reconnu certains mots


Oniris Copyright © 2007-2020