Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
dom1 : Groom…
 Publié le 17/09/13  -  1 commentaire  -  850 caractères  -  130 lectures    Autres textes du même auteur

Choix, décisions, actes qui créaient du mouvement, des changements…


Groom…



Une drôle de manie que d’ouvrir les portes,
Dérouler le tapis, faire sortir en cohorte
Les pensées assombries, astiquant les mensonges,
Au-devant des parvis, de l’église des songes…

Ambiances assoupies, mais qui bougent encore,
Souvenirs appauvris par de nouveaux décors,
Ouvrant une serrure sur le besoin de vie,
Friand de la luxure, qui donne des envies…

Tu as franchi le pas quand j’ai ouvert le sas,
Et tu vas sans tracas poursuivre d’autres traces,
Bloquant le tourniquet de nos frêles années,
Coincées par le loquet des rires étouffés…

Une drôle de manie que d’ouvrir les portes,
Qui soulagent la vie, qui ci-gît de la sorte
En trop nombreux non-dits, de tous ces petits linges,
Trop fades et trop salis, gisant dans leur syringe…


Dom


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
6/9/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

La ponctuation est assez irritante, elle semble placée systématiquement aux points d'intonation, sans trop d'égard pour la syntaxe des phrases. Dans cette strophe par exemple :

"Tu as franchi le pas, quand j’ai ouvert le sas,
Et tu vas sans tracas, poursuivre d'autres traces,
Bloquant le tourniquet, de nos frêles années,
Coincées par le loquet, des rires étouffés..."

Les incises sont trop nombreuses et ça devient difficile à suivre, saccadés, bien qu'il ne me semble pas que cette ponctuation soit fautive, je la trouve maladroite. Sans compter qu'il y a une rime avant chaque césure, martelant encore le découpage du poème.

La métaphore du groom n'est pas mal du tout, mais elle me semble surtout respectée au début et par la suite devient bien moins précise : Les Groom n'actionnent pas de serrure à ma connaissance, comme dans la strophe 2, ils ne se placent pas près d'un "tourniquet" comme dans le métro ou dans certains édifices publics, à la strophe 3, la 4ème ne semble pas non plus faire agir la métaphore de ce groom, ou alors de très loin.

Le poème "retombe" peu après son départ à mon goût, tout est mis au début et la suite s'enchaine avec moins de brio. Le travail sur les vers est conséquent néanmoins, bien que j'y trouve de la lourdeur, ça pourrait aussi bien donner une atmosphère pour un autre lecteur.

   Anonyme   
21/9/2013
Commentaire modéré

   dom1   
14/12/2013
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2018