Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
dom1 : La tarte aux citrons… [Sélection GL]
 Publié le 12/09/14  -  8 commentaires  -  626 caractères  -  313 lectures    Autres textes du même auteur

Parfois, se prépare un mets qui n'a plus la teneur du partage. Il solde un repas et une histoire qui s'achèvent…


La tarte aux citrons… [Sélection GL]



Elle a le goût de nous, sur le chemin du cœur,
Qu’on malaxa partout, la farine et le beurre,
Et l’acide des pleurs qui couvrent la pâleur,
Des années sans bonheur, mélangées au batteur.

Blancs et jaunes mixés, pour mieux les oublier,
La levure jetée dans le fond de l’évier,
Les rires ont étouffé dans le four des secrets
La pâte feuilletée qui ne veut plus monter.

Le long compte à rebours qui solde notre amour,
Le sucre est rendu lourd par le sel abat-jours.
Cette tarte aux citrons n’a plus le goût du don,
Elle est notre horizon, demain nous la mangeons…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arielle   
24/8/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai été attirée par le titre mais j'ai été plutôt déçue par le rendu de cette pâtisserie.
Sans compter que j'adore la tarte au citron et ne peux guère en considérer la dégustation comme un pensum, j'ai trouvé la recette un peu lourde avec ses rimes internes.

Même s'il s'agit d'un repas d'adieux je crois qu'un peu plus de légèreté n'aurait pas nuit au souvenir qu'en garderont les convives.
Un peu d'humour acide m'aurait semblé fort à propos.

   Anonyme   
26/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Joli parallèle entre pâtisserie et la fin d'un amour.
Je trouve votre poème très joli, mais je n'arrive pas à saisir l'association des images avec le désamour sur ce passage:

"Blancs et jaunes mixés, pour mieux les oublier,
La levure jetée dans le fond de l’évier,"

Je ne lis qu'une préparation d'ingrédients dans la cuisine.

Et j'ai du mal à visualiser cette image "le sel abat-jour"

Quand au reste il y a de la cohérence, je trouve qu'il y a une belle émotion, ont dit toujours qu'on prépare un repas avec amour, mais dans le cas ici la tarte au citron a un goût de tristesse.

Sur la forme ma lecture est fluide, une belle musicalité, et le chagrin enveloppe vos vers.

   myndie   
28/8/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour les psychanalystes, les deux besoins essentiels chez l'homme sont la faim et l'amour.
Pour originale qu'elle soit, votre démarche pour évoquer une rupture amoureuse n'est pas anodine car richement connotée.
C'est très malin de faire de la nourriture un support d'expression pour dire l'amour qui se meurt. Tout l'imaginaire de l'acte de manger est contenu dans cette élaboration d'une tarte au citron : l'idée du partage et de sa phase aboutie, la rupture, la dimension du plaisir (faire une pâtisserie) et de son opposé, le désagrément (le choix du citron et de son acidité).
J'aime la finesse des images et des allusions, par exemple :
« le chemin du cœur qu'on malaxe »
« l'acide des pleurs »
« le sucre est rendu lourd par le sel abat-jours ».

Je ne ferai qu'une petite remarque :
Je trouve que ce vers
« Les rires ont étouffé dans le four des secrets"
casse le rythme de votre poème et ne souffrirait pas de la suppression de l'auxiliaire
(les rires étouffés dans le four des secrets)

Mais à part ça, cette tarte au citron aurait très bien être une soupe à la grimace ; c'eût été bien moins poétique !

   Anonyme   
12/9/2014
Bonjour dom1
Les rimes internes, quasi systématiques, donnent à votre poème une allure de comptine.
Ou de slam, dont il a scansion bien marquée.

Ce parti-pris stylistique me semble affaiblir le propos et nuire à l'émotion qu'il est censé exprimer.

Merci dom1

   Robot   
12/9/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai apprécié ce poème sucré-salé qui évoque bien le désenchantement d'un amour qui s'est effiloché.
"Les rires ont étouffé dans le four des secrets
La pâte feuilletée qui ne veut plus monter."
Ces deux vers, comme les deux premiers du poème sont trés évocateurs du contexte.
Je regrette la banalité (à mon goût) du vers final que j'attendais un peu plus acidulé.
J'ai tout de même beaucoup aimé vous lire.

   Francis   
12/9/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il n'y a pas de recette pour l'amour ! J'ai aimé le goût sucré salé de votre poème. Il est musical, original, avec un doux parfum de nostalgie ou de dérision.

   placebo   
12/9/2014
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Je fais partie de ceux qui ont trouvé le texte affaibli par les rimes internes par impression de redondance et par la lourdeur de certaines expressions (et l'impression qu'il a fallu lutter pour respecter la métrique). Le mélange des pleurs et du bonheur sans autre indication qui se mêle à la cuisine ne m'a pas convaincu non plus.

Il est possible que cet "effet contine" ne me plaise pas de manière générale, ce n'est pas le texte qui est en cause.

En attendant de vous lire sur un autre texte,
Bonne continuation,
placebo

   Eldalis   
12/9/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Votre poème ne m'a pas vraiment convaincue, il me semble assez inégal.
Au niveau du style, les rejets sont beaux, mais le reste est assez lourd. Si vous vouliez volontairement donner un sentiment de lourdeur, il aurait fallu le faire plus clairement. Le rythme rend mal.
Au niveau du contenu, et bien déjà le mélange de sentiments et cuisine ne me semble pas assez original pour se suffire à lui-même, et vous alternez entre de très bonnes inventions et des symboles quand même bien faciles.
(En soi la comparaison amour/pâtisserie me semble déjà un énorme cliché, mais vous en rajoutez une couche avec l'évocation du sucre)
« l'acide des pleurs ». Sincèrement, même en cherchant le symbolique au quatorzième degré sous différents angles je ne vois pas le rapport entre acidité et larmes, et cela me dérange puisque l'acidité évoquée est le seul élément justifiant le choix du citron.
Sinon il y a tout de même de bonnes inventions, entre autres j'aime bien le concept "sel abat-jours" ou le dernier vers (qui pour le coup rendent bien en tant que symboles).


Oniris Copyright © 2007-2017