Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
dom1 : Ligne de fuite...
 Publié le 05/05/17  -  4 commentaires  -  1033 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

Il y a des moments, des fêtes, perpétrés sans vraiment en connaître les raisons et l'historique, qui parsèment nos calendriers. Pourtant, ils donnent lieu à des échanges familiaux ludiques et éphémères parfois teintés d'aigreurs relationnelles. Pâques, par exemple...


Ligne de fuite...



À l'heure venue de l'éruption d’œdèmes en ces corps epsilon,
lorsque les sourdes pensées éternelles de gangrènes
offrent aux oreilles folles les substrats du purin des pardons,

qui clament,

en rumeurs d'un orgue de bémol,
au détour d'un regard fixé au-delà du plancher,
en ce jour fêté de la résurrection ludique,

parfois,

s'immiscent ou s'imposent aux pensées,
les souvenirs étranges de ces mets ovipares,

qu'on ramène,

retrouvés égarés dans les jardins d’Éden,
par les héritages qui s'imposent aux parents,
en ces mots que l'on crie sans faire le moindre bruit,
en ces mots que l'on rend par les glaires des vomis,

avec,

pour unique objet de perpétrer l'illusion,

de l'amour,

car il faut bien pleurer et partir par devant,
par la ligne de mire,

par la ligne de fuite...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Michel64   
5/5/2017
Bonjour Dom1,

J'avoue avoir du mal avec votre poème.
Que sont ces oedèmes et ces corps epsilon ? ces pensées de gangrènes ?
Cet orgue de bémol ?
Si je comprends très bien le sens général, d'ailleurs exprimé dans l'exégèse, le traitement manque de simplicité et de poésie je trouve. Je n'arrive pas à en tirer de l'émotion.

Je ne vous note pas car c'est vraiment ce style qui ne me convient pas, alors que d'autres adoreront ça.

Une prochaine fois, dans un autre style, peut-être?

Michel

   papipoete   
5/5/2017
bonjour dom1,
Je ne puis résumer ce que j'ai compris dans votre texte, qui pourrait évoquer l'origine d'un chagrin ?
NB par principe, quand le tableau m'apparait obscur, mais que ses lignes ne me choquent pas, je laisse le soin aux " connaisseurs " d'apprécier l'oeuvre comme un vin qui ne me plut pas .

   PIZZICATO   
5/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Lorsque la famille, à l'occasion d'une fête calendaire (Pâques, dans ce texte), se réunit, il arrive un moment ou certaines rancoeurs et rancunes refont surface dans les propos ; une sorte de règlement de comptes.
Cela existe dans toutes les familles. C'est ma façon de percevoir ce texte.

Je trouve qu'ici cette situation est rendue de façon acerbe avec certains passages un peu excessifs mais voulus certes.
" les sourdes pensées éternelles de gangrènes
offrent aux oreilles folles les substrats du purin des pardons "
" les glaires des vomis,".

" pour unique objet de perpétrer l'illusion,
de l'amour,
car il faut bien pleurer et partir par devant,
par la ligne de mire,
par la ligne de fuite..." sentence qui souvent a sa part de vérité.

   Queribus   
5/5/2017
Bonjour dom1,

J'ai trouvé ce texte très confus à vrai dire avec des expressions difficiles à comprendre("éruption d'œdèmes en ces corps epsilon, "sourdes pensées éternelles des gangrènes, "purin des pardons", etc.), le tout m'a semblé plutôt difficile à suivre; j'ai remarqué aussi que votre quatrain donne une impression de poésie rimée mal assimilée. Je pense que, globalement, le texte aurait eu plus d’impact avec une suite de tercets, de distiques, ou de quatrains de forme plus régulière; par contre, je trouve que les lignes de trois syllabes:"qui clament, qu'on ramène, de l'amour sont une bonne idée. Vous l'aurez certainement compris, vous avez affaire à une vieille barbe de la vieille école; je suis persuadé, par contre, que d'autres apprécieront tout à fait cette façon d'écrire et ce sera leur droit le plus strict; de toute façon, écrivez ce qui vous plait et vous inspire, c'est là qu'on est le meilleur; l'avis du plus grand nombre est aussi, en général, représentatif de la qualité d'un texte, dix personnes ne pouvant se tromper toutes ensemble de la même façon. Et puis, lisez et relisez en permanence nos grands "classiques" de la poésie qu'ils soient "modernes", d’avant-garde, slameurs, classiques purs et durs, etc; il y a énormément à apprendre d'eux.

Bon courage.

Cordialement.


Oniris Copyright © 2007-2018