Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Donaldo75 : Blues Blues
 Publié le 01/02/18  -  11 commentaires  -  721 caractères  -  188 lectures    Autres textes du même auteur

On dirait le Sud… des États-Unis.


Blues Blues



Le soleil disparaît, fantôme d'horizon,
Aux portes d'Atlanta, sale enfer pour esclaves.
C'est la fin des travaux, le retour aux entraves,
Entre la porcherie et les champs de coton.

Le chant va commencer, d'abord une chanson
Qui raconte l'avant, celui du temps des braves
Nés sur un continent aux effluves suaves
Où tout le monde ouvrait à l'autre sa maison.

Le cœur est douloureux, il bat fort la mesure
D'un rythme improvisé pour cacher la blessure
Infligée au long cours d'un vieux temps abhorré.

Le refrain est lancé servi par une flûte,
Et scande tristement notre fin notre chute
Dans les obscurs vaisseaux où nous avons sombré.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
19/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
classique
comment est né ce chant, le blues, au milieu des champs où cueillaient le dos cassé ces migrants crachés de vaisseaux aux cales pleines de chairs de femmes, enfants et pauvres hommes noirs .
NB le temps du bonheur où l'on oeuvrait à la maison et ce temps-là où l'on trimait pour ne pas mourir sous le fouet, une nouvelle fois versifié mais il le faut, il le faut !
la forme " classique " m'apparait sans faute
papipoète

   Raoul   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour, j'aime le thème et la façon dont il est abordé.
La forme aussi (bien que non spécialiste de ses métriques, usages et contraintes) je suis sensible au rythme et à la structure "bien coupée". Les rimes sont belles, je trouve, et pas téléphonées.
Sur le corps du texte, je trouve tout de même que le vocabulaire manque de précision, pas assez évocateur et trop "diseur", je m'explique : au "disparait" par exemple, j'aurais vu quelque chose de plus visuel comme s'estompe, ou s'amenuise…De même "travaux" me semble un peu court, trop flou, je ne ressens pas assez le poids de ces labeurs, de ces tâches…
Pour moi, le style n'est pas assez habité, sans "tomber" dans le lyrisme le plus échevelé, j'aurais aimé un vocabulaire plus ressenti.
À mon avis [qui n'est que le mien], il manque à ce texte des nuances pour qu'il ne reste pas qu'en surface, qu'en surplomb du thème et de son humanité.

   Ioledane   
22/1/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le choix du thème est intéressant, pas facile à traiter sans tomber dans la caricature ou la facilité. Et des facilités, ce poème n'en est pas exempt : "sale enfer", "temps des braves", "coeur douloureux", "cacher la blessure" ...
J'ai bien aimé le "fantôme d'horizon" au début, auquel font écho les "obscurs vaisseaux" de la fin. En revanche je trouve que ce texte pourrait mieux rendre honneur au chant. "Le chant va commencer, d'abord une chanson" me paraît très maladroit avec sa quasi-répétition ; "Le coeur est douloureux, il bat fort la mesure" n'est pas très gracieux ; et ce qui est autour manque un peu de puissance poétique à mon goût.
Enfin si l'on s'en tient vraiment à la prosodie classique, les rimes en "on" sont un peu faibles (bien qu'acceptables), et je m'interroge sur la rime "flûte" / "chute" ? J'aurais également mis une virgule à "notre fin, notre chute".
Bref j'ai bien aimé le thème et l'intention, mais je trouve le traitement un peu maladroit.

   solo974   
23/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'aime beaucoup votre sonnet.
Outre un titre très bien choisi selon moi, j'ai apprécié l'usage du présent : il rend en effet cette triste scène encore plus prégnante.
J'ai par ailleurs aimé que le champ lexical de la musique ("chant", "chanson", "mesure", "rythme", "refrain, flûte", "scande") soit développé : cela renforce, en effet, l'unité thématique de votre poésie.
La chute est par ailleurs émouvante, sans tomber dans le pathos.
Bien à vous.

   Hananke   
1/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

C'est un bon sonnet classique qui nous est proposé.

C'est inspiré de ces chants que Dvorak écrivit sa Symphonie du Nouveau Monde.
Des voix qui trouvent leur racine au tréfonds des vieux esclaves noirs
importés d'Afrique pour la nécessité.
...Pour cacher la blessure
Infligée au long cours d'un vieux temps abhorré.

Mais l'esclavage existe toujours, il a simplement changé de formulation.

Oui, un très bon texte auquel manque juste une ponctuation
plus appropriée.

   Vincendix   
1/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Donaldo
Le blues évoque cette période où l’esclavage était une institution, particulièrement aux USA.
La richesse actuelle de ce pays est en grande partie le fruit de la sueur et du sang des esclaves noirs, mais le président actuel l'ignore!
Un sonnet bien construit et bien écrit pour un sujet majeur, que demander de plus ?
Vincent

   Ramana   
1/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'esclavage entre africains existe depuis l'antiquité, ce qui ne rend pas plus acceptable l'esclavage des africains par les européens, ni l'esclavage moins connu d'enfants européens en Amérique par d'autres européens, ni même bien entendu le principe de l'esclavage.
De tous temps, il y eut des formes d'esclavages plus ou moins codées, plus ou moins violentes, et celle pratiquée par les européens sur les africains fut des plus abjectes.
Votre poème rend bien compte de cette blessure collective et de cette nostalgie d'un avant où l'on était brave et libre.

   Marie-Ange   
1/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Les faits sont là, indéniablement dans votre discours, c'est une dure réalité que "l'esclavage", je ne suis pas sûre que nous en soyons vraiment débarrassé, certains faits d'actualité nous en apportent la preuve.

Par sa forme votre poème est très plaisant à lire, il remémore bien cette période, mais je n'ai rien ressenti propos de ce "Blues, blues".
Malgré la présence des mots "chant, chanson, mesure, rythme, refrain".

Je reconnais qu'il est très difficile de donner vie à cette musique au travers des mots, tout le vécu s'écoute plus qu'il ne peut se lire, car les mots ne pourront traduire ce qui fait la particularité, la force de cette musique.

   PIZZICATO   
1/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Difficile de décrire les origines du blues avec juste les quelques vers qu'un sonnet autorise.

Si les chants des esclaves noirs issus de l'Afrique est l'origine fondamentale qui est attribuée au blues, d'autres influences ont participé à sa création.
L'influence amérindienne, longtemps occultée, est aujourd'hui de plus en plus mise en avant ; l'utilisation des gammes pentatoniques venues d'Asie, et sur certains types de blues comme celui du Delta. Sans oublier non plus les influences celtiques.

Ici, c'est son resssenti face à cette musique que l'auteur exprime.

   wancyrs   
2/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Fin d'une journée d'esclave il y a très très longtemps ; mais il y a des images qui ne s'effacent pas, des épopées qui marquent à jamais le fil de l'histoire. C'était un temps dur, où des hommes n'avaient que leurs chants les soirs pour leur redonner cet honneur perdu dans les fond de cales d'un négrier.
Merci, Don, pour le voyage !

Wan

   Ombhre   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau texte qui mérite fort bien son titre, un blues lancinant et triste qui bat au rythme des cœurs, sur un thème très fort.
La beauté des mots maquille en finesse l'horreur dont l'homme est capable, ce texte m'a touché.
Un seul regret, l'utilisation du mot "sale" qui, s'il est approprié, détonne pour moi du reste de l'écriture.

Merci pour cette lecture.
Ombhre


Oniris Copyright © 2007-2018