Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Donaldo75 : Un roi sur son nuage
 Publié le 27/04/17  -  8 commentaires  -  707 caractères  -  215 lectures    Autres textes du même auteur

Lucie a depuis longtemps quitté le ciel et ses diamants.


Un roi sur son nuage



L'acide lysergique envahit mon cerveau,
Le rend trop magnétique, un aimant à neurone.
Je lève alors ma hache et frappe sur mon trône,
Un geste de bravache au tomber de rideau.

La foule en délire, un peuple à tête de veau,
Un instant se déchire et brusque mon icône.
Mon pied frappe le sol, provoque un cyclone,
Le début de l'envol des fous du chapiteau.

Des carrés et des ronds envahissent l'espace,
Jettent les furibonds très loin de mon palace,
Dans la soupe mortelle aux vieilles illusions.

Je flotte dans les airs, un roi sur son nuage,
Délivré des éclairs du précédent voyage,
Au sein de ma cervelle et ses révolutions.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   LenineBosquet   
27/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Sur la forme c'est dommage que le vers 7 ne compte que 11 syllabes, sinon ce sonnet aurait été parfait (il me semble) surtout avec ces rimes à la sixième syllabe dans les alexandrins (ça a un nom savant que j'ai oublié).
Sur le fond je dirais chacun son trip (hé,hé), on reconnait des expériences communes à ce genre de voyage comme la vision d'archétype, les hallucinations géométriques et autres bons délires. Le reste me parait plus personnel et j'ai un peu de mal à vous suivre. Mais pour vous rejoindre il me reste encore une ordonnance du bon Docteur Hoffman, je vous comprendrais sans doute mieux ensuite.
Merci.
N.b : j'écris ce commentaire en écoutant "La tête au carré" sur France Inter, ça cause cristal et calcul mathématique dans les 6 dimensions de l'espace, je ne sais pas si vous me comprenez mais je trouve ça cocasse.

   PIZZICATO   
27/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Eh oui ! Le LSD joue de vilains tours.
Le délire est bien transcrit par ces images surréalistes.

"Des carrés et des ronds envahissent l'espace,
Jettent les furibonds très loin de mon palace,
Dans la soupe mortelle aux vieilles illusions." J'ai une préférence pour ce premier tercet.

   Queribus   
28/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Donaldo75,

Je me permets, tout d'abord, quelques petites remarques en ce qui concerne la forme du sonnet:

-le 7me vers compte 11 syllabes(provoque un cyclone=5, vous pourriez écrire "et provoque un cyclone")
-si l'on applique strictement les règles de la prosodie, les mots "illusions" et "révolutions" font chacun quatre et cinq syllabes i-lu-si-ons et ré-vo-lu-ci-ons, ce qui fait deux vers à treize syllabes (mais faut-il continuer à appliquer ces vieilles règles du XVII me siècle qui ne se justifient plus aujourd’hui?)
-on peut noter aussi l'absence de consonne d'appui dans presque tous les vers: cerveau-rideau, neurone-trône, veau-chapiteau, icône-cyclone, espace-palace, nuage-voyage, illusions-révolutions
-les rimes entre les sixième syllabes ne sont pas recommandées et doivent plutôt être bannies.

En ce qui concerne le fonds, j'ai trouvé ce voyage au fond d'un paradis artificiel qui rappelle Baudelaire plutôt intéressant et bien décrit mais assez abstrait et c'est bien normal vu le sujet; je crois qu'il mérite plusieurs relectures. En conclusion, à part les petites remarques techniques concernant l'écriture d'un sonnet et qui pourraient être facilement corrigées, j'ai trouvé votre texte tout à fait honorable.

PS: en ce qui concerne les règles de prosodie, je ne peux, qu'une fois de plus, vous conseiller, la Bible dans le domaine à savoir le Traité de prosodie de Gilles Sorgel téléchargeable gratuitement sur internet.

Bien à vous.

Bien à vous.

   Somnium   
28/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'image d'un roi sur son nuage est bien retranscrite dans ce sonnet version contemporaine. J'imagine même Zeus levant son sceptre pour déclencher la foudre... Disons que c'est ce qui m'est venu à l'esprit. "L'acide lysergique" est une belle trouvaille (je ne connaissais point ce terme), et se marrie bien avec la sujet. Du bon travail, donc.

   Dynamot   
28/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bravache ...j'imagine tout à fait ton roi des abattoirs à la bravoure d'un steak haché ! Il faut te lire pour te croire et s'inventer de nouvelles religions. Délire à lire sans modération .

   papipoete   
30/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Donaldo,
L'élixir fait son effet et transforme le quidam en " roi sur son nuage " ; encore un peu d'acide lysergique et voilà d'autres chimères jouissives à l'horizon !
NB un sonnet que je verrais bien chanté ( en 1980 ) par David Gilmour sur un riff de Fender , avec " la foule en délire, peuple à tête de veau " ; et ce dernier tercet qui plane, plane ...
Sont-ce les 11 pieds du 7e vers qui vous font échapper la forme " néo-classique " ?

   Donaldo75   
30/4/2017

   Provencao   
12/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème au rythme percutant.......beau délire et vertige
Mon préféré:
"Dans la soupe mortelle aux vieilles illusions."


Oniris Copyright © 2007-2018