Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Meaban : Un fils combattant
 Publié le 26/04/17  -  7 commentaires  -  1280 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur

À mon fils Luc et sa confiance trouvée.


Un fils combattant



Voici le temps des déshérences à l’heure où l’on se dessaisit de tout…
Aux ramures de nos enfances que fustigent nos canopées, sous les nuées d’un jeune hiver dérivent les flocons de basalte couvrant les reliefs de souvenirs imaginés.
On ratiocine alors d’obsolètes sentences, claquemurés à vif en maigres forteresses.

Il me devient nécessité
De briser ce plafond de verre, trouver dans le regard des gens un cillement dans l’errance de leurs enfants.
Sentir de l’ébène sous mes doigts, la fréquence d’un univers et les pulsions d’un espace détonnant.

Cohésion de l’effort « un fils combattant » la confiance trouvée.

Un soleil bienveillant, cette petite étoile à l’orbe de planètes que furent mes enfants.
Vers où lancer mon âme quand je pense m’aigrir, comment trouver la force cette amie bienveillante ?

Fondre mes certitudes dans le creuset du temps, devenir incroyant ?
Galéjer le chemin que l’on me donne à faire.

On me croit singulier pourfendeur d’étroits, moi qui passe le temps à battre l’inquiétude à ce qu’elle me supplie de lui donner l’offense.
Je crois que pour le temps c’est l’heure de s’échapper des murailles de l’envie, ne désirer rien d’autre et chercher à comprendre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   corbivan   
26/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ce texte intéressant pour ce qu’il évoque, un peu complexe dans sa formulation.
Je comprends : un père attentif à son enfant et inquiet de voir celui-ci buter contre la vie, ses difficultés, ses pièges aussi peut-être, et ce père de surcroît est démuni, peut-être simplement à cause de la différence d’âge…comme si on résonnait à contretemps l’un de l’autre…le père et le fils dans ce cas, sans compter les malentendus, et les erreurs, les nôtres, les leurs.

Alors vient la prière de trouver du sens, peut-être, mais surtout des possibles (« les pulsions d’un espace détonnant »).

Puis ce fils combattant, relevé, vivant, c'est net.

Fondre ses certitudes…oui sans doute…c’est un chemin…pour comprendre…mais surtout aimer…parce qu’au fond du fond il ne reste que cela, et ça n’a aucun sens.

J'évalue plus le motif qui m'a touché, trouvé, que la forme qui me semble quand même un peu heurtée par moment, comme il me semble qu'une virgule après 'force' dans 'comment trouver la force cette amie bienveillante' aurait été éclairante...ou sinon je ne comprends pas ce passage, ou bien la petite étoile est la mère des enfants, ou...?

J’espère avoir été aussi sibyllin que vous dans mon commentaire…qui sait…

À vous relire

   Alexandre   
26/4/2017
Bonsoir Meaban... Votre texte se termine par..."et chercher à comprendre." C'est ce que j'ai fait mais en vain.
Dès le titre, Un fils combattant prête à confusion surtout par les temps qui courent... Combatif n'était-il pas le mot souhaité ?
J'aurais voulu vous dire que j'ai aimé votre texte mais pour cela, encore eût-il fallu que je le comprenne et ça n'est pas le cas malgré plusieurs lectures.
J'aimerais quand même savoir de quoi il retourne !

Désolé, une fois prochaine peut-être...

   LenineBosquet   
26/4/2017
Bonjour, bon je me trompe sûrement complètement mais moi je vois là un "hommage"à Stars War", on croirait être dans la tête de Darth Vador.
A cause de l'incipit déjà ("Luc, je suis ton père"), puis l'espace, l'étoile, la "force", le "fils combattant", même "forteresse" etc...
Par contre ma culture Star War s'arrête ici, hélas, et mon commentaire aussi...
Pas d'évaluation pour ma part, je n'ai peu de goût pour la poésie en prose mais , ma foi, c'est plutôt bien écrit.
Merci.

   Pouet   
27/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

L'inconvénient ou plutôt l'avantage de ce style de texte c'est qu'on peut y mettre ce qui nous passe par la tête et pour ce qui me concerne probablement n'importe quoi... Si vous me le permettez et au risque d'être ridicule (ce dont j'ai l'habitude) je vais vous dire ce qui m'est passé par la caboche. Je crois que le point de départ est "plafond de verre" qui m'a renvoyé immédiatement à l'actualité, à l'expression employée pour qualifier la situation d'un certain parti au deuxième tour. Et du coup, les vers ont parfois pris un autre sens, le combat est devenu politique, ça m'a dirigé sur une autre piste, assez farfelue je vous l'accorde (la corde est pour moi).

Voilà. Cherchez pas, faut que je prenne mes médocs.

Sinon plus sérieusement, certainement l'histoire de votre fils qui a traversé une mauvaise passe (maladie, drogue ou autre...) et qui reprend le dessus.

Je suis pour ma part plus partisan en règle générale d'un vocabulaire simple pour retranscrire l'émotion personnelle.

Le texte demeure bien écrit, intéressant.

   Dynamot   
28/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cet écrit me touche. Il fait sans doute écho à mes préoccupations de père...Ses formules inattendues mettent en relief, selon ma lecture, des conflits que les sentiments ne sauraient taire. Il est énigmatique et c'est justement ce qui me plait .
Je me suis laisser guider comme la boule dans le flipper sans vraiment chercher à comprendre. Seulement communier aux heurts de vos questionnements...

   papipoete   
30/4/2017
bonjour Meaban,
Je commente cette prose, car elle est écrite dans un riche vocabulaire ; mais la " grandeur " des mots est telle, que je n'en saisis pas tout le sens .D'autres lecteurs s'en délecteront, en soupesant toute la richesse de ces vers !

   Marie-Ange   
1/5/2017
Je me suis évertué à vous lire plusieurs fois, mais je dois avouer bien humblement que ce texte me reste "mystérieux", complexe. Aussi, l'émotion n'arrive pas à se frayer un chemin dans le labyrinthe de vos mots, je me suis perdu.

Je perçois une certaine souffrance, mais je ne suis pas parvenu tout à fait à la comprendre, elle est comme en filigrane. Étrangeté que les mots, ici ils me tiennent bien trop à distance.


Oniris Copyright © 2007-2017