Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Donaldo75 : Zone 52
 Publié le 21/03/21  -  8 commentaires  -  984 caractères  -  161 lectures    Autres textes du même auteur

Une petite fable en cours à la N.A.S.A.


Zone 52



Il était une fois un gentil polisson
Parti de la Grande Ourse en quête de frisson.
Son drôle d’astronef, en plein dans la tempête,
Piqua vite du nez sans tambour ni trompette.

Le petit voyageur, en panne d'oreiller,
Ne sut à temps régler ses soucis d'horloger
Et posa sa soucoupe un bon siècle à l'avance,
Dans un champ de cactus et de désespérance.

Avec son teint zombie et sa face d'oursin,
Peu de vocabulaire en vieil américain,
Il attaqua d'abord la tournée des paillotes
À parler aux pendus, aux serpents et coyotes.

Une nonne du cru lui prêta sa maison
Contre un peu de plaisir et nulle autre raison
Que de se dérider dans la prude Amérique
Où tout était si grand mais pas très féerique.

On raconte depuis qu'un sombrero volant
Affole les conteurs, les crédules croyant
Que des têtes d'ampoule échappées du Centaure
Allaient les reléguer au rang de dinosaure.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   hersen   
12/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que dire de cette fable ?
Que c'est hilarant, que c'est une parodie excellente, qu'elle est écrite au top, sautillante autant qu'il le faut.
Mais tout ça n'est que broutille : nous apprenons enfin l'origine des OVNI, qui a l'origine était des OCNI (objet coiffant non identifié) mais c'est ainsi, on perd au fil du temps des détails qui s'en vont modifier le Grand Cosmos, qui franchement n'en n'a rien à faire, puisqu'il est le Big Boss, n'en déplaise à certains terriens trop terre-à-sciences.
Donc, le sombrero s'est enrichi d'un V de la victoire, pauvres infatués que nous sommes, alors qu'au départ, c'était un C, comme expliqué plus haut dans ce fort brillant commentaire. C comme ce que vous voulez.
Bon, j'arrête là.

Ah non ! j'ai oublié : Une vraie fable, qui sort des sentiers battus de coqs vainqueurs et de renards sournois.

T'en a d'autres dans ta soucoupe ?

   Robot   
21/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fable de SF, c'est original comme choix de thème. Une fable qui prend aussi une allure de conte dont j'ai apprécié l'humour sous-jacent et la conclusion. Je lui trouve aussi un regard qui pourrait s'adresser à l'enfance si on lit uniquement au 1er degré.

Je suis toujours amateur de fables et de contes, lorsque leur écriture est suffisamment soignée.

   Ligs   
21/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Drôle, pétillant, original, un conte d'extraterrestre fluide et très agréable à lire.
Merci !

   Castelmore   
21/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
“Roswel 1947 ... zone 51 ... révélations !”

Ce n’était pas l’exergue ... serait-ce l’épilogue : enfin la vérité. !!!

Tempête astrale, manque de sommeil du cosmoursinaute...horloge multitemporelle en discordance ... et voilà un chapeau mexicain volant s’écrasant au milieu des cactus et des crotales !

Une énigme dévoilée sur un ton badin qui nous change des discours savants de nos pseudos journalistes pour en fin de compte une histoire banale de cuite à l’alcoolbenthique 180 mal amortie, d’un ressort de montre qui se casse et d’un radiateur en surchauffe ... cela arrive tous les jours par chez nous !


Un poète regardait le ciel à cet instant ... a tout compris ... a tout écrit ... même l’indicible ...

Bravo

   papipoete   
21/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonsoir Donaldo
Quelle imagination !
Ce petit polisson, en quête de frisson qui atterrit sur la terre au States, ne tombe pas au meilleur moment ; il n'y a ici que cactus et serpents et des gens armés de pioches et des pépites à trouver...
NB n'était-ce vraiment pas la bonne époque, pour fouler le sol d'Amérique du côté de Roswel ? Il put tomber aujourd'hui chez des amish, mais pas sûr que là il put trouver une " nonne très accueillante ", mais bel et bien une prude femme plus douce qu'un cactus !
mais ce " chaud " réconfort produisit son effet, puisque depuis lors, on raconte " qu'un sombrero volant... "
Un conte que l'on pourrait raconter à un enfant, mais il risque de demander " ça veut dire quoi : une nonne...contre un peu de plaisir ? "
le tout rythmé en dodécasyllabes croustillants !

   Dugenou   
21/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hello Don,

Ici, je te vois plus Jean-Claude Bourret que Jacques Pradel. Ta fable en dit long sur ces E.T. qui ont su s'adapter, en moins de temps qu'un européen, à la vie quotidienne outre-atlantique. Tout en respectant le goût des amerloques pour ces fariboles sidérales à la sauce Roswell...

C'est drôle et tout en retenue : tu aurais pu pousser la blague plus à l'extrème... mais pas sans te moquer beaucoup plus des ricains...

Joli coup.

   Zeste   
22/3/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Donaldo! Adieu tristesse!

Saint –Ex ressuscité ? Quand le talent s’associe à l’exéburance cela donne un texte plein de vie et riche en couleurs. Poème manifestation d’un esprit pétillant et pouvoir des mots, quand les phrases prennent des racourcis célestes , dressant par delà l'inventaire d’amas galactiques par le seul fait du pouvoir de l’exercice spirituel, difficile challenge où se conjuguent la perception des choses, du monde, et le rendu par l’écriture.

   inconnu1   
22/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
une jolie histoire, décrite avec beaucoup de finesse et d'humour. je ne suis pas sûr que le poème nous fera réfléchir à notre humanisme mais ce n'était pas le but. Le style contemporain convient bien et vous ne vous cachez pas derrière cette catégorie pour faire l'impasse sur la plupart des règles prosodiques, ce qui demande temps et labeur.

Bien à vous


Oniris Copyright © 2007-2020