Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Edgard : Mon eau
 Publié le 09/01/14  -  7 commentaires  -  1359 caractères  -  155 lectures    Autres textes du même auteur


Mon eau



Avoir eu soif, si soif,
À te chercher,
Mon eau,
À tes lèvres de douce bruine,
Dans ton baiser d’aigue-marine,
Être un simple matin ;
Avoir eu soif, si soif
Et te trouver enfin.

Avoir longtemps marché
Sur les rochers brûlants,
Dans les déserts de craie
De l’errance, effarants,
Sans jamais une flaque, sans un ruisseau,
Jamais
Jadis, vu se lever
Tant de soleils, d’étés,
Et ces espoirs broyés
À ne plus les compter,
Sans jamais une goutte, sans un roseau
Jamais

Avoir eu soif, si soif,
Et te trouver,
Mon eau,
Limpide source, en ton essor,
Vivre ce songe levantin
Qu’illuminent les corps,
Avoir eu soif, si soif,
Et m’y baigner enfin.

Avoir brûlé mes yeux
Dans le gel, dans le feu,
À regarder les mers
Où l’oraison se perd,
Sans jamais une voile, sans un bateau,
Jamais
Déplié des nuits brunes,
Sans mot, sans vie aucune,
Au vide sidéral ;
Y chercher une étoile,
Sans jamais une lune, sans un écho,
Jamais

Avoir eu soif, si soif,
Et te trouver,
Mon eau,
Au sein de ton amour d’absinthe,
Glisser heureux, sans ors, sans crainte,
M’ouvrir à ton écrin,
Avoir eu soif, si soif,
Et naître, naître enfin !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
22/12/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème m'a fait penser à la chanson de Barbara "Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous" ; l'attente de LA rencontre, les jours entre-temps comme un désert infini d'aridité. C'est beau, oui.

J'ai trouvé de l'intensité dans votre texte, mais regrette son côté par trop ressassant à mon avis. D'accord, c'est le sujet, mais je pense que l'ensemble aurait eu bien plus d'intensité en faisant plus court... disons d'un quart. Tel quel, puisque je connaissais la fin, le happy end annoncé très vite par "Et te trouver enfin" s'est fait trop désirer à mon goût.

   senglar   
9/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Edgard,


Texte incontestablement poétique, très poétique, suintant (lol) de poésie.

Mais le mot "flaque" m'a choqué (hors registre), "levantin" et "oraison" m'ont semblé trop convenus, "gel" enfin ne m'a pas plu.

Je me suis encore interrogé sur l'absinthe et son ivresse, Tchernobyl et l'Apocalypse de Saint-Jean. Y a-t-il une voire plusieurs lectures cryptées de ce poème.

Bon... Ce que j'ai retenu c'est qu'il en émane une réelle émotion. Il a fonctionné en ce qui me concerne. Tout d'un coup je me suis dit : Ah Oui ! :)

Brabant

   troupi   
9/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Depuis quelques jours il y a une grande discussion sur "libre ou contemporain" il me semble que ce poème là répond à la question. Il aurait pu être catégorisé libre mais il est en plus contemporain dans sa conception, et j'apprécie surtout la limpidité dès la première lecture, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y ait aucun sens caché. J'ai vraiment l'impression qu'il s'agir là d'une belle poésie.

   Condremon   
9/1/2014
Ce que je note c'est que derrière l'émotion et l'apparente spontanéité le texte est construit. Avec l'alternance des strophes de 8 vers aux mêmes thème et structure et des strophes de 12 vers construites elles aussi sur le même modèle et disant l'errance sur la terre, puis sur la mer (soleil du désert, solitude de la nuit en mer).
Un peu heurté par flaque aussi. Mais sinon très agréable lecture. Du coup j'ai lu vos autres textes.

   Arielle   
9/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis laissée emporter avec bonheur par le courant sur la musique des mots que rythme cette soif dont on sait, dès la première strophe, qu'elle sera étanchée.
Je n'ai pas eu envie de chercher la métaphore derrière les images, la musique me semble ici plus importante que le sens à donner au poème et je trouve cette lecture désaltérante dans sa limpidité.

Ce qui ne m'a pas empêchée d'apprécier au passage ce baiser d'aigue-marine, ce songe levantin ou cet amour d'absinthe comme de jolies pépites.

   Chene   
10/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Edgard

Il y a dans ce poème une construction travaillée portant alternance de vers longs et courts qui incontestablement crée une rythmique qui emporte le lecteur Un regret cependant : les rimes trop peu sonores ne font pas entendre la musique poétique de cette "eau". Une eau, ça chante...

Je trouve dans cette eau de bien belles images déjà relevées par les commentateurs précédents.

Une bien agréable lecture
Merci Edgard

   Lhirondelle   
10/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Edgar

Le rythme de cette eau a séduit mon écoute.
De belles expressions. Ma préférée "À tes lèvres de douce bruine" que je trouve très poétique.
Belle construction que ce "Sans jamais.... sans.... Jamais" qui souligne superbement la rythmique de cette poésie.
Bref, une savoureuse Eau de "vie" à relire sans modération.

Merci


Oniris Copyright © 2007-2020