Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
emilia : Traces étoilées
 Publié le 29/11/20  -  11 commentaires  -  2483 caractères  -  142 lectures    Autres textes du même auteur

Instants choisis de mes lectures poétiques qui ont pu créer en moi une résonance à partager…


Traces étoilées




À tous les semeurs de rêves
et les passeurs de mots

Chasseurs d’amour
témoins au-delà du temps
des traces de nos pas
dans l’écrin des merveilles

À l’heure où s’éveille
une aube nouvelle
s’exalte la beauté
au mystère de l’errance

Miroitant nectar
d’une moisson stellaire
cueillie
aux pages d’anthologies
du désir d’écrire

Particules alchimiques
à la source cosmique
où le poète s’enivre
d’infini

Grappille
dans un regard aimé
les miettes d’un bonheur
secondes d’éternité
d’une grâce éphémère
aux ailes du destin

Adresse
sa prière à l’âme sœur
égarée
dans la complicité
d’un partage

Dépasse
les ondes des chagrins
et des illusions perdues
au réveil mélancolique
d’un matin assassin

S’enracine
pour lutter contre la barbarie
qui nous anéantit
au royaume de l’absurde

Quête
dans la somme de nos « je »
un reflet universel
à la frontière du sublime

Explore
les énigmes
de l’aventureux mystère
et l’indicible enfance
au parfum d’innocence
d’un paradis enfui

Guette
dans l’outrenoir
la moindre lueur
pour éclairer son chemin
d’une voix amie

Réconforte
les cœurs désespérés
et dépose un baume
sur les maux et les plaies
de leurs blessures

Laisse jaillir
l’absence
au puits du souvenir
quand s’épanchent
les larmes du passé

Tisse
sur l’étoffe du silence
les cris étouffés
de son âme nue

Apprivoise
l’inconnu
d’un futur inaccessible
au miroir de l’instant

Dévide
l’écheveau de sens multiples
au dialogue des contraires

Caresse
les pétales d’une fleur à éclore
au chant de l’immortalité
où les mots claquent et tonnent
en bouquet d’artifice
fusent en bulles effervescentes
étonnent la saveur du présent
résonnent et vibrent
pour enchanter le monde
de musiques et couleurs
en palette d’émotions

Quand
dans l’étincelle d’un vertige
en hymne fraternel
s’offre alors le poème
comme une main tendue…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Melorane   
19/11/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour,
Un magnifique texte, qui a su trouver un écho chez moi.
La longueur au départ m'a fait hésiter à me lancer dans la lecture de votre poème, mais je ne regrette pas de l'avoir fait.
Chaque strophe, chaque vers sonne juste. Je ne relève ici que mes préférés, mais la réussite est globale:
"Adresse
sa prière à l’âme sœur
égarée
dans la complicité
d’un partage"

"Laisse jaillir
l’absence
au puits du souvenir
quand s’épanchent
les larmes du passé"

Félicitation!
Au plaisir de vous relire.
En E.L.

   Donaldo75   
23/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème m'a bien plu et ce dès les deux premiers vers qui résonnent comme un début de chanson, d'incantation polyphonique, un message universel passé au lecteur. La suite ne me déçoit pas alors qu'en tant normal je ne suis pas un fan des vers sans verbe car ils sont souvent vides de poésie car trop enclins à la description, au polaroid. Ici, pas de "klik klak kodak" mais de la pure poésie. Le passage en italique est une bonne idée sur le papier mais je la trouve un peu forcée, placée avec des gros sabots, du genre "et les gars, c'est là qu'il faut voir le passage".

   Hananke   
29/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Beaucoup de traces étoilées sur les quelles le poème peut et doit
s'épancher : amour, aurore, bonheur, horreur, bref tout ce qui fait
les Choses de la Vie.
Bien sûr, dans un texte comme celui-là, les petites strophes
sont inévitablement de valeurs différentes mais chacun y trouvera
sa source à la quelle s'abreuver.
J'aime bien malgré, peut-être, quelques longueurs.

   Arsinor   
29/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici donc en italiques tout ce que fait le poète : c'est une bonne idée. Le texte paraît ramassé avec de bonnes idées mais toujours autant de poncifs d'une poésie à l'autre quand je les commente. N'est-ce pas très poétique : semeurs de rêves, passeurs de mots, chasseurs d'amour, au-delà du temps. Je veux dire qu'on a lu ça déjà plusieurs fois. Le "Miroitant nectar
d’une moisson stellaire"
est plus original.

   papipoete   
29/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour emilia
à la faveur de la nuit, claire comme peut l'être le jour, l'auteure lit la voie lactée ; d'une plume tantôt pinceau, tantôt couteau, les sentiments que lui inspirent les étoiles au firmament, viennent parer une toile blanche de mille constellations.
NB chaque sentiment se voit dépeint ; toute lueur cosmique semble exhaler des parfums inconnus ; et jamais l'encre ne vient à salir d'un pâté, mais pourrait tarir l'encrier, tant est fertile l'imagination de notre poétesse...
Je ne puis que cueillir délicatement, l'une de ces " traces étoilées ", mais c'est aussi ardu que de choisir une pâtisserie pour un grand gourmand !
" guette dans l'outrenoir... " et encore " laisse jaillir l'absence... " sont mes passages préférés.
n'y voyez pas critique, mais l'on m'apprit à retenir ma " plume-mustang ", et lui dire " holla ! " quand elle ne voulait pas s'arrêter, aussi je trouve que votre fameux chemin, celui des étoiles est un peu long...
un grand plaisir à vous lire, quand de Vous et d'autres ne le suis plus...

   Lirian   
29/11/2020
Bonjour emilia,

Bien que 'libre', je trouve que ce poème enfonce des portes émotives déjà ouvertes. Je le trouve généraliste et infiniment plat malgré l'enrobage linguistique. Non, je n'ai pas aimé. La 'pompeuse présentation renforce ce sentiments.
Quelques vers marquants ne suffisent pas à mon sens à le faire émerger.
Merci

   Lulu   
29/11/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Emilia,

A la première lecture, j'ai beaucoup aimé ces sortes d'injonctions poétiques.

Le titre dit bien à sa façon ce que peut être la poésie dans le temps et l'espace, et surtout, ici même, là où nous sommes.

La première adresse "A tous les semeurs de rêves / et les passeurs de mots" nous relie très vite à ce qui court entre les lignes "au mystère de l'errance".

J'aime beaucoup les premières strophes qui amènent ou ramènent l'écriture à des "Particules alchimiques", comme si les mots poétiques étaient presque rien à l'échelle de l'infini où le "poète s'enivre".

Je me suis interrogée sur le verbe "Grappiller" pour :
"Grappille
dans un regard aimé
les miettes d’un bonheur
secondes d’éternité
d’une grâce éphémère
aux ailes du destin"
C'est un peu comme si je l'avais oublié, ce mot, ce verbe... et un grand plaisir à le retrouver au coeur d'un poème où la notion du temps est alignée ou élevée à l'échelle du bonheur.

J'ai beaucoup aimé ce côté optimiste du poème, tourné vers des traces laissées de façon positive "Traces étoilées"...

J'aime si peu, d'ordinaire, les impératifs, mais ici, face à ce poème, j'ai juste envie de l'imprimer et de l'apprendre par coeur comme un tremplin venu d'autres textes, mais si bien tourné qu'il est poésie à lui seul.

Merci pour ce partage, Emilia, et au plaisir de vous relire !
Je reviendrai sur ce poème, assurément.

PS : J'aime particulièrement la simplicité de ce poème en vers libres. Sa clarté en fait un poème accessible ; tout comme sa beauté, ce qui n'exclue pas que je puisse apprécier des textes plus complexe et empreints de beauté.

   Anonyme   
29/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Emilia,

Les fonctions de la poésie déclinées avec adresse.

Je trouve dans la septième strophe et les suivantes justesse et beauté. Comme celle-ci :

Apprivoise
l’inconnu
d’un futur inaccessible
au miroir de l’instant

Merci

   Pouet   
30/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

un bien joli hymne à l'écriture que voici.

Une myriade de jolis vers empreints de sensibilité. Alors bien sûr que l'emphase n'est peut-être pas bien loin, mais j'y vois pour ma part comme un flux, des flots, un débordement de l'envie de dire, d'écrire, comme une jubilation qui se drape d'excès, une addition d'émois sans retenue... Et j'y souscris.

J'ai envie de retenir, de "piocher" parmi tant d'autres:

"et l’indicible enfance
au parfum d’innocence
d’un paradis enfui"

Oui, "l'indicible enfance"...

Bravo et merci.

   Ombhre   
30/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Emilia,

un beau texte, que j'ai hésité à lire en raison de sa longueur (mais j'ai bien fait de vaincre ma paresse), parsemé d'images poétiques, et d'un "chemin de l'écrivain" que j'ai apprécié.

Deux réserves toutefois:
Le poème est un peu long à mon goût, et certains vers sont à mon sens un peu lourds et convenus. Par exemple:

À l’heure où s’éveille
une aube nouvelle
s’exalte la beauté
au mystère de l’errance

Votre texte aurait selon moi gagné à davantage de simplicité et de légèreté.

J'ai par contre beaucoup aimé certains passages:

Adresse
sa prière à l’âme sœur
égarée
dans la complicité
d’un partage

Guette
dans l’outrenoir
la moindre lueur
pour éclairer son chemin
d’une voix amie

Tisse
sur l’étoffe du silence
les cris étouffés
de son âme nue

Un beau poème que j'ai pris plaisir à lire, et sur lequel je suis revenu plusieurs fois pour mieux en savourer certains passages.

Merci pour le partage.
Ombhre.

   Cristale   
2/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poésie sur les chemins de la poésie, sur le fil ténu des vers chaque petit tableau dessine un univers sensoriel parsemé de petites touches d'infini.

Tous les sens, toutes les sensations de la créativité trouvent leurs raisons d'être et d'influer sur la pensée jusqu'à l'ultime offrande ; ce petit bout de soi, un fragment d'étoile filante que rien ne peut retenir.

Encore un joli poème, une encre fine qui m'a séduite.

Cristale


Oniris Copyright © 2007-2020