Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
erratum : Capharnaüm
 Publié le 29/06/18  -  9 commentaires  -  1088 caractères  -  120 lectures    Autres textes du même auteur

Une autre tentative exposant mon désarroi face à une Muse rétive...


Capharnaüm



Des millions de mots ricochent dans ma tête :
En ce capharnaüm ils ne trouvent l'issue...
La Muse inconséquente et mon âme déçue
Ne savent s'accorder pour exaucer ma quête...

La fille d'Erato laisse pleuvoir ses vers
En haillons sur mon front brûlant de male fièvre :
Hélas, tous ces lambeaux qui suintent de sa lèvre
En tronçons sans début, sans endroit, sans envers

Glissent tout comme un ver, une visqueuse anguille...
Ô malédiction ! Ô fragile cerveau
De mes rimes sans art misérable caveau !
Ô poètes d'antan, piquez de votre aiguille

Au vif de mon penser ! Touchez mon pauvre esprit
D'une plume en vos mains chères et secourables
Et guidez mes doigts gourds par vos voies ineffables
Au trésor espéré que mon rêve entreprit !...

J'ai tant de choses à dire et les phrases s'emmêlent
En un fatras confus dont rien de bon ne sort ;
Las, mon inspiratrice ignore de mon sort
Les tourments infinis qui de larmes se mêlent...


9 février 2018


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
20/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Encore le thème de la malediction qui touche le poète victime de stérilité. Lequel n'a pas, plus ou moins bien, au cours des âges exprimé cette sensation d'impuissance et de vacuité. Ici, c'est très bien écrit en une forme classique sans reproche évident. Seulement, voilà, on n'y croit pas. Cette douleur paraît bien artificielle et les lamentatons de l'auteur :
"Ô malédiction ! Ô fragile cerveau
De mes rimes sans art misérable caveau !
Ô poètes d'antan, piquez de votre aiguille"
ne parviennent pas à émouvoir. Bref, en ce qui me concerne, c'est froidement beau mais ne suscite aucune émotion.
Dé solé.
En EL

   Quidonc   
20/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Tout cela est fort joliment tourné, mais peut-être un thème trop souvent emprunté et exploité d'une façon trop classique pour éveiller de l'émotion.

Quidonc

   Provencao   
22/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Capharnaüm " est véritablement le mot juste à mon sens dans cette poésie classique où vous nous présentez cette difficulté à la véritable expérience de cette Muse, un tant soit peu rétive, de ne plus croire, qu'en elle l'absolu élimine vos tourments.

J'en ai aimé le déchiffrement, si je peux m'exprimer ainsi, sans compromettre son caractère nébuleux.

J'ai trouvé votre poésie très libertine, mais surtout très inspirée: "J'ai tant de chose à dire et les phrases s'emmêlent
En un fatras confus dont rien de bon ne sort ;
Las, mon inspiratrice ignore de mon sort
Les tourments infinis qui de larmes se mêlent..."

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Hananke   
29/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Le thème de la page blanche ou du refus d'écriture n'est pas nouveau,
je m'y suis moi-même attelé quelques fois. Mais c'est la façon
de l'exprimer qui change.
Ici, d'emblée, je trouve l'expression écrite un brin grandiloquente
mais c'est peut-être voulu par l'auteur.
L'ensemble me fait sourire, on se croirait revenu quelques siècles
en arrière mais ce n'est pas déplaisant non plus.
On doit juste espérer d'autres beaux poèmes lorsque les millions
de mots auront pu se classer et la Muse indomptable revenue
à de meilleurs sentiments.

   papipoete   
29/6/2018
bonjour erratum
Généralement, j'aime ce phrasé désuet qu'utilise le poète pour évoquer un souci contemporain, mais vos alexandrins me troublent, m'embrouillent et sans mes petits cailloux blancs, je perd la trace de votre cheminement dans ce capharnaüm !
Je ne dis pas que je n'aime point, car votre écriture est riche, et le " 12 pieds " est impeccable !

   PIZZICATO   
29/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Certes, les pannes d'inspiration alarmeront sempiternellement le poète ; elles font partie de son ... statut.

J'ai trouvé la façon de décrire un peu pompeuse ; dans le style tirades de tragédies grand siècle.

C'est pourtant bien écrit mais, pour ma part, je ne perçois pas ici l'angoisse de la situation, ce en raison de cette grandiloquence des images.

   Vincendix   
30/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Le trait est un peu grossi, le manque d’inspiration n’est pas catastrophique puisque ce texte existe. C’est vrai que le sujet est récurrent, même les plus grands poètes l’ont mis en vers, une fausse modestie.
Des passages un peu emphatiques mais qui finalement s’intègrent bien dans le contexte.
Vincent

   Anonyme   
30/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Il y a pour moi un décalage entre le sujet, le titre choisi "capharnaüm " et votre texte.
Il est bien structuré et les termes choisis n'ont pas éveillé le désordre intérieur auquel je pouvais m'attendre.

   Queribus   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Tout d'abord un grand bravo pour la perfection de l'écriture et de la prosodie sans faille.

Malheureusement, le fonds m’apparait plus brouillon,emprunté voire précieux et difficile à suivre; je crois que le sujet traité aurait eu plus de force avec plus de simplicité.

Pour la qualité de l'écriture, je mets une appréciation "favorable"

Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2018