Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Eryblis : Idéaux
 Publié le 14/12/18  -  12 commentaires  -  1570 caractères  -  220 lectures    Autres textes du même auteur

Aux sens et à ce qui les surpasse.


Idéaux



Mon nez rêve au parfum des roses
Qui s'aiment au bord des ruisseaux,
Senteurs des songes et des choses
Flottant sous les horizons roses.
Au creux de verdoyants berceaux
Dont les nuées sont les arceaux,
Mon nez rêve au parfum des roses
Sous les rameaux !

Mon tympan rêve aux chants des Grâces
Pleins de candides déraisons.
Écoutez-les, semences grasses :
Ces mélopées portent les traces
De l'âge d'or des floraisons !
Dans l'écho de leurs oraisons,
Mon tympan rêve aux chants des Grâces
Et des saisons !

Mon œil rêve à l'aube d'automne
Enflammant la cime des bois.
Quand tombe une ondée monotone
Sur l'arbre feuillu qui s'étonne
De voir sa parure aux abois ;
Quand les pluies abreuvent les mois,
Mon œil rêve à l'aube d'automne,
Gorgée d'émois !

Ma main rêve au corps de Cybèle
Pour réchauffer ses doigts glacés
Au creux de sa hanche rebelle.
Dans la nuit, sa courbe est si belle
Que ses charmes sont enlacés
Par mille désirs déplacés.
Ma main rêve au corps de Cybèle,
Aux soirs lassés !

Ma bouche enfin rêve à tes lèvres,
Aux goûts purgés de vanité.
Les saveurs des journées mièvres
M'ont inondé de leurs fièvres
Aux relents de mondanité.
J'ai digéré l'humanité ;
Ma bouche enfin rêve à tes lèvres,
Éternité !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gabrielle   
29/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un texte qui porte sur la condition humaine, de l'universel au particulier.

Crucifixion, grâce, vie ("émois"), mort ("nuit") et enfin éternité.

Ainsi passe la vie portée par des idéaux "vivants".

Merci à vous pour ce beau partage.

Bien à vous

   Arthaume   
14/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème. Vraiment j'aime beaucoup. Après je suis friand de littérature sur les sens. Même si, malgré tout, je suis un peu déçu que les sens ne se mélangent pas entre eux, comme les couleurs dans une peinture, à la Baudelaire, Rimbaud, etc.

Mais bon mise à par ce tout petit détail, qui n'est que très personnel, un très bon poème qui se laisse lire facilement.

   Stephane   
14/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Eryblis,

Les cinq sens déclinés en cinq strophes, à raison de deux rimes par strophe, etc. La construction est en soi assez originale pour être soulignée.

Il se dégage un calme, une pureté tout au long du poème, et chaque vers a un goût d'idéal délicieusement envoûtant.

Cordialement,

Stéphane

   papipoete   
14/12/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Eryblis
Tous mes sens sont en éveil et se délectent de Dame Nature, et ses suaves senteurs ; ses chants au milieu des champs ; ses aubes enflammant la cime des bois ; les formes de Cybèle dans la nuit et toi dont ma bouche savoure les lèvres ...
NB tout est grâce dans ce poème si élégant, comme un madrigal que les muses fredonneraient ... je ne relève pas de vers en particulier ( tout est beau )
le rythme 8/4 convient à merveille à ce joyau !

   Anonyme   
14/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème aux très beaux accents classiques et à l’harmonie presque parfaite, si elle ne pêchait par la faute de versification des vers :

Les saveurs des journées mièvres
M'ont inondé de leurs fièvres


qui ne comportent que sept syllabes. J’espère qu’il s’agit d’une distraction et que l’auteur n’avait pas en tête des diérèses ridicules, qui pour le coup m’auraient fait revoir mon appréciation.
Merveilleux hymne sensuel à la nature.

FrenchKiss

   fried   
14/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le poème est agréable à lire, ce rythme pourrait se prêter à une chanson. C'est une belle ode au désir.

   PIZZICATO   
14/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une riche idée que d'honorer les cinq sens dont la nature nous a gratifiés.

Avec chacun d'eux, sont mises en valeur les belles choses de la vie.

Des images jolies parcourent cette poésie élégante et fraîche.
Entre autres :
" Senteurs des songes et des choses
Flottant sous les horizons roses "

" Ces mélopées portent les traces
De l'âge d'or des floraisons ! "

" Que ses charmes sont enlacés
Par mille désirs déplacés "

Beau moment de lecture !

   domi   
15/12/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
D'une beauté à couper le souffle !
Cette forme porte-elle un nom ?
invention de l' auteur ?
Je suis subjuguée par la forme, par la poésie pure, un immense merci.

   Lulu   
15/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Eryblis,

J'ai bien aimé ce poème qui, de par son rythme, nous berce tranquillement. La musicalité des vers nous entraîne à suivre le locuteur dans sa promenade et sa rêverie.

Je m'attendais à tout autre chose avec un tel titre, mais j'ai aimé ces idéaux simples qui sont rapprochés du rêve, notamment par cette originalité : le locuteur part de son corps pour atteindre un idéal.

J'ai aimé la répétition du premier vers de chaque strophe à l'avant-dernier de chacune des strophes.

Cependant, j'ai trouvé lourdes ces répétitions du mot "roses" au début "parfum des roses" ; "des horizons roses" ; "parfum des roses"... On aurait pu éviter les "horizons roses", trop redondants, même si vous évoquez ici la couleur et non la fleur. Enfin, je trouve cela d'autant plus regrettable que cette maladresse se situe au début du poème et qu'elle laisse une impression qui n'est pas favorable à la lecture d'ensemble.

Par ailleurs, j'ai trouvé dommage que vous ayez utilisé le terme "tympan" au singulier, car dans le sens évoqué, il s'agit des tympans. De même pour le mot "œil", le singulier renvoie au regard, donc aux yeux. Personnellement, je ne trouve pas que le singulier soit un bon choix. Il fait cohérence avec "Mon nez" et les autres parties du corps, certes, mais ne me semble absolument pas nécessaire. Certains auteurs utilisent, comme vous l'avez fait, ici, ce mot "œil", donc au singulier, mais je trouve que cela sonne faux, trop bizarre - avis tout personnel.

Cela dit, j'ai trouvé ce texte fort beau et bien travaillé. Le thème nous emporte, de surcroît, vers une saison de printemps ou d'été, ce qui n'est pas pour me déplaire…

Mes encouragements.

   Cristale   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Juste dire que j'ai aimé la forme originale et travaillée de ce poème à antépiphores. J'ai aimé la poésie qui en émane.
C'est dommage cette cassure de rythme à la dernière strophe : 2 heptasyllabes alors que tout le poème est en octosyllabes. Un détail qui m'empêche d'élever ma note.
Un petit arrêt sur les assonances en "o-au" pour la première strophe, en "a/on" pour la deuxième, en "o-oi" pour la troisième, en "è-é" la suivante, et, idem, "è-é" pour la dernière.

Des détails soulignés pour un auteur qui semble porter grand soin à son écriture.
Bravo !

   Castelmore   
16/12/2018
Mon nez Rêve au paRfum des Roses ...Allitération hoRRible à mes oreilles.
Dans le même vers, la suite des sons ez et ê « indigeste » m’avait déjà heurté !

J’ai failli m’arrêter ...
Un seul vers disgracieux (pour moi !) une saute d’humeur poétique, et je perdais l’immense plaisir de lire la suite:

Une construction singulière,
Un thème connu mais renouvelé grâce à une personnification réussie.
Une très belle musicalité.

Un grand merci
J’ai bien sûr relu votre poème et ce premier vers... je l’ai dans le nez !
que j’ai trop long peut-être

   Miguel   
17/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un chant d'aède ! Une pure merveille de rythme, de mélodie, d'images, tout ce qui me fait vibrer en matière de poésie. On est sous le charme de ces vers qui soulèvent l'âme de leur souffle, à la fois lyrique et bucolique, et même avec ici ou là, comme des sous-accents épiques, en filigrane. Un enchantement.


Oniris Copyright © 2007-2019