Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
esperluette : Mes amis
 Publié le 04/01/15  -  8 commentaires  -  1251 caractères  -  171 lectures    Autres textes du même auteur

"Existe-t-il en nous un gène de l'enfance, celui qui nous préserverait à travers nos âges ?"
Robert SABATIER


Mes amis



Mon ami le soleil a la même étincelle,
Lorsqu’il me fait de l’œil de sa chaude prunelle.
Il fait fi de mon âge, l’ancêtre couronné,
Avec tous ses rayons il balaie les années.
Serait-il aveuglé et un brin mal voyant ?
Ou bien est-il atteint de tics intermittents ?

Mon amie la pluie a la même ruisselance
Lorsqu’elle trempe mes os sans la moindre déférence.
Elle fait fi de mon âge l’éternelle boisson,
Elle glisse et rigole à travers les saisons.
Se serait-elle enivrée à grands bols de nuages ?
Ou est-elle alourdie par des orgies d’orages ?

Mon ami le vent a la même truculence
Lorsqu’il trousse mon jupon, m’entraîne dans ses danses.
Il fait fi de mon âge, l’Éole vétéran,
Ses brises et ses souffles passent au-dessus des ans.
Serait-il emporté par son vif caractère ?
Ou bien est-il distrait par tant de courants d’air ?

Ai-je des amis aveugles ou pleins d’indifférence
Ou bien voient-ils plus loin que la simple apparence ?
Savent-ils mes pieds nus qui courent sur la grève ?
Savent-ils mes pensées vagabondes et mon rêve
De gagner avec eux des nuits étincelantes
Emplies de clair de lune et d’étoiles filantes ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
24/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
nous avons des amis communs, le soleil qui brûle parfois mais nous manque tant dès qu'il prend congé! La pluie capable d'inonder, sinistrer un pays mais qu'on supplie de venir quand s'étiole la flore, meurt la faune! Le vent au souffle destructeur sur les cabanes de pauvres pêcheurs, mais salvateur pour sécher ruines et larmes!
Votre premier ami n'est pas aveuglé, il aurait plutôt ces "tics intermittents"!
Le second s'est probablement enivré à "grands bols de nuages"!
Le dernier passe au-dessus de vos ans, aime "à trousser vos jupons"!
Vos 3 amis vous connaissent assurément, vous rendent bien votre attachement pour eux, et sont prêts à faire au mieux, tour à tour, pour vous faire gagner des "nuits étincelantes"!
Voici une belle parure de vers finement ciselés, aux accents rieurs, touchants, rassurants!
N'auriez-vous pu choisir un autre verbe pour "...savent-ils...mes pieds nus"?

   Robot   
29/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les sentiments ressortent bien de ce beau texte sur l'amitié. La comparaison avec les éléments est une belle métaphore. Ma strophe préférée est la 3ème, celle du vent.

   Lulu   
4/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce poème qui nous promène au travers d'images communes qui touchent notamment les poètes. Vous jouez avec les éléments, amis fidèles, bien qu'ayant eux aussi leurs travers...

J'aime beaucoup le semblant d'anaphore Mon ami... au début de chaque strophe qui renforce l'idée d'un jeu dessiné avec les différents éléments.

J'aime enfin beaucoup lorsque vous nous entrainez vers des images après avoir abordé, dans la quatrième strophe, vos propres amis, les vrais, plus humains :
"Savent-ils mes pieds nus qui courent sur la grève ?
Savent-ils mes pensées vagabondes et mon rêve
De gagner avec eux des nuits étincelantes
Emplies de clair de lune et d’étoiles filantes ?"
J'aime notamment le passage où le "je" l'emporte comme une bouteille à la mer, où le lyrisme touche le lecteur. ("Savent-ils mes pieds nus qui courent sur la grève / Savent-ils mes pensées vagabondes et mon rêve")

Ce poème évoque l'état d'esprit de nombre de poètes en rapport avec leur solitude. Sensible à tout, y compris à son environnement de rêves ("Mon ami le soleil a la même étincelle / Lorsqu'il me fait de l'oeil de sa chaude prunelle"... etc), il est surtout sensible à son rapport à l'autre ("Ai-je des amis aveugles ou pleins d’indifférence / Ou bien voient-ils plus loin que la simple apparence ?").

Ce poème me parle, enfin, personnellement, en cette période de fêtes où l'on célèbre souvent les rapports familiaux, mais aussi amicaux. Quelles amitiés tiennent dans la durée ? Quels amis avons-nous perdu de vue ?... Autant de questions qui m'interpellent.

   Francis   
4/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle déclinaison poétique des liens qui unissent les êtres à travers le soleil, la pluie, le vent. Sous l'apparente insouciance se trouve la face cachée de l'ami faite de rêves, de pensées...
J'aime beaucoup la dernière strophe.

   Michel64   
4/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ces trois amis, le soleil, la pluie et le vent, qui font fi de l'âge des hommes, sont ici personnalisés avec un certain bonheur.

Je regrette quelques césures mal placées, même pour du contemporain:
"Mon amie la pluie a ... la même ruisselance"

et quelques vers n'ayant pas douze pieds, comme :
"Lorsqu’elle trempe mes os sans la moindre déférence." accrochent un peu.

Le dernier sizain mis à part son premier vers que j'aurais remplacé par exemple par :
"mes amis sont aveugles ou pleins d’indifférence
Ou bien voient-ils plus loin que la simple apparence ?"
toujours pour des raisons de fluidité de lecture, ce dernier sizain donc, me plait beaucoup avec cette ouverture vers l'infini du cosmos.

Au plaisir de vous lire encore.

   Arlet   
4/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ces beaux sentiments me font aimer cette poésie. C'est nostalgique et gai en même temps.
J'aime cette pluie qui traverse les saisons tout en se marrant.
Merci pour cet agréable moment.

   patro   
5/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ainsi le poète reste sensible aux mêmes instants magiques découverts dans l'enfance et revit facilement les mêmes étonnements au soleil , sous la pluie ou dans le vent: "fi de l'âge" .
Par contre il sait bien que ses amis humains peuvent être inconstants ou moins sensibles que lui aux moments singuliers : quelques pas sur la grève, rêveries au clair de lune ...
Une forme agréable sur 4 sizains de même facture , facile à lire (et aimer) - sauf "sans la moindre déférence"- justifient mon appréciation.

   Pussicat   
6/1/2015
Bonjour esperluette,
Joli texte qui relie l'homme à la nature, toujours, et fait de ses taquineries une ronde joyeuse qui traverse les âges.
Je regrette toutefois le manque de rigueur apporté à certaines rimes :
voyant / intermittents / boisson / saisons / vétéran / des ans
J'aime votre texte pour son côté intemporel et cette communion...
A bientôt de vous lire,


Oniris Copyright © 2007-2019