Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Ethimor : Nuit talismanique
 Publié le 19/06/17  -  6 commentaires  -  620 caractères  -  137 lectures    Autres textes du même auteur

Divagation poétique.


Nuit talismanique



Et

Survolant de ces océans oubliés
je vis entre les vagues
des reflets d'opalines.

À cet instant
il émanait des remous de moi-même
une tempête inconnue
et ce parfum
qui depuis ne me quitte plus
intense
et vulnéraire
la fragrance iodée d'une mer
battue par la houle

et moi
perdu par la foule
des nuages innocents
je plongeai dans l'aube naissante
m'abreuver au scintillement
de l'écume
embrasser les lèvres sibyllines
la lumière
de mon Pacifique imaginaire.






 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
3/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

On parle souvent que -la poésie- doit faire voyager ! Alors, voilà bien de la poésie ! :-)
Il n' y a pas grand chose à expliquer, on embarque avec vous sur les mots et le ... tour est joué !
Merci , j' ai beaucoup aimé

   PIZZICATO   
19/6/2017
Je n'ai pas réussi à entrer véritablement dans le propos. Non plus que je n'ai pas ressenti la relation avec le qualificatif du titre.
Peut-être que quelque chose m'a échappé...

   papipoete   
19/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Ethimor,
C'est un voyage onirique avec survol de l'océan, d'un humain, d'un oiseau ?
NB il émane de ce texte des passages ou le lecteur se perd dans le mélange d'impressions, de sensations, et il pourrait s'abimer dans les flots !
Le premier vers surprend avec sa forme " survolant de/ces ... "

   Sebrutus   
19/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
La forme des vers et strophes font penser à des vagues, parfait pour divaguer poétiquement comme vous le faites. J ai plutot bien aimé. La mer et ses seront toujours une source inépuisable d inspiration. Au delà du fait que ce poème est tout à fait agréable à lire, je n ai pas compris la relation avec le titre. J ai eu du mal à approfondir et voguer vraiment sur vos ondes.

   Marite   
19/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle et séduisante rêverie poétique. Les vers irréguliers s'adaptent merveilleusement aux ressentis éprouvés à la lecture. Aucune fausse note, la seconde strophe est ma préférée. Oserais-je dire que cette "Nuit talismanique" recèle un soupçon de magie ?

   jfmoods   
22/6/2017
Écrit en vers libres, le poème ne s'en prête pas moins à un jeu d'échos, parfois distants, à la rime. L'intertextualité charienne du titre ("Nuit talismanique") invite le lecteur à s'immerger dans la magie d'un moment auréolé de mystère (métonymie : "lèvres sibyllines"), éminemment balsamique (négation catégorique : "ne me quitte plus", adjectifs qualificatifs : "intense / et vulnéraire"). Le regard domine la perspective ("Survolant", "perdu dans la foule / des nuages innocents") avant de s'y fondre. Le thème de l'eau du large, propice à l'ouverture sur l'immensité d'un ailleurs, sert de fil conducteur au poème ("océans oubliés", "vagues", "reflets d'opalines", "remous", "iodée", "mer", "houle", "écume", "mon Pacifique imaginaire"), ouvrant la voie à une fête des sens (vue : "scintillement", "lumière", odorat : "parfum", "fragrance", goût : "m'abreuver", toucher : "embrasser les lèvres", ouïe suggérée : "une tempête inconnue", "battue par la houle"). Le choix du passé simple plutôt que du passé composé ("je vis", "je plongeai") pour accompagner l'imparfait (forme impersonnelle : "il émanait") appuie, avec le complément de temps ("À cet instant"), sur la prégnance de l'évocation. Cette nuit n'en est plus tout à fait une puisqu'elle mord déjà sur le jour et sur le faisceau de promesses qui l'accompagne ("l'aube naissante").

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2017