Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
fisoag : L'enfant
 Publié le 11/12/07  -  6 commentaires  -  1055 caractères  -  88 lectures    Autres textes du même auteur

Ne pas vouloir partager l'amour que lui porte sa mère de crainte de le voir disparaître, tel est le dilemme de l' enfant de ce poème.


L'enfant



Mon tout petit, mon coeur,
N'aie pas peur du bonheur.
Mon tout petit, mon coeur,
Laisse couler ton chagrin,
Blotti contre mon sein.

Tu vas voir, ce n'est rien.
Et puis, tes devoirs
Laisse-les pour demain.

Efface le tableau noir
De ta peine du soir.

Vas-y mon petit ange,
Laisse aller la craie blanche,
Montre à Maman
Ce rêve étrange.

Mais dis donc,
Tu te débrouilles très bien.
Mais pourquoi cet enfant
Dans la forêt très loin.
Et cette dame qui tient
Un bébé par la main.

Mon tout petit, mon cœur,
Oublie l'arithmétique.
Qui t'as dit que l'amour
Etait mathématique ?
On peut le partager
Mais pas le diviser.
Et quel que soit le nombre,
Il reste toujours entier.

Rassure-toi, trésor,
Et souris-moi encore.
Je t'aime très très fort.
Et comme l'enfant,
Qui dans mon ventre attend,
L'amour, de jour en jour,
Devient un peu plus grand.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
11/12/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai adoré, voila !

Tu transcris bien la peur du premier enfant de voir l'amour s'en aller (en même temps que la mer dans son dessin) par l'apparition d'un "petit frére".

Il faut savoir le rassurer et même si c'est compliqué parfois lui donner autant d'amour et lui donner un rôle nouveau de "grand frére".

L'écriture est naturelle et à la fin tout s'éclaircit, bonne forme, trés bon fond, je te félicite.

   clementine   
23/1/2008
C'est un joli tableau que tu as peint.
Un vrai portrait de famille et les sentiments sont bien exprimés.
L'anxiété ressentie par le premier né, à l'annonce de la venue d'un prochain bébé est perceptible et la mère qui déploie tout son amour pour le rassurer est touchante.

   Anonyme   
17/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Très joli l'amour d'une maman... L'avant dernière strophe superbe. Peut-être un poil de sentimentalisme mais là c'est vraiment pour faire mon intéressant... Car j'ai beaucoup aimé.

   jensairien   
22/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
ah oui alors un beau poème, très touchant qui se déroule naturellement et subtilement. Je trouve comme Notrac l'avant dernière strophe bien sonnée !
un joli exercice dans le style "dites en le plus possible avec le moins de mots possibles"

   widjet   
22/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Jusqu'au dernier moment j'ai eu peur...puis "ouf" cette avant dernière strophe, bien senti qui tire le texte vers le haut et donne finalement un cachet assez touchant à cet amour maternelle.

Widjet

   Anonyme   
29/11/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Vous avez une écriture très agréable, par son côté fluide, je dirais que vote poésie est abordable, dans prendre la tête, elle est simple, élégante par la sincérité de ses propos. Mais vous ne faites pas pour autant dans le mélo-dramatique.

J'ai vraiment pris un très très grand plaisir à lire et à relire votre écrit, il est si éloquent, si significatif de ce qu'est la peur ressenti de l'enfant lorsque vient un "autre".

" Mon tout petit, mon cœur,
Oublie l'arithmétique.
Qui t'as dit que l'amour
Etait mathématique ?
On peut le partager
Mais pas le diviser.
Et quel que soit le nombre,
Il reste toujours entier.

Cette strophe est puissante, en moi, elle résonne, je peux aisément comprendre cette incertitude, car il n'en est pas toujours ainsi, "l'amour parfois se divise et pire encore se soustrait".

Vous avez su étayer tout au long de ce texte vos propos, avec beaucoup d’authenticité et de pertinence.


Oniris Copyright © 2007-2020