Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
FloKassar : Horcruxe (poème caché)
 Publié le 05/02/21  -  10 commentaires  -  1193 caractères  -  177 lectures    Autres textes du même auteur

À Margaux.


Horcruxe (poème caché)



Il me semble parfois
Avoir trompé la vie
Et caché par magie
[…]
Une partie de moi
Dans les yeux d’une enfant

[…]
[…]
Dans le bleu de ses larmes
On trouvera vivant
Un morceau de mon âme
Quand je serai parti.

[Parfois]
[Magie]
[Moi]
[Enfant]
[Vie]
[Armes]
[Défend]
[Flamme]
[Nuit]
[Armure]
[Blessures]
[Infini]
[Peur]
[Yeux]
[Fille]
[Larmes]
[Bleu]
[Âme]
[Vivant]
[Parti].

Voici bientôt demain
Et je cherche toujours
Les mots les plus précis
Pour conter le récit
D’avoir un l’autre jour
Croisé votre chemin.

Mais aucun d’entre ceux
Qui existent déjà
Ne revêt à mes yeux
Suffisamment d’éclat
Car vous êtes un ange
Et ne vivent ici-bas
Que trop peu de nuances
Pour de vous faire foi.

Alors si je m’en vais
Un jour sans prévenir
C’est que sur mon navire
Je suis parti chercher
Des rimes infinies
Pour vous faire briller
Autant que de ma vie
Je ne vous ai aimée.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
5/2/2021
Le rythme trop régulier pour moi d'hexasyllabes parlés a gâché ma lecture. Bon, c'est tout personnel, quand je lis des vers sur ce rythme uniforme je bute, chacun me semble une unité en soi et j'ai le plus grand mal, je ne dis pas à apprécier la vision d'ensemble du poème, mais simplement à la percevoir ! Consciente que cette limitation vient de moi, si votre poème est publié j'ôterai l'évaluation obligatoire en Espace Lecture.

Si je commente, c'est pour saluer cette belle idée des mots-clés entre crochets, cela m'a fait penser au principe du "hashtag" ; je l'aurais préférée en l'occurrence utilisée avec plus de parcimonie pour mieux faire ressortir les idées directrices, mais bien sûr c'est vous qui voyez.

En relisant je me rends compte que ces fameux mots-clés ne sont pas tous cités dans le poème... Intrigant, intéressant ! Quelque chose de caché, oui.

   embellie   
25/1/2021
 a aimé ce texte 
Pas
Quelle étrangeté, ce texte ! Sans aucun doute, quelque chose m'échappe et m'empêche d'adhérer.
J'ai d'abord cherché la signification du mot horcruxe que je ne connaissais pas, et ne l'ai pas trouvé sur mon petit Larousse. J'ai donc eu recours à internet, et j'ai compris mon ignorance, n'étant pas lectrice des aventures d'Harry Potter. Et oui, cela existe.
Cela dit, j'aime assez les deux premières strophes de ce poème bizarre. Elles explicitent le titre.
Je ne vois vraiment pas l'intérêt de la suite de mots, contenus dans ces deux strophes du début, répertoriés en liste. Sont-ils là pour que le lecteur les apprenne par cœur ?
Quoi qu'il en soit, ils font une cassure entre les deux premières strophes où l'auteur émet des réflexions personnelles et les trois dernières, où il s'adresse directement à la Margaux de l'exergue pour lui déclarer son amour, si bien qu'on a du mal à trouver entre elles un rapport.
Dans les derniers vers, « D'avoir un l'autre jour » écorche mon oreille et ne me paraît pas correct. Sans doute voulez-vous dire « un jour ou l'autre » ?
Et pour finir je suis troublée par une concordance de temps :  « alors si je m'en vais un jour sans prévenir c'est que sur mon navire je suis parti chercher. » J'aurais mis « je serai parti chercher. » Mais je peux me tromper, n'étant pas experte en la matière. Navrée pour ma notation. Une autre fois peut-être.

   arigo   
27/1/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Je comprends l'originalité et l'idée de cet écrit mais je m'y perds trop rapidement.

Je retrouve finalement bien plus de plaisir à la lecture des trois dernières parties plus fluides et pour le coup joliment poétiques.

Merci pour le partage.

   Kekedi   
5/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour.
Je rejoins les précédents commentaires. Je trouve également que c’est une belle idée ces mots-vers qui se succèdent. Mais là il y en a vraiment trop à la suite et on s’y perd complètement. Ce qui fait qu’à la fin de la lecture cette belle idée laisse un goût amer d’inachevé. Vraiment.
Je comprends que ces mots-vers cachent un poème, à nous de le deviner ? Mais comme il y en a trop on abandonne.
Pourquoi ne pas repartir ces mots-vers entre les strophes ?
Pour moi un être qui mérite d’être retravaillé, et c’est avec plaisir que je le relirai alors.
Dominique.

   papipoete   
5/2/2021
bonjour FloKassar
Chaque jour, grâce aux auteurs oniriens, je m'instruis !
Ce jour, " horcruxe " que je ne vous promets pas de placer dans une de mes lignes à venir !
" Je cherche à vous dire toute ma gratitude, très chère ; mais les mots trop terre-à-terre de mon vocabulaire, ne trouveront jamais l'heur de vous plaire... Si un jour vous déplorez de ne pas me trouver, cela voudra dire qu'ailleurs, je suis allé chercher ces rimes qui manquent à ma plume. "
NB je trouve le fond de ce poème charmant, et m'applique à retenir ses phrases poétiques de bon aloi. Mais me maudirez-vous, si je vous avoue ne pas saisir la finalité de cette colonne de " mots " ?
Difficile ainsi de noter l'ensemble...

   myndie   
5/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour FloKassar,

J’avoue que, dans un premier élan, le titre m’a fait craindre quelque pseudo réflexion tirée par les cheveux, portée par une écriture aphorique issue des juvéniles sagas « Harry Potter ».
Mais lecture et relecture de votre poème m’en ont fait goûter le miel poétique.
Vous avez fait le choix d’ébranler le modèle de la lecture par une construction - en première partie - qui rend les éléments difficiles à saisir. Bien que devinant le fil rouge qui relie le tout, je ne me suis pas trop hasardée à en forcer la serrure; je me suis contentée de m’écouter dire à voix haute cette énumération.
Par contre, la poésie est lisible à fleur de mots dans les strophes suivantes. Je suis sensible au contenu, au rythme, à ce mouvement qui crée une sorte de célébration de cet amour infini...et pourtant fini.
C’est une déclaration délicate et toute en nuances (ici, je vous contredis donc^^).
Et, malgré les 2 derniers vers dont la construction me déconcerte, la chute est vraiment très jolie.

   Provencao   
5/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Alors si je m’en vais
Un jour sans prévenir
C’est que sur mon navire
Je suis parti chercher
Des rimes infinies
Pour vous faire briller
Autant que de ma vie
Je ne vous ai aimée."

D'une grande élégance!

J'ai bien aimé cette présentation. Originale à souhait où le sentiment amoureux infini n'existe qu'en renaissant sans cesse et devenant sublime.


Un morceau de l'âme presque au rang de l'illusion, de la folie et de l'étrange.
C'est ainsi que j'ai ressenti Horcruxe.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Arsinor   
5/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sympa ; enlevé serait un adjectif peu adapté mais... il y a le rythme des demi-alexandrins, qui vont plus vite que ces 12 syllabes majestueux. La coupure par des mots entre crochets est moderniste et réussie, et donne tout le sel à votre texte. Il semble qu'on puisse compléter les deux premières strophes avec ces mots donnés comme dans un jeu de Télé 7 jeux. Un bémol viendrait du thème de l'écriture et des rimes dans un poème, encore qu'il s'agisse de dire (idée éculée avouons-le) que "les termes me manquent pour décrire ce que je ressens, ô mon amoureuse !"
Horcruxe ? Cruciverbiste ? Je n'ai pas compris le titre.

   Atom   
5/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Au premier abord, on pourrait croire à une arnaque poétique du style "contemporain-pompeux" mais au fond, je trouve qu'il n'en est rien.
Il me semble qu'ici, le narrateur s'interroge sur ce qu'il restera de lui (et de ses actes) après sa mort auprès sans doute des seules personnes qu'il aura réellement aimées.
Il y a surement beaucoup de choses désagréables qui resteront… et qui peut-être trop difficiles à dire, resteront ici sous forme de mots-clés et non-dits entre crochets. Quelque chose de dissolu.
Le titre laisserait par ailleurs penser à quelque chose de néfaste.
Les trois dernières strophes dans leur fluidité et dans leur présentation plus classique et plus assurée semble présenter une sorte d'apaisement, peut-être aussi une rédemption.

   WILCO   
9/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Jeu de mots. Placer aux endroits adéquats les mots qui en ont été retirés. La patience n'étant pas ma qualité première, je ne prends pas le temps de me plier à cette obligation. C'est dommage car le style est prometteur (pour des textes sans artifices). Je noterai car j'ai lu ce qui me sembla l'aveu de regrets d'un père dans une forme plaisante mais trop particulière.


Oniris Copyright © 2007-2020