Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Francis : Chanson d'automne
 Publié le 09/02/17  -  21 commentaires  -  732 caractères  -  334 lectures    Autres textes du même auteur

"Passe l'automne, vienne l'hiver…"


Chanson d'automne



Les oiseaux ont quitté les buissons de charmille,
Les arbres dépouillés esquissés au fusain.
Prairies, labours, bosquets que le temps déshabille,
Semblent se diluer dans les plis du crachin.

Les couleurs, les parfums, se sont évanouis
Sous le voile laiteux d’un matin de novembre.
Il n’y a plus de fleurs aux jardins assoupis,
L’érable n’a laissé qu’un tapis rouge et ambre.

Les senteurs de l’humus, de bûches consumées,
Les reflets fugitifs des passantes pressées,
Réveillent dans mon cœur la chanson de Prévert.

Il pleut des feuilles d’or, alors je m’abandonne
Aux souvenirs d’été, aux plaintes de l’hiver
Qui s’installe déjà dans le vallon atone.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
22/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Jolie et sobre poésie.
Je ne veux relever aucune image, que des merveilles.
Vraiment le cadre est magnifique. J'admire le décor au couleur gris-matin, rouge, ambre et or,.
Les sensations visuelles, et aussi odorantes avec "Les senteurs de l'humus, de bûches consumé es" m'envahissent.
L'écriture est fluide, une lecture mélodieuse.
Un tableau vivant, frais, dessiné sous une plume d'émotion

   GilbertGossyen   
24/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup ce poème. Pour son sujet, pour sa forme, pour le choix des mots. J'aime cette évocation des sens, la vue, l'odorat, mais aussi l'évocation des sensations et de la mémoire. Et la chute finale dans le dernier vers. Beaucoup de choses dites en un sonnet. Merci.

   silvieta   
27/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bien joli sonnet dont les images ont revêtu leur parure d'automne. Oiseaux sur le départ, paysages laiteux, odeurs d'humus et premiers feux dans l'âtre, tout y est.

Du savoir-faire, de la douceur, un peu de tristesse, un moment de lecture bien agréable.

   Donaldo75   
28/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Voici un poème apaisant, avec son côté nature morte. L'automne est bien décrit, de manière gracile, avec les cinq sens pour que le lecteur s'imprègne bien de ce temps.

La forme du sonnet convient bien à ce thème, empêchant d'en faire des tonnes dans les images.

C'est très réussi.

Merci pour la lecture,

Donaldo

   Anonyme   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis,

Je ne suis pas fan de poésie bucolique, ça me fait chialer, surtout quand c’est plan-plan.
Mais si j’accepte de jouer le jeu, je dois reconnaître que votre petite musique est plus agréable que celle des tourterelles qui roucoulent sous ma charpente.
Toutefois, dès que je mets le nez dans des alexandrins, surtout quand ils composent un sonnet, je suis un peu tatillon :
« évanouis/assoupis » est pauvre comme une becquée de moineau, mais comme c’est du contemporain, je me félicite de faire un peu de régime avant le printemps.
Ne parlons pas de « consumées/pressées ». Là vous me poussez à la diète d’ortolan.

Si je m’étais levé du mauvais pied, ce poème m’aurait fait trébucher. Je sais pas, j’ai dû atterrir sur de la moquette.

Ludi
cuit cuit

   papipoete   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Francis,
La nature n'est pas morte, elle s'endort ; quelques fleurs font de la résistance osant un ultime pétale et sous l'érable, est déroulé une moquette pourpre .
Comme les oiseaux qui se cachent, les passants pressés s'enferment au nid ; auprès de l'âtre commence la longue veillée aux lectures, et se réveillent en tête de vieilles chansons d'Automne .
NB encore un sujet rebattu hurlera le grincheux, mais il l'est de si belle façon, et si apaisant " sous le voile laiteux d'un matin de novembre " ; même les odeurs parfument vos vers, je sens la fraîcheur de l'humus ...
Le " néo-classique " allégeant certaines règles strictes, me semble ici s'appliquer à votre poème ?

   Anonyme   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis... Les fragrances et couleurs contenues dans ce sonnet auront suffi à mon bonheur. Poème bucolique s'il en est, une écriture sans complications, qui va au principal, des rimes agréables à l'oreille et le tour est joué !
J'aurais, pour ma part, essayé de conclure avec le mot automne, comme par exemple... Qui doucement s'installe en place de l'automne... ou quelque chose dans ce genre.
Simple suggestion, of course !

Merci pour cette très agréable lecture...

   Marite   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne saurais dire si cette poésie pourrait être classée en classique ou néo-classique mais le rythme régulier des alexandrins m'a captivée au point de me transposer en plein automne le temps d'une lecture.
Quant aux images suggérées ... arbres esquissés au fusain - les plis du crachin - le voile laiteux des matins - le tapis rouge et ambre - les senteurs ... etc, je pourrais presque tout reprendre tant elles sont évocatrices des charmes de cette saison. Une magnifique description d'atmosphère.

   Robot   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien sûr on pourrait dire "encore un poème sur l'automne et les saisons" cependant même sans être absolument original il est d'une belle écriture et cela me suffit pour l'apprécier, le lire et le dire.
Il y a des contemporains qui valent tout autant que des poèmes purement classique.

   PIZZICATO   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a eu, il y aura toujours des saisons sur notre planète (du moins espérons le..) Il y a eu il y aura toujours des poésies sur l'Automne ; sur l'amour, sur la mort, sur le temps qui passe. Est-il vraiment judicieux de parler de récurrence en poésie. L'essentiel c'est que le thème soit bien traité. Ici, il l'est !
Un tableau agréable avec de belles images.

" Réveillent dans mon cœur la chanson de Prévert." par contre, là, je trouve un peu convenu.

   Hananke   
9/2/2017
Bonjour Francis.

Pour une fois et pour ne point être trop désagréable, je vais juste
souligner les points de ce texte qui me plaisent : ça ira plus vite.

Dans les plis du crachin me plait bien.

Le premier tercet avec sa référence à Prévert (même si je n'ai pas
un amour immodéré pour ses textes) me plait également.

Et le second tercet qui me fait penser aux feuilles mortes
chanter par Montand mais qui aurait du être tellement mieux écrit.

Pas d'appréciation pour ne pas casser l'ambiance.

   hersen   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Francis,

Le titre ne ment pas et nous savons ce que nous trouverons.

Les couleurs sont magnifiques et l'ambiance, mélancolique, porte les vers.

Je sais que tel n'était pas votre but, mais j'aurais aimé aussi, en plus de la beauté de vos vers, quelque chose qui me prenne davantage, qui me fasse dresser l'oreille. Qui résonne dans le vallon atone.

Mais ce fut une lecture bien agréable.

Merci,

hersen

   Zorino   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Francis,
Je pense que dans votre magnifique sonnet, il y a me concernant, tout le condensé de ce qui me charme lorsque je lis un poème. Je m'explique.
Ce que j'attends de l'art en règle générale, tient en à peine quelques mots : qu'il me fasse vibrer, sentir bien et si possible m'envoler, un peu à l'instar de vos oiseaux qui ont quitté les buissons de charmille. Et en vous lisant, ce fut le cas. Il m'est revenu en mémoire de très beaux souvenirs corrélés à mes jeunes années, lorsque j'empruntais d'un pas jovial le chemin de l'école, et que les parfums campagnards et les paysages automnaux éblouissaient mes yeux puériles (là, je m'égare. J'ai cette étrange impression en écrivant ces mots d’être allongé sur un canapé, dos à un psy freudien).
J'ai adoré la manière dont vous nous prenez par la main et nous menez avec tendresse dans le jardin de votre univers bucolique. Votre poème, qui respire la joie de vivre, m'a également fait penser à une émission télévisée que je dévorais et que peut-être vous avez connu : Nicolas le jardinier. Sans parler de Prévert : "Deux et deux quatre, Quatre et quatre huit... ("Page d'écriture", poème étudié en classe de CE2)
Quant à la prosodie, je laisse le soin à qui en a les facultés de se charger de cette besogne. Me concernant vous avez touché en moi une corde sensible. What else ?
Merci pour ce beau et plaisant partage idyllique

   Eccar   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis,
Les images sont belles, vivantes, simples et authentiques. Un artiste esquisse au fusain ces décors d'automne. Les couleurs affadies, les parfums différents, l'humidité de la terre, les feux de cheminées, le froid qui fait presser les passantes, et les feuilles d'or, le vallon qui se tait. "L’érable n’a laissé qu’un tapis rouge et ambre." ce vers est très beau.
Ce poème est riche par ces tons d'une saison que l'on dit triste mais qui sait être belle malgré tout, en tous cas par ses rimes douces dont vous l'avez décorée. Un beau tableau sans prise de tête que cet automne. Il n'y a que le titre déjà utilisé qui aurait pu être autre. Il y avait tellement de possibilités. Allez, un petit effort, changez-le et ce sera parfait.
A vous relire avec plaisir.

   Francois   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Il est difficile d'écrire un poème intéressant sur un sujet comme l'automne, que de nombreux poètes ont traité avec plus ou moins de bonheur... Ici, le pari est réussi, le poème évoque de belles images, le ton est nostalgique, le tout est fort visuel.
Quelques bémols cependant : les 2 participes passes "dépouillés esquissés" du vers 2 me semblent maladroits. Les rimes "évanouis assoupis" sont faibles. Qui sont ces "passantes pressées" ?
Par contre, la plupart des rimes sont originales, il se dégage de ce poème une atmosphère particulière, pleine de mélancolie.
Un joli texte, sur un sujet rabâché et donc difficile.

   MissNeko   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bien joli poeme très imagé qui inspire le calme. Après sa lecture on ressent la tranquillité de la nature automnale
Le choix des mots et notamment des adjectifs donne du relief au poème : voile laiteux, jardins assoupis, tapis rouge et ambre , feuilles d'or, vallon atone.
On voit facilement la scène poétique se déroulait dots nos yeux.
Un très agreable moment de lecture sur cette belle saison Qu est l automne.

   Michel64   
10/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle méditation de fin d'automne.

Les petits moins d'abord :

Le premier vers utilisant ce "ont", on s'attendrait pour le second à
"Les arbres sont dépouillés esquissés au fusain."
Bien sûr cela ferait treize pieds. Alors pourquoi pas :
"Les oiseaux disparus des buissons de charmille,
Les arbres dépouillés esquissés au fusain."
Ceci dit, les oiseaux (à part les migrateur), font bien partie des paysages d'automne et d'hiver. Ils s'adaptent.
Ensuite une contradiction à mon sens:
"les parfums .... évanouis" et
"Les senteurs de l’humus"
La nature offre toujours des parfums, différents suivant les saisons, même si le grand froid peut les atténuer.

Les plus :

Tout le reste que je ne cite pas et qui décrit très bien les paysages de la nature et de votre coeur
pour cette fin d'automne.
Au plaisir de vous relire
Michel

   Proseuse   
12/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Francis,

C' est vrai que c' est un beau poème, mais, ( et cela j' en suis bien consciente! ) j' ai tellement envie ( besoin) de sursauter , d' être surprise ... emportée par la poésie que là , je ne me sens pas décollée , je suis juste à côté, dans la contemplation, pour moi, le poème n' a pas assez d' envergure pour me faire rêver, mais j' en conviens c' est mon problème de lecteur et pas le votre ni celui de votre poème !
ceci dit je n' ai eu aucun déplaisir à vous lire loin de là !
Merci pour le partage et à vous relire bien sûr

   Ananas   
16/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Francis,

que voilà une jolie production !

Moi qui suis assez hermétique aux formes classiques (par conviction et choix stylistique, je vénère Baudelaire mine de rien), je trouve que votre travail des rimes est d'une richesse assez peu présente en ces lieux !
Souvent excuse au poème, chez vous elles coulent comme de source, et c'est agréables à mes oreilles modernistes !

Les choix lexicaux et syntaxiques sont intelligents et cohérents, et l'émotion déborde de vos vers, sans nous en jeter plein la vue, avec une sorte d'humilité très agréable (et rare).

Vous arrivez en fait à éviter tous les pièges de l'exercice et vous maîtrisez la technique avec brio.

Merci infiniment pour cette découverte très visuelle, et très convaincante !

Au plaisir, indéniable, de vous relire bientôt je l'espère !

Ananas,
fruit conquis

   letho   
21/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Francis

j'aime la délicatesse de cette chanson d'automne,qui, par quelques mots simples, mais très bien choisis --esquissés au fusain, les plis du crachin, les reflets fugitifs des passantes pressées...--nous installe au coeur des parfums et couleurs de cette douce saison.

Merci et à vous lire encore

   Eki   
18/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
De la délicatesse dans ce paysage coloré, les oiseaux ont quitté les buissons mais c'est pour mieux entendre la sonate d'automne qui se joue ici.

Une atmosphère que j'aime.

Eki dans le jardin assoupi


Oniris Copyright © 2007-2019