Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Garnement : Poète
 Publié le 23/02/12  -  5 commentaires  -  1025 caractères  -  148 lectures    Autres textes du même auteur

Un texte empreint de surréalisme, donc ouvert aux interprétations.
Mon propre fil directeur : parler d'un homme, d'un poète. Un hommage comme le laisse suggérer le dernier paragraphe.


Poète



Les paumes lissées d'être porte-voix
Voix qui s'est creusée au vent
Un bruit de désert dans une eau de silence
Il tousse sa vie vers les tympans sourds

Les vagues les ont arrondies
Ses petites fiancées d'août
Et dans son coffre enroué
Des trésors de violence
Miment leurs vies de château de sable

Il joue au loup avec le temps
En fige les mots de ses huit doigts glacés
"À celle qui savait la mer
Rongée par le sel"

Il en écrira tant
Sur elles et dans leur dos
Chloé, rire de sodium
Et bavure d'encre bleue
"J'en emplirai les eaux"
Tant promis sur le sable
Que le marchand passa

La suite est connue

Trois grains dans les yeux
Deux lignes d'horizon
Allongées sur la plage grise
Où pissent à vau-l'eau
À marée montante
Les chiens écrasés

J'en parle, c'est que je l'aimais
J'ai reçu en héritage une laisse de mer
Et sa dépouille de bois flotté


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nombrilc   
23/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Moi j'aime bien, c'est frais, assez facile à lire, si le surréalisme nous parle.
La fin est quelque peu obscure mais assez subjective pour terminer comme cela chante.
Personnellement j'ai décroché vers: "la suite est connue"... ou encore "où pisse à vau-l'eau"

Bref, une bone partie de patinoire.

   Charivari   
23/2/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Non, désolé, je n'ai pas été du tout convaincu. Pas surréaliste pour moi, il manque une graine de folie là-dedans. Confus, c'est plutôt le mot qui me vient.

Il y a cependant quelques jolies images ("la mer rongée de sel" par exemple, "bavure d'encre bleue", etc), et une prosodie assez subtile, hélas, ça manque de structure, et on a l'impression d'une évocation très explicite mais brouillée pour que le lecteur ne comprenne pas. Et le résultat, c'est que l'émotion est absente, en tout cas pour moi

   brabant   
24/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Garnement,


Il y a de belles choses là-dedans auxquelles il faudrait peut-être apporter davantage de liant, mieux expliciter bien que ce soit du surréalisme certaines images, travailler le clin d'oeil, la complicité avec le lecteur, ne pas s'amuser à le faire patauger tout en sachant qu'on lui tient malgré tout, mais en douce, la main.

J'aime assez ces "paumes... en porte-voix" et ce "coffre enroué".

"La suite est connue" dites-vous, c'est vrai que le poète est incapable de garder un secret. Mais ce secret, on aimerait que vous le répétiez, c'est fait pour ça un secret, pour être répété. Tant pis pour les "petites fiancées d'août", tant pis pour Chloé, tant pis pour le marchand de sable. Le poète a la mémoire des rêves.

Les deux derniers vers sont remarquables :
"J'ai reçu en héritage une laisse de mer
Et sa dépouille de bois flotté".

   funambule   
24/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte facile à lire... son surréalisme est agréable, accessible. J'ai aimé me plonger dans cette ambiance (ou ce qui y confine). Je ne sais de quel hommage il s'agit mais il semble saisit largement les sens pour nous emporter vers le poète anonyme, celui qui vit de ses mots sans qu'ils le fassent vivre... et dont l'héritage reste indéfinissable... mais réel puisque nous sommes ici.

   David   
9/3/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Garnement,

Je reste peu convaincu du titre, il colle peu au poème je trouve. Celui-ci part un peu mollement à mon goût, mais dès les "petites fiancées d'août", je me laissais emporté. Quelques images interrogent comme :

"En fige les mots de ses huit doigts glacés"
Pourquoi huit (peut-être des mains en porte-voix)
"Deux lignes d'horizon"
Pourquoi deux.

D'autres sont jolies à mon goût et à prendre telles quelles il me semble :

"Il joue au loup avec le temps"
"Chloé, rire de sodium
Et bavure d'encre bleue"

J'aime bien le tout dernier passage aussi.


Oniris Copyright © 2007-2022