Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Geigei : Canicule
 Publié le 27/06/23  -  12 commentaires  -  703 caractères  -  503 lectures    Autres textes du même auteur


Canicule



La canicule est une bonne excuse
Pour m'arrêter, à la belle saison,
M'interroger en mentale oraison,
Trouver du sens quand tout me désabuse.

Et je m'arrête, à la belle saison,
Dans la fraîcheur, le calme d'une église.
L'odeur d'encens, divine exhalaison,
Parle à mon cœur, l'émeut, le tranquillise.

Je m'interroge en mentale oraison.
Mais la Manon m'empêche de poursuivre,
Change les lys dans un grand pot de cuivre
Me demandant de voir sa livraison.

Trouver du sens quand tout me désabuse.
« Admire un peu ce superbe pistil.
Est-il nacré ! Mais à quoi pense-t-il ? »
La canicule, une excellente excuse !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
20/6/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
n'aime pas
Mon premier avis était mitigé concernant ce texte. J'ai trouvé finalement que le propos était plat et convenu, servi par des vers dont la rime se voit trop. Du coup, la rédaction se voit, comme les traits de l'esquisse du peintre sous le tableau. Il y avait probablement de la place pour plus d'allant, moins de platitudes. Le dernier quatrain essaie de changer la tonalité en jouant de la ponctuation mais ça ne change rien à l'impression d'ensemble, c'est juste comme mettre une tâche plus colorée sur le tableau dont je parlais précédemment. Le dernier vers ne semble là que pour la rime et résume bien le tout. Je n'ai pas senti l'inspiration au rendez-vous.

   Provencao   
27/6/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Bonjour Geigei,

J'ai lu plusieurs fois votre poésie et j'ai eu la sensation que vous cherchiez ce point central, la canicule, qui paraît un point presque insaisissable; énigmatique ...

Sommes nous toujours ou parfois en exil de ce point insaisissable; il semblerait que vous ne le possédez pas . La question qui me vient est: sommes nous seulement à son écoute?

"Trouver du sens quand tout me désabuse.
« Admire un peu ce superbe pistil.
Est-il nacré ! Mais à quoi pense-t-il ? »
La canicule, une excellente excuse ! "

Etre traversé par ce sens alloué parfois d'un superbe pistil, c'est soutenir aussi notre propre lacune....et décentrement.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
27/6/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Bonjour Geigei
Canicule, cette période où il faut se pousser pour la moindre enjambée...Cette église où je déambule, semble me dissuader d'aller plus loin " n'es-tu pas bien là, à la fraîcheur de ma nef, au pied de mes orants ? "
NB Canicule qui frappe le chaland, nous rapproche du moindre banc, mais qui me " glace " au détour d'un chantier de rue, de toit.
Je goûte volontiers les 2 premières strophes, aux rimes zon à foison, précheuses d'indolence... quand la 3e joue en dissonance.
Décasyllabes tout-à-fait classiques

   Lebarde   
27/6/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime un peu
Une poésie classique, forcément je m’arrête, je m’intéresse, je lis et relis plusieurs fois pour constater que la forme est respectée, bravo.
Pourtant je ne me décide pas à commenter en EL, comme j’en ai souvent l’habitude,
Alors j’y reviens; j’ai bien vu ces reprises de portion de vers d’une strophe sur l’autre, sans trouver l’explication du « pourquoi ». Peut-être y a t’il une bonne raison que je n’ai pas repérée?
Et puis j’ai chercher ce qui pouvait relier la « canicule » au propos développé : « Je m’interroge en mentale oraison »
Et « Trouver du sens quand tout le désabusé »??

Je vous le dis je n’accroche pas et n’arrive pas à trouver un fil cohérent et satisfaisant au sujet que vous proposez.
Je le regrette.

Lebarde

   Pouet   
28/6/2023
Slt,

comme vous avez pris la peine de me commenter à plusieurs reprises, je me sens un peu obligé de vous rendre la pareille ou l'appareil à commenter, même si j'avoue que je demeure un peu sec pour le coup, sans doute la chaleur...
Alors, "La canicule est une bonne excuse" pour "s'interroger en mentale oraison" donc... Heureusement que "tout me désabuse" aussi et que "trouver du sens" n'est pas forcément mon occupation principale, car j'avoue que je demeure un peu sec que j'vous dis, car dans ce cas beaucoup de choses sont de "bonnes excuses"... la pluie tiens, c'est bien, ça, la pluie... ça cause des ravages et on se réfugie aussi, tiens, la pluie, c'est bien aussi (diluvienne la pluie, comme il se doit)...
Rien ne m'emballe vraiment, ni fond, ni forme ("Parle à mon cœur", "la belle saison", le calme d'une église" etc...), je ne trouve rien qui retienne particulièrement mon attention hormis les quelques poncifs sus-cités...
Les quatrains 3 et 4 me semblent toutefois plus intéressants.
Alors certes la forme est sans doute parfaitement classique, mais j'ai envie de dire : et après?
Je n'ai sans doute rien compris à votre texte pourtant j'ai essayé fort.
Une prochaine fois j'en suis sûr.

PS: en lisant "après coup" les autres commentaires, je comprends qu'il s'agit d'une évocation érotique, désolé pour ma perspicacité "en berne".

   Malitorne   
28/6/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
aime un peu
Une poésie érotique assez laborieuse dans son fond et sa forme. Je ne doute pas que les contraintes du classique soient respectées, au détriment de l’harmonie des mots. Plusieurs vers sonnent désagréablement aux oreilles, sans compter ce vilain participe présent : « Me demandant de voir sa livraison ».
Il manque à mon sens de la fluidité, de la musicalité, qui donnerait un allant naturel à cette rencontre sous les voûtes sacrées. Et puis le pistil, tellement utilisé...

   Edgard   
28/6/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Bonjour Geigei,
Classique...pourquoi pas? L'opposition entre les deux premières strophes et les deux suivantes pourrait faire l'affaire, le décalage vers l'érotisme. Mais il eût fallu un glissement plus subtile, à mon humble avis et là, c'est un basculement un peu abrupte.
"M'interroger en mentale oraison," me semble presque un pléonasme. D'autant que le vers revient dans le reste du poème.
L'idée est bonne: la canicule qui vient perturber une méditation, une interrogation sur le sens de l'existence...mais un peu plus de subtilité, dans le choix des mots, aurait à mon sens plus de force. Quelque chose de plus poétique. "Me demandant de voir sa livraison." n'est peut-être pas le top de l'art poétique...(la rime?)
C'est cette hésitation entre langage classique et propos sensuel abrupte qui est difficile. J'aurais bien vu un passage plus direct au langage populaire (style Desproges...) Fallait oser!
Bon, un sourire tout de même.

   Damy   
4/7/2023
trouve l'écriture
convenable
et
aime bien
Charmé et intrigué par les 2 1° quatrains d’un probable pantoum ou d’un antépiphore élevant vers les sommets d’une sage méditation, voilà que la vulgaire Manon vient foutre en l’air l’ascension et le style. Le choc est réussi ! « La canicule est une bonne excuse », oui. ;-)

Ps : j'aurais écrit "sacré" plutôt que "nacré"

   solinga   
13/7/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Un contraste très plaisant entre la sacralité du lieu et la trivialité du bref échange restitué. Mais le sublime s'obstine et reparaît grâce à l'adresse salvatrice au muet pistil des fleurs du lys.

   Geigei   
24/7/2023

   Joy   
2/11/2023
Certains diront que c'est perfectible...
D'autres diront que c'est trop facile...
Certains se contenteront d'un "like"...

Pas de pouce bleu pour moi.
Qu'importe le style, c'est le fond qui m'a touchée.
Pas besoin de plus. Une sensation qui passe, une idée qui fuse.
La mémoire de la chaleur, de la lumière, et voilà qu'un feu se ravive quelque part en nous. Pas celui de l'action, mais celui qui nous aide à nous poser, pour simplement goûter à l'instant.

C'est cool Geigei !
On en veut d'autres ainsi.

   Nomad   
19/12/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime beaucoup
Au début je n’ai pas trouvé le rythme, mais après plusieurs lectures une petite musique c’est faite dans ma tête.
J’ai moi aussi tombé la veste dans une petite chapelle du 04 un jour de canicule sans le côté érotique juste le pique-nique et une grosse sieste.
Votre poème m’a transporté à ce jour de canicule et ce doux moment de plénitude. Alors oui j’aime beaucoup votre poeme.


Oniris Copyright © 2007-2023