Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Giewz : Entre leurs mains
 Publié le 29/03/16  -  8 commentaires  -  851 caractères  -  214 lectures    Autres textes du même auteur

En souvenir d'un amour présent.


Entre leurs mains



Comme les mains tremblantes et froides des marins
Jettent par-dessus bord le corps mort d'un des leurs
Mes doigts vers ta poitrine, en couronne de fleurs
Te présentent mon cœur, livre ouvert, sur l'écrin.

Et si les marins pleurent à la mort d'un des leurs
J'ai le sourire de ceux qui donnent sans compter
Et ma conscience peut alors se raconter
Quand tes caresses apaisent mes craintes et mes peurs.

L'amour que je confesse est un secret précieux
Ancré dans le désir des réciprocités
Des symétries parfaites, aux miroirs imparfaits
Du spectre cristallin et fragile de tes yeux.

Mais si par lassitude, le dire est un chagrin,
Un jour ma passion t'embarrasse, je veux
Que tu poses mon cœur, ô ! Acte courageux
Entre les mains tremblantes et froides des marins.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   GilbertGossyen   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est vraiment superbe.

"Ancré dans le désir des réciprocités
Des symétries parfaites, aux miroirs imparfaits
Du spectre cristallin et fragile de tes yeux."

Comme c'est profond. Il y a tant de façons d'interpréter ces vers. L'amour que nous désirons est-il une symétrie parfaite ? Et la perfection n'existant pas cette symétrie est nécessairement brisée. Qu'en résulte-t'il alors ? En général une grande complexité.

J'ai adoré, le fond et la forme.

   StayinOliv   
8/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Votre poème est intéressant mais l'absence de ponctuation de trop nombreuses fois est son principal défaut. De plus comme beaucoup de vers sont longs ( comme toute la 3ieme strophe ), ce manque de ponctuation est un problème car on ne sait pas ou se termine un vers. Par exemple au début après " mort d'un des leurs " et pareil à la seconde strophe. Les rimes ne sont également pas assez riche pour ma part pour figurer un poésie classique, voir carrément inexistante à un endroit ( réciprocité ne rime pas avec imparfaits ). Pour finir sur la forme le vers 14 est tourné bizarrement, pourquoi avoir mis une virgule après passion ?

Concernant le fond, même si l'ensemble est compréhensible, il n'en demeure pas moins pas très claire, et vous auriez dû à mon avis traité chaque strophe avec le thême des marins. La 3 ieme strophe est pour moi difficilement lisible.

   Alcirion   
29/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Le titre avait marqué mon imagination parmi les poèsies en attente : j'avais pensé y lire la marque d'une expression féminine, ce que le texte ne confirme pas expréssément.
Pour la forme, il y a beaucoup de sonorités en R, ce qui donne un aspect un peu rugueux, un manque de fluidité : tout ne coule pas aussi bien que le dernier vers de la deuxième strophe, qui est est très réussi.
Le plus compliqué, quand on parle d'amour, est de ne pas tomber dans le lieu-commun, la mièvrerie. Il y a ici un ton un peu grandiloquent qui n'est pas ennuyeux (l'amour n'est jamais un sujet léger...) car il est servi par de nombreuses illustrations réussies, originales et mélancoliques.

   Pouet   
29/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très beau poème. Un petit côté "dans le port d'Amsterdam" romantique.

Le troisième quatrain est particulièrement à mon goût. Vraiment bien exprimé.

L'ensemble me plaît beaucoup tant par le rythme que par l'expression
qui ne tombe pas dans la grandiloquence malgré de belles envolées sur l'amour.

En général je n'aime pas trop les "ô" que je trouve grandiloquents justement mais là placé avant le point d'exclamation, un peu esseulé il ma parle bien votre "o". Placé avant "actes courageux" il m'aurait déçu, là je le trouve original.

Peut-être que deux fois "cœur" est-ce trop?...

Bravo, un très bon moment pour moi.

PS: je n'avais pas lu le commentaire d'Alcirion avant d'écrire le mien (je ne lis que rarement les commentaires pour ne pas être "influencé", c'est peut-être un tort), l'absence de "grandiloquence"(enfin comme je l'entends) que je souligne n'a donc aucun rapport avec l'avis précédent. Comme quoi le ressenti varie totalement d'un lecteur à l'autre.

   phoebus   
29/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est toujours pareil l'hymne à l'amour S'imagine comprendre sans expliquer : "Quand on a que l'amour...pour unique raison !".
Sans le point de vue de l'autre on prétend comprendre autrui. En fait on ne fait que se comprendre soi-même.

Il faut chercher les ultimes arcanes de l'amour qui se dissimulent dans l'imprécision alchimique de données "pseudo-sensuelles".
Voir l'amour achevé est toujours une illusion : c'est un tumulte, une solitude, et des tentations. Alors le lyrisme...mais il est vrai que la parole suscite les ardeurs.

Bizarre le titre "Entre leurs mains" qui sous-entend une emprise totale de l'autre, un rapport de domination... à mon humble avis, l'amour vrai ne présuppose pas une telle dynamique de départ...ça me paraît être une histoire mal "barrée" : moussaillon change de capitaine !

   Teneris   
29/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
En deux mots comme en mille, j'ai beaucoup aimé ce poème qui malgré ses quelques irrégularités de rythme nous entraîne, au gré du cœur, dans l'ineffable singularité de l'amour. Les sonorités dures mirent, de mon point de vue, à merveille la cruauté de la mer comme celle de l'amour, rappelant que s'offrir à l'autre est un vrai sacrifice, avec toute la douleur qu'il peut comporter.

J'ai été par contre un peu gêné par certaines successions de consonnes, notamment « apaisent mes craintes » et « lassitude, le dire », qui sans le « e » de la prosodie classique me semblent un peu disgracieux. Dans le même ordre d'idées, les échos sonores de « d'un des leurs » et « ouvert, sur l'écrin » ne me semblent pas très heureux.

Mais cela est bien peu de choses au vu de la qualité du reste du poème ! Dès le premier vers, rugueux et assuré comme une main écorchée par la vie marine (j'aime particulièrement « tremblantes et froides », qui sans que je puisse vraiment dire pourquoi me semble, à sa manière mélodieux même sans le « e » classique... peut-être car les sont « t » et « fr » sont suffisamment différents), nous plongeons (sans mauvais jeu de mot) dans une sorte d'abysse à la fois distant et omniprésent, si effrayant qu'il en devient presque, paradoxalement, attirant, que le reste de la strophe nous ouvre avec habileté.

Je trouve le premier vers de la seconde strophe un peu plus faible. Son sens est puissant, mais, je trouve, pas suffisamment porté par les sons pour vraiment se dévoiler. Peut-être à cause de ce « d'un de leurs » que je n'aime pas beaucoup. Le deuxième, par contre, frise la perfection ! Là encore, l'élision du « e », habilement placée sur le quatrième temps ne rompt pas la mélodie et lui donne au contraire plus d'entrain, plus d'élan. Un élan presque palpable. Petit bémol pour le troisième vers, assez réussi mais, à mon sens, manquant de rythme pour propager cet élan, qui du coup s'égare un peu alors que j'aimerais le suivre plus longtemps. Je pense que cela est du à l'absence de véritable césure : l'alexandrin est un peu long pour être dit d'une traite. De même, son sens est peut-être un peu moins fort, plus attendu.

La troisième strophe est, je trouve, vraiment superbe ! Son premier vers, peu original mais joliment tourné, s'efface rapidement devant la splendide allitération du second, l'effet miroir (au propre comme au figuré) du second et la douceur du troisième, dans une ambiance, pour reprendre vos mots, « cristalline et fragile » qui m'a véritablement ému.

Enfin, la dernière strophe est fort bien écrite, originale et conclut l'ensemble sur un excellent retour à l'idée initiale, d'où l'on mesure, à l'image d'un navire regardant le rivage disparaître, l'immensité du chemin parcouru sans être vraiment certains de pouvoir, un jour, revenir.

   Lulu   
7/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avais d'abord lu ce texte rapidement sans le commenter, faute de pouvoir m'y attarder, mais je suis contente d'y revenir, car il est vraiment superbe. Si ma première lecture m'avait semblé peu fluide, il n'en est rien aujourd'hui. Le poème coule, simplement, dans son beau message. Ce lyrisme me plait beaucoup.

Tous mes encouragements pour la suite, et bienvenue.

   Anonyme   
11/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Des images frappantes de beauté, la vision colle au sentiment.
Vous nous offrez une tendre balade au goût de la liberté, j'ai eu l'impression de visiter votre palais amoureux, surtout la troisième strophe où l'on semble déambuler entre ces miroirs, comme les parois de vos sentiments.

L'image des marins est sublime, et apporte des éléments à chacun de nos sens, car nous sommes transportés sur ce bateau en deuil.
C'est un poème riche en lieux et en actes qui densifient les émotions.

La seule critique que je puisse adresser, serait sans doutes la trop grande simplicité des rimes, même si toutefois, nous sommes emballés par le fond; j'étais plus en compréhension du sens. Celui-ci nous happe dès les premiers vers!
Mais peut-être qu'un petit travail sur les rimes, ajouterait une mélodie plaisante à la lecture.
Très joli poème néanmoins, j'ai adoré!


Oniris Copyright © 2007-2022