Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
GilbertGossyen : Le bellâtre
 Publié le 29/10/15  -  18 commentaires  -  765 caractères  -  367 lectures    Autres textes du même auteur

Facétie.


Le bellâtre



Quoi !! Est-ce une façon de traiter la passion ?!
Je brûle de mille feux pour vos charmes (et votre âme),
Je vous crie mon Amour et mon désir, Madame,
Auxquels vous répondez mépris et dérision !!

Il n'est pas de destin plus triste et plus saumâtre
Quand on est un amant éperdu et sincère
Que de se voir raillé par celle qu'on vénère,
En se faisant ainsi qualifier de bellâtre !!

Mais le doute m'étreint, rassérénant mon cœur.
Les mots sont parfois traîtres, les sons souvent trompeurs.
Se peut-il que « Bel âtre » soit le nom qui m'offense ?

Mariant ainsi deux mots vous faisiez référence
Au charme irrésistible qui de mon être émane,
Ainsi qu'aux feux ardents qui dévorent mon âme.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
7/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un quiproquo peut blesser, renverser une idée, anéantir une passion. De niais à vaniteux, si " bellâtre " Vous pensez Madame, voilà qui est fâcheux!
" Bel âtre " comme feu ardent, bel amour seraient-ils le sens que vous donnez à cet homonyme, l'image de ma personne? Je brule pour la seconde opinion, qui fait de moi, l'amoureux éperdu de Vous.
Votre poème sur un seul mot, écrit ce sonnet moderne, sur le " feu " qui nous consume pour un (une) autre, et ne se démodera jamais.

   Anonyme   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour !

Passionnément j'ai aimé cet amour qui brûle et se consume dans l'âtre avec un zest d'humour et le ton alerte donné à ce sonnet !
Pour peu quElle ait un défaut de langue c'était certainement " bel astre"!
Méfions nous des mots qui ne sont pas toujours le reflet de la pensée

Merci

   Anonyme   
16/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On croirait lire une pièce de Molière, et cela m'a bien plu.

Quant aux deux tercets, ils m'ont vraiment fait sourire. On imagine ce bellâtre fat, se rengorger en pensant que la personne qu'il chérit ne peut pas l'avoir traité de bellâtre ! Au contraire, elle lui a rendu hommage.
Un peu de malice dans le vers 2. Il pense aux charmes de la dame, et il s'empresse d'ajouter : votre âme, pour ne pas avoir l'air d'un malappris.

Petit détail : je me demande si la double ponctuation est souhaitable :
?! et !!

Un poème bien tourné et plein d'humour. Merci de m'avoir fait sourire !

   Anonyme   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Gilbert... Bienvenue sur Oniris et bravo pour cet humour que j'adore. En effet il y a bellâtre et bel âtre et le quiproquo ici évoqué est très bien exploité...
Au vers 4 j'aurais préféré "opposez" à "répondez" mais ce n'est qu'un détail. Quelques vers de 13 syllabes, tolérés en poésie contemporaine, auraient sans doute gagné à respecter la métrique mais soit, je fais avec...

Hormis ces remarques, j'ai eu l'impression de lire une tirade de Molière !

Un sonnet très plaisant pour entamer un parcours onirien que je vous souhaite long et fructueux...
Merci et bonne journée

Ps : Oui, au fait, pourquoi cette double ponctuation dans les quatrains ?

   Vincendix   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà qui est intéressant et pas compliqué à comprendre.
La forme est plaisante et, à partir d’un sujet relativement banal vous arrivez à lui donner de la consistance. Le mot bellâtre est très peu employé maintenant, le mot âtre un peu plus mais seul un bellâtre peut croire que sa belle le traite de bel âtre ! J’ai noté aussi la présence de charmes dans le texte, tout à fait de circonstance, ce bois est l’un des meilleurs combustibles dans une cheminée !

   Lulu   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai moi aussi bien aimé ce poème.
J'ai trouvé seulement dommage d'y trouver des parenthèses. Je trouve, en effet, que ça fait brouillon, mais ce n'est là que mon point de vue.

J'ai bien aimé le rythme et le ton d'ensemble, de même que le propos qui nous laisse un sourire aux lèvres.

   Arielle   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un charme irrésistible très XVIIème, ce bellâtre m'a séduite dès la première lecture.
Bienvenue sur la scène d'Oniris où vous entrez avec éclat sous les applaudissements du public.

   Cristale   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour GilbertGossyen,

Je découvre avec plaisir une plume aguerrie, vive, malicieuse, éprise de la liberté de l'écriture contemporaine tout en étirant son encre dans le style des grands classiques des siècles passés.
Deux vers me semblent un peu trop longs (2 et 10) pour respecter l'équilibre de l'ensemble. Le vers final aurait mérité un peu plus d'éclat pour clore ce poème, façon vers médaillon du sonnet classique, mais je chipote.

L'auteur me semble tout à fait à l'aise dans sa poésie m'offrant, avec ce pauvre " bellâtre enflammé" et désabusé, une lecture des plus agréables.

Bravo et merci !
Au plaisir de lire vos prochaines œuvres.
Cristale

   PIZZICATO   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il est vrai que ce sonnet a des accents du sieur Molière.
" Mais le doute m'étreint, rassérénant mon cœur. " Ah le faux cul ! Hihi

Simple et amusant, avec un dernier tercet suave de suffisance.
Je ferai la même remarque que Alexandre au sujet du quatrième vers.

Bienvenue ici.

   cervantes   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Comme mes "illustres" devanciers je ne peux que m'associer à ce concert de louanges et vous dire combien j'ai apprécié votre poème qui lorgne évidement vers nos grands classiques.
Sous l'humour, "sounage" vraisemblablement une peine et une passion élégamment décrites et distanciées.

Je suis sûr qu'il sera bien stimulant de vous lire à l'avenir. Merci

   Anonyme   
29/10/2015
les rhéteurs applaudiront quand je ne trouve rien à me mettre sous la dent.
le style est peut-être subtil, mais je ne trouve aucun relief au fond.
sans doute la manière de dire est-elle plus précieuse ici que ce qui est dit.
cela dit, je relirai votre poème pour tenter d'en tirer quelque bienfait.
à vous relire.

   Sodome   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Poème remarquable en matière du thème. On s'attaque à poncif jien poncé et on tombe dans quelque chose de sympa. j'aime bien. c'est limpide et lapidaire (?) ça respire bien. on en redemande

   Curwwod   
30/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème dans le ton des charmants badinages du XVIIIe et des jeux de mots qu'affectionnaient tant les beaux esprits de ce siècle. Dans la légèreté du ton, son ironie, on ressent tout le plaisir que l'auteur a éprouvé à composer ce bien joli texte, plaisir que l'on patage avec un sourire et avec bien du plaisir.

   margezen   
31/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Du Molière, quoique le terme " saumâtre " me gène un peu, très plaisant à lire.

   Gemini   
1/11/2015
J'aime cette facétie. J'aime l'emploi de ces mots surranés qui servent le texte (je n'en fais pas la liste, vous les reconnaîtrez). Je regrette pourtant que la forme n'ait pas été classique (je suis sur qu'un concours lancé ici vous donnerait plusieurs versions).
Enfin. Petite faute d'orthographe dans l'avatar, Gilbert. (signé un lecteur de VanVogt).

   Nemo   
29/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ah! que voilà du beau classique !
Car, n'en déplaise à Oniris, l'époque classique c'est le XVIIe siècle, c'est Malherbe, c'est Boileau, c'est Molière !
Et tout, dans ce sonnet, respire le classique : le ton, le sujet, l'humour.
Et la prosodie ? me direz-vous ? Mais, voyons, elle n'était pas alors ce qu'elle est devenue avec les Romantiques et les Parnassiens !
Bon, après cette tirade,je vais encore me faire foudroyer par les "chefs" ! Mais si vous saviez comme je m'** ****(censuré).
Je m'empresse d'aller déguster votre Armageddon.
Merci pour ce bon moment.

   Lefablio   
12/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Gilbert,
ah qu'il fait bon se pavaner, brûler les charmes et gonfler les plumes
devant votre "bel âtre"...

Merci pour l'humour (et l'esprit, sourire)
votre bellâtre malgré tout ne prends pas une ride

   MissNeko   
16/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Sublime !!!! On pourrait intégrer votre sonnet dans une pièce de théâtre classique, dans une comédie de Molière par exemple.
Tout est superbe du début à la Fin. Que de travail!
Bravo


Oniris Copyright © 2007-2018