Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
godetia : Le naufrage de l'ivronaute [Sélection GL]
 Publié le 31/08/14  -  6 commentaires  -  775 caractères  -  172 lectures    Autres textes du même auteur

Une double descente aux enfers.


Le naufrage de l'ivronaute [Sélection GL]



C’est au soir, toujours ivre,
Un douloureux devoir
Que d’ouvrir ma mémoire
À ce putain de livre.

J’y relis la passion,
Cet îlot éperdu
Aujourd’hui disparu,
Qui fut notre raison.

Et quand assez saoulé,
J’ose venir pleurer
Des larmes douces-amères,
Sur ce carré de terre
Qui depuis trop longtemps
A flétri tes vingt ans,
C’est pour m’unir à toi
Une nouvelle fois,
En ces perles d’amour
Que mon âme, velours
D’un frêle souvenir,
Verse espérant mourir.

Mais je suis toujours là,
Seul résonne le glas
De l’ode d’un cristal
Qui, à dose létale
De vin rouge carmin,
Balise le chemin
Menant mon désarroi,
Verre à verre, vers toi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
18/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup votre texte et ce qu'il dit à la mode non-Bukowski.
Le désespoir dans l'ivresse mais avec une certaine noblesse et du respect de soi, abandonné certes, mais pas haineux ni de soi, ni de l'autre ni de la terre entière comme c'est si souvent le cas dans cette thématique.
Quelques imperfections (saoulé est assez "plat" mais bon c'est vrai que dans cet état..., mon âme, velours : souvent si employé...dose létale : cela sonne comme une condamnation à mort mais la fin est superbe je trouve malgré ce mot...

   Uranie76   
19/8/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
émue. De cette vive émotion qui voile les imperfections.

Un beau poème, avec des mots simples, qui se boivent comme un verre de bon vin. Alcoolisme,deuil, amour : trois thèmes qui auraient fait produire des choses ampoulées, longues, alambiquées, pleurnichardes, engluées et gluantes..mais vous, vous y parvenez à aborder les trois d'un coup de maître, avec une puissance qui ne porte pas à mes yeux d'autre noms que poésie.

   Robot   
19/8/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ivresse du désespoir ou désespoir de l'ivresse ? En tout cas, c'est finement écrit. La simplicité de l'expression ajoute à la crédibilité des sentiments. Le dernier paragraphe exprime bien cette détresse de l'alcool qui corrompt les autres sentiments.

   Michel64   
1/9/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très beau texte, poignant et désespérant. Ce lent suicide pour retrouver enfin l'autre, trop tôt disparue, est ici dépeint de si belle manière :
"Menant mon désarroi,
Verre à verre, vers toi."
Seul l'alcool, hélas, peut encore emplir ce vide bordé "D'un frêle souvenir".

   Francis   
1/9/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La mémoire est un livre qu'on feuillette souvent le soir. Un livre, une photo, un verre dans lequel on pense retrouver des pages, des souvenirs ou la force de survivre. Le texte interpelle par la souffrance, la solitude et la lucidité de l'auteur. Vous avez réussi à transmettre ces sentiments simplement ce qui n'est guère facile !

   Myndie   
3/9/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce très beau texte, tout en retenue et en désespoir, m'a beaucoup émue.
Vous écrivez l'ivresse, mais pas la déchéance sordide, vous écrivez l'ivresse/refuge/oubli/désir de mort.
Sans vaines fioritures, vous écrivez des choses très belles:
En ces perles d’amour
"Que mon âme, velours
D’un frêle souvenir,
Verse espérant mourir."

Votre poésie frappe au cœur.
Merci pour ce beau partage


Oniris Copyright © 2007-2022