Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
gorgonzola : Les plaintes
 Publié le 15/09/08  -  6 commentaires  -  5585 caractères  -  7 lectures    Autres textes du même auteur

Dialogue entre un jeune homme et un vieillard... une leçon de vie !


Les plaintes



Qu’importe le printemps et les longs soirs d’été ;
Qu’importe la nature et cet air qu’on respire ;
Qu’importe la montagne, étalant sa beauté ;
Certains jours, c’est ainsi, se perd ce qui inspire.

Un jeune homme esseulé, ressentant tout le poids
Des maux du monde entier alourdir ses épaules,
Parcourait des sentiers que recouvrait un bois,
Concédant sa pensée à la crainte frivole.

Tandis que le soleil, juché parmi les cieux,
Éclairait son chemin et l’aveuglait de peine,
Il ne pouvait pas voir que l’épiait un vieux
Regard, ayant connu maintes et maintes scènes.

Une voix l’appela, une voix de vieillard ;
Et il se retourna afin de l’observer.
Il se tint droit, debout, affrontant ce regard,
Recelant la sagesse antique des années.


Le vieillard :
Qu’y a-t-il mon enfant ? Pourquoi cette souffrance
Que je vois envahir, un à un tous tes pas ?
Pourquoi ce regard vide ? À quoi bon cette errance ?
Jamais nul n’a perçu aussi grand désarroi.

Quel est ainsi ce mal dont le feu te consume ?
Dans quel âtre t’es-tu jeté les yeux fermés ?
Quel souffle a attisé de tes doutes la brume ?
Quel est donc cet enfer dont tu vis le foyer ?


Le jeune homme :
Mon père, ta sagesse aurait dû le comprendre ;
Toi qui vécus longtemps en ce vaste brasier.
Ne dit-on pas que l’âge est meilleur conseiller ?
Que grâce à lui l’on peut remonter des méandres,
De l’ignare jeunesse aux immenses secrets
Que la vie dévoile en petits tas de cendres ?


Le vieillard :
Mon enfant, quel malheur t’a fait perdre la route ?
Empoisonné, ton cœur ne voit plus que la nuit
Qui s’abat sur ton monde et en brise la voûte
Que tenait fermement ton tout premier répit.

Je ne te savais pas naïf au point de croire
Chacune des rumeurs que débitent les gens ;
C’est une vérité dont le prix dérisoire
Ne vaut nul sacrifice et ne fait point gagnant.

Je ne suis ni savant, ni un puits de sagesse,
Mais je peux t’affirmer, en toute humilité,
Que s’il y a une chose ainsi qui te tracasse,
Parles-en mon enfant, tu seras soulagé.


Le jeune homme :
Mon père, je suis las de ce monstre qu’est l’homme,
Fatigué de le voir, chaque jour un peu plus,
Assassiner, détruire et piller de surplus
Ses semblables, sa terre, éveillant les fantômes
D’un ignoble endormi que l’esprit a déchu
Et que seuls évoquaient les récits des péplums.
Le voilà qui revit au milieu des arômes
Du sang qui se répand des cœurs qu’on a connus.


Le vieillard :
Mon pauvre enfant, sais-tu que ce mal qui te ronge
A déjà eu raison d’un bon millier de cœurs ?
Beaucoup ont succombé à leurs sordides songes,
Pensant qu’ici et là il n’y a que l’horreur.

Mais sache, mon enfant, qu’il est dans sa nature
Que l’homme ainsi se meut en son triste caveau.
Entre vile bassesse et louable droiture,
Son cœur commet le pire et connaît le repos.

Ne te laisse aveugler par certains de leurs actes
Qui ne leur sont dictés que par leur seul orgueil ;
Parfois en oubliant qu’il a signé un pacte,
L’homme se précipite au fond de son cercueil.

Sa main construit le monde, achève des miracles,
De merveille en merveille, il bâtit le meilleur ;
Mais il est tout autant capable de débâcle,
Ses pires sentiments évoquant la noirceur.


Le jeune homme :
Mon père, c’est assez ! Je ne peux pas comprendre…
Malgré cette misère et ce sort qui est tien,
Comment ignores-tu la douleur en ton sein ?
Comment taire ce mal qui me réduit en cendre ?
Comme toi, j’ai vécu parmi ceux que je plains,
Seulement je n’ai su, de ces monstres qu’entendre
Un douloureux écho remonter des méandres
De leur cœur saccagé par leur esprit mal saint.


Le vieillard :
Mon enfant, je comprends, maintenant, ton problème :
Tes yeux sont aveuglés par l’obscure rancœur
Qui anime tout homme affligé de dilemmes ;
L’ignorance de soi enfante le malheur.

Je comprends, maintenant, la source de ta haine,
Cette fleur qui se meurt, baptisée en douleur ;
L’inconnu est son père et la peur sa marraine ;
Nul ne peut se jouer de leurs viles ardeurs.

Si un jour, par sa faute, il entretint ta peine,
Sois sage, mon enfant, dévoile ta grandeur ;
Le pardon est divin et l’erreur est humaine,
Chacun de tes oublis rapprochera vos cœurs.


Le jeune homme :
Oh, mon père ! Et l’amour, n’est-ce qu’une légende ?
A-t-il donc existé ? Est-il donc révolu,
Comme un mythe d’antan ? Car je ne l’ai connu
Et personne d’ailleurs, que nul ne s’en défende !
Mes jours comme mes nuits ne se sont dévolus
Qu’à me montrer ce mal que nos âmes se tendent.


Le vieillard :
Mon enfant, c’est ainsi ! Je ne puis rien te dire.
Si tu n’as rien trouvé, ne baisse pas le bras
Et cherche sans relâche un simple souvenir
– car j’en suis convaincu, ton âme guérira.

C’est dans ces instants-là, d’une douleur intense,
De ses doutes, ses pleurs, que l’homme apprend l’amour.
C’est quand arrive l’aube abrégeant ses souffrances
Que son humanité lui vient enfin au jour.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   leon   
15/9/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
L'an 2000 passé, j'ai du mal à comprendre qu'on emploie encore cette forme de poèsie...

   David   
16/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Gorgonzola,

ça part un peu vers le théatre avec cet échange vieillard/jeune homme. La façon dont le "jeune homme" est amené à se rendre compte que la réponse à sa question ne tient qu'à lui est assez bien amené, le vieillard a un peu un rôle de miroir comme dans certaines fables.

   Absolue   
15/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème est classé à bon escient dans la catégorie "Classique"...
Bravo pour le travail et le message de ton texte!

   Lavy   
28/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
c'est la première fois que j'admire un assez long poème... il est magnifique: forme et contenu... courage... continue...

   Anonyme   
28/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Les classiques sont magnifiques et c'est un beau "fait comme!"
C'est très personnel, mais je ne vois pas (outre la prouesse - et elle y est) à cette époque, ce qui fait avancer...
Pour la performance bravo!
L'intérêt en ce qui me concerne, bof!

   Anonyme   
11/12/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Il n'y a rien à redire sur la forme de ce poème magnifique. C'est magistralement bien écrit, mais cela ne touche pas, le dialogue est trop convenu, c'est ennuyeux à lire.

Je suis quand même aller jusqu'au bout car l'écriture mérite cet effort. Elle est vraiment remarquable. Le fond est sensé mais la formulation vieillotte, elle enlise "Les plaintes", qui finissent pas ne plus avoir de porter.

Tout de même, j'ai apprécié de lire cette plume bien élégante et habile dans un tel verbiage.


Oniris Copyright © 2007-2019