Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
hersen : Accrochée au vent
 Publié le 11/05/16  -  20 commentaires  -  1290 caractères  -  240 lectures    Autres textes du même auteur

Parce que c'est bientôt l'été…


Accrochée au vent



Arrimée à sa branche
Le pédoncule solide
Bien campée
Elle pompe, avide
Son arbre tourmenté

Mais indulgent.


Grisée
De l'humidité du levant,
Épanouie
Au soleil du Sud,
Reposée
À la fraîcheur du couchant,

Elle enrichit languissamment sa pulpe.

Grossit doucement.

Patiemment.


Il faudra encore
Bien des lunes, bien des vents,
Bien des rosées
Pour qu'un jour
Enfin à son terme,

Moelleuse à souhait
Dans la fraîcheur d'un matin doré,

Bien rondue
Bien ventrue

Elle se laisse cueillir
Sans davantage résister


Offrant le rouge de sa chair.


Mais !

Qu'il advienne qu'elle soit délaissée,
Cela arrive dans son monde,
Alors
Mollement
Elle se prélassera
Au bout de sa branche
Se balancera
Au gré futile du vent
Jusqu'à ce que,

Desséchée

Certaine de ne plus séduire

Elle reste ainsi
Accrochée au vent

Sans plus s'inquiéter de son sort,
Dans la plénitude
De sa tâche aboutie

Elle pourra alors sans fatigue
Ni souci
Finir tranquille sa vie de figue.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
23/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Mon figuier est couvert de petites ampoules vertes, qui suivront le chemin de la maturité, comme l'évoque plein d'images, votre texte savoureux .
Mais, qu'elle vienne à être oubliée au dos d'une feuille, la figue échappera à la bouche gourmande, au bec d'oiseau ; et bien vite, dénuée de charme, elle séchera au vent, finissant tranquillement sa vie .
Cette fable est charmante, mais je l'aurai bien vue, racontée par l'héroïne elle-même .

   MonsieurF   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Une bonne idée, mais des maladresses, je suis dubitatif.

L'idée du fruit qui grossit et qui est cueillit, ou non, bref qui vit sa vie de fruit est une bonne idée, je trouve. Mais le propos est parfois maladroit: "pompe, avide": se nourrit serait bien plus joli je pense.

"Dans la plénitude
De sa tâche aboutie" c'est lourd et un peu pompeux, je trouve.

"Dans la fraîcheur d'un matin doré," ça fait un peu cliché pour moi.

Bref, en l'état je n'aime pas trop, mais j'aimerai bien revoir ce texte avec un peu plus de corrections.

   bouloche   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Amusant, plaisant à lire, excitant même, d’autant plus qu’on peut y voir…un autre fruit, une certaine misère aussi…mais c’est chercher loin. c'est bien

   Lulu   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour hersen,

j'ai l'impression que vous affectionnez la nature et ce qu'elle recèle d'original dans la manière dont vous en rendez compte. Je pense au texte sur les fourmis, et à celui-là, où l'on vous retrouve observatrice...

J'ai d'abord été gênée de ne pas savoir tout au long du texte, et ce dès la première strophe, qui était ce participe passé au féminin "Arrimée à sa branche", "Bien campée"... J'ai dû m'arrêter à la première strophe pour relier un peu, mais j'étais chiffonnée par "Le pédoncule solide", qui, lui, est masculin...

Mais j'ai lu ce texte avec plaisir et apprécié, finalement, le dernier mot. Il y avait bien l'indice du "Sud", mais je n'avais pas deviné de quel fruit il pouvait s'agir.

Avec le dernier mot, vous réveillez mon côté gourmand, même si vous imaginez qu'elle puisse être "délaissée"... dans le corps du texte.

Ce que je n'ai pas trop aimé, c'est l'adverbe "languissamment". Je trouve que placer un tel adverbe dans un poème libre alourdit un peu. Et ce, d'autant plus que vous en ajoutez deux dans la foulée "doucement" et "Patiemment". Mais je comprends votre démarche. Il y a un effet d'insistance. Ma remarque est une simple affaire de goût...

Au plaisir de vous relire.

   Pimpette   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Hersen

J'aime!
la petite biographie d'une figue dans une forme libre qui épouse les phases de sa vie me plait beaucoup! Elle à d'ailleurs de la chance car, chez mes parents, elle finissait souvent par terre, écrasée, piétinée par les sales gosses de la famille..

je pique:

''Bien rondue
Bien ventrue""

trop beau!

ça aussi trobo:

""Desséchée

Certaine de ne plus séduire

Elle reste ainsi
Accrochée au vent""!!!

   Anonyme   
14/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Oui, vive l'été !
Le poème est délicat, "attendrissant", enchanteur... Les images sont là, sont ce qu'elles sont...
Il manque un peu d'action, ou d'enthousiasme, je ne sais pas trop comment exprimer ce ressenti.

Bien à vous,

Wall-E

   PIZZICATO   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ma première lecture fut rapide car j'étais curieux de découvrir de qui il est question dans cette poésie.
Nanti du renseignement, j'ai pu apprécier les images retraçant la vie de cette " figue".

J'ai également pensé (je l'avoue) à une femme
" Elle se laisse cueillir
Sans davantage résister "
" Qu'il advienne qu'elle soit délaissée "
" Certaine de ne plus séduire "

Mais revenons à ce fruit d'été, délicieux....

   Robot   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est rare qu'une seule et simple description atteigne à un vrai niveau de poésie.
Pour ce texte, c'est réussi.
La description de la vie... et de la destinée de cette petite figue est joliment racontée, avec une certaine douceur.
Je vois aussi dans ce texte une sorte de fable qui va plus loin que l'évocation de ce fruit me semble t-il.

   Pouet   
12/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr hersen,

Ah le destin d'une figue...

J'ai trouvé intéressante le fin, surprenante même car je m'attendais plus à "une figue triste et déconfite" d'avoir été "délaissée" mais il n'en est rien. Je rapproche un peu cela d'un vers de mon dernier poème publié ici: "Il a l'air soulagé de ceux qu'on abandonne" et ça me parait convenir assez bien à votre texte.

Le poème est assez descriptif et prosaïque, pour ma part il me manque un peu de métaphores ou d'images plus fortes pour complètement adhéré.

Mais j'ai aimé le thème et la comparaison (peut-être) d'une figue et d'une femme?

Au plaisir.

   Anonyme   
12/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
"Elle se prélassera Au bout de sa branche Se balancera Au gré futile du vent Jusqu'à ce que, Desséchée Certaine de ne plus séduire Elle reste ainsi Accrochée au vent Sans plus s'inquiéter de son sort, Dans la plénitude De sa tâche aboutie ". Je ne vois pas là la vie d'une figue mais plutôt celle d'une femme qui en a enfin fini de ces jeux de la séduction que nos cultures lui imposent. Elle a atteint la plénitude, sa tâche aboutie.
Je ne veux garder de ce texte que ce joli passage très zen. Le reste m'a beaucoup moins intéressé, j'ai suivi votre chemin, votre observation de la vie de ce fruit pour en découvrir, à peine cachée, cette petite perle. Parmi les feuilles séchées du chemin, un bijou naturel et brillant.
Merci pour cette balade sur une petite branche de sagesse, un peu la vôtre peut-être...
A vous relire,... avec gourmandise.

   Anonyme   
12/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Vous avez avec beauté et justesse su d'écrire le cycle de la vie, du début jusqu'à sa fin, vous nous transportez dans cet instant intense quand la vie est dans son abondance sans négliger pour autant l'aboutissement de sa vie en le soulignant de mots très forts et élégants. Beaucoup d'observation, d'attention face à la nature, tout cela avec délicatesse, les images naissantes sont sublimes.

Amoureuse de la nature, ayant jadis eu un figuier j'ai ici savouré chaque mot de ce très beau texte.

J'en retiendrai :

"Elle reste ainsi
Accrochée au vent

Sans plus s'inquiéter de son sort,
Dans la plénitude
De sa tâche aboutie

Elle pourra alors sans fatigue
Ni souci
Finir tranquille sa vie de figue"

   Anonyme   
12/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
bonjour,

j'aime l'angle de vue, l'allégorie, ainsi que l'économie de mots à l'intérieur des vers pour dire tout cela.
Une vie de figue 'accrochée au vent', attachante.
(Le titre décalé et pour moi accrocheur m'a donné envie d'en savoir plus).
Néanmoins, je trouve qu'il manque un peu de 'jus' à ce poème pour qu'il m'emporte pleinement. Le déroulé trop linéaire du texte tempère un peu mon plaisir du début de lecture.
N'empêche, cela fut pour moi une lecture agréable.
Merci.

   Absolue   
12/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime lorsqu'il y a un certain suspense dans un poème, une tension... Et c'est le cas ici! Jusqu'au bout je me suis demandée de quoi il était question... Et à la fin, on a envie de la déguster cette figue bien ventrue, pour qu'elle ne se laisse pas dessécher...
J'aime aussi beaucoup le rythme, les silences, une certaine nonchalance... Simple, juste et poétique.

   hersen   
12/5/2016

   Anonyme   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce que j’aime dans ce poème c’est le soin et le talent avec lequel l’auteure nous donne à savourer les jours qui passent, et comme chaque jour contribue un peu au mûrissement du fruit, si savoureux et sucré à la fin de ce cycle-là.

Et puis, soit, le fruit meurt brutalement en réalisant son destin de fruit à croquer ou à faire de la confiture…
Soit, il ne meurt pas de suite, mais continu sa vie en se desséchant doucement.

J’aurais une question – que je pourrais poser à mon pote le Marseillais qui fait de la super confiote de figues – mais bon, avant que j’oublie…une figue sèche peut-elle donner naissance à un figuier dans des circonstances propices (autrement dit : comment planter un figuier)  ?

À vous relire.

C.

   bolderire   
13/5/2016
Bonjour,
j'aime ce poème que le vent de la vie anime , une histoire de figue bien menée et puis les figues , je ne sais pas vous; mais moi je kiffe.
Bravo!

   Anonyme   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Ce texte m'a rappelé des vacances dans l'Hérault, et le magnifique figuier qui ombrageait et parfumait le jardin de la maison où je logeais.

J'aime la simplicité et la clarté de ces vers (j'avoue que je les aurais autant aimés rassemblés simplement dans une petite prose poétique) où je crois percevoir une ombre d'analogie destin de figue/destin de femme.

A.

   Lylah   
24/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Une bien jolie fable aussi douce que le cœur d'une figue ! Celle-ci semble de plus emplie de sagesse...
Un agréable moment de lecture.

   Anonyme   
24/5/2016
Commentaire modéré

   Chicopn34   
30/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
j'ai aimé que ce féminin se fasse désirer jusqu'à la fin du poème.

J'ai aimé également les rupture de rythme : "Mais indulgent" par exemple.

Je n'aime pas : "Elle pompe...".

   Donaldo75   
10/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen,

J'ai bien aimé ce poème subtil, aux images très bien vues, à l'humour ravageur sans donner l'air d'y toucher.

Il y a une sorte de sensualité dans cette figue, un érotisme presque buccal.

Bravo !

Merci pour la lecture,

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2018