Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
hersen : Kaoha
 Publié le 09/02/20  -  16 commentaires  -  498 caractères  -  244 lectures    Autres textes du même auteur

Être bienvenu dans ses propres souvenirs…


Kaoha



… et je reviens dans les îles

le vent m'accompagne
et me raconte
des instants
brillants comme du mica au soleil

le chant des palmes en bruissant
gonfle les voiles
trois cocotiers
saluent les voyageurs

sur les rochers que la mer frappe
poussent les rêves mouillés du soir
les feux montent
gardiens des tikis ennoblis

dans mon esprit brouillé
du souvenir
je reviens dans les îles…

kaoha nui


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gouelan   
31/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Quelques mots simples pour de courtes images.
Elles sont belles, bribes de souvenirs, comme "du mica au soleil".

Je ne connais pas les termes "tikis et kaoha nui". Termes d'un lieu, d'une île ? J'aurais aimé un lexique.

On voyage avec vos mots, légers, les voiles nous emportent, la mer frappant les rochers nous rafraîchit, les cocotiers nous offrent le repos.

   Donaldo75   
1/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Parfois, il ne faut pas beaucoup de vers pour que la poésie prenne forme, transcende la lecture et mette le lecteur en émoi. Ici, les images sont portées par les mots ; l’ensemble est fluide, presque marin et je me vois déjà dans ces iles magnifiques au parfum enchanteur.

Bravo, j’avais bien envie de sortir de la grisaille parisienne et là c’est réussi.

   eskisse   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beau poème, apaisant. On sent qu'on est les bienvenus dans ces souvenirs.
Les personnifications du vent, des cocotiers et des feux peignent une atmosphère douce et accueillante, sécurisante.

J'aime particulièrement :
" sur les rochers que la mer frappe
poussent les rêves mouillés du soir"

On sent même des réminiscences de l'invitation au voyage de Baudelaire avec : mouillés / brouillés.

Merci pour le partage

   papipoete   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour hersen
rien que de t'écrire, déjà on voyage jusqu'au portugal ! et là, sous ta plume aux talents multiples, nous débarquons aux Marquises...comme venus à la rame d'une pirogue, et les cocotiers nous saluent bien bas sous le vent, comme pour nous faire se prosterner devant les tikis de l'île.
NB autour de chez moi, point d'arbres haut-perchés, mais les miens s'agitent en tous sens, la tempête approche !
Qu'il fait bon prendre ton encre à la lettre, et porté sur les rochers que la mer frappe, fermer les yeux et se croire tout là-bas, le temps d'un poème.
c'est tout simplement écrit, mais si joliment écrit... une carte-postale avec quelques vers, il n'en faut pas plus pour rêver !
ton message sans bouteille à la mer, m'évoque un moment ancien ; quand le soir les touristes partis, assis sur un rocher de la Roque Gageac, fumant ma clope, me disant " maintenant, le village est tout à moi ! " plénitude...

   Lebarde   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Hersen

C’est simple, c’est court, c’est gai, c’est lumineux, c’est sonore, c’est délicat, c’est beau, c’est agréable à lire.
Si ce n’était pas une poésie libre pour laquelle j’ai toujours du mal à m’enthousiasmer, j’aimerai beaucoup.
Là mais à regret, je me contenterai seulement d’apprécier.

Les deux premières strophes sont bien jolies.

Merci

Lebarde

   Vincente   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
" Être bienvenu dans ses propres souvenirs… ". Belle mise en scène préliminaire !

Un titre à l'exotisme assumé, entrons donc dans ce lieu insoucieux, calé entre trois points de suspension au début et trois en final… L'espace onirique n'est décidément pas étriqué.

Le lecteur dans une démarche parallèle au narrateur va pouvoir, avec bonheur, dessiner sa propre balade, un voyage où fleurent côte à côte les images du poème et celles que lui rappellent sa propre imagerie. Ce qui est radieux dans ce poème, c'est l'endroit évoqué, espace enchanté, mais surtout le fait que l'on s'y trouve par une sorte de procuration, où le bonheur se procure… Car l'expression est sereine, limpide, impliquée, impliquante, l'on s'y sent bien et l'on est heureux de s'y laisser aller.

Tout juste une petite embrouille dans cette cohérence aboutie, ce terme "brouillé" qui dans les pas de la conscience en retour, en fin du poème, vient sous-entendre, au-delà de son étymologie première, une perturbation… oh, petite soit, mais qui m'a un peu "perturbé" dans le beau tableau… Pourquoi n'avoir pas préféré "troublé" ou "flouté", par exemple ?

J'ai particulièrement aimé cette strophe :

" le vent m'accompagne
et me raconte
des instants
brillants comme du mica au soleil
"

   Robot   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Comme tout un chacun aimerait être toujours aussi bien accueilli en se plongeant dans les souvenirs.

Ici le lecteur participe à un moment de grâce, à une vision d'une forme de bonheur ré-aperçu sous la forme suscitée par la mémoire des éléments tangibles: Vent, palme, rocher, feux.

Tour est serein, les images remontent par réminiscences.

Le final nous infuse un doute: L'esprit du souvenir est brouillé. Est-il vrai, est-il enjolivé par le rêve de ce retour à Kaoha Nui ?

   Stephane   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour hersen,

Vous nous livrez-là un poème très beau, très puissant... L'absence de ponctuation sert admirablement le poème, avec seulement trois points de suspension inscrits à bon escient. "... et je reviens dans les îles", puis, pour clôturer le tout : "je reviens dans les îles...", comme pour boucler la boucle, en quelque sorte, car la boucle des souvenirs semble sans fin, et on se laisse guider par la langueur de ces vers plus beaux les uns que les autres. Je ne saurais décrire ce que je ressens réellement, à part une douce plénitude et une pointe de nostalgie, mais cela me semble assez suffisant pour dire que j'ai véritablement été séduit par l'ensemble, une fois encore...

Merci hersen pour ce beau voyage.

Au plaisir,

Stéphane

   Luz   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen,

J'aime beaucoup.
J'apprécie de plus en plus les poèmes sans ponctuation.
Ici, chaque strophe, il me semble, donne un rythme de vagues avec un ou deux vers courts au milieu ; c'est très intéressant.
Bravo !

Luz

   apierre   
10/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème doux et agréable.Juste quelques mots bien choisis pour un voyage au long cours .J' ai particulièrement aimé ces " instants brillants comme du mica au soleil "

   Lariviere   
10/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Hersen

Avec un tel titre en phonétique au moment du lever et du café du matin, ca ne peut qu'inspirer la lecture ^^

Je ne connais pas du tout les marquises et pourtant je me suis totalement immergé dans ton texte comme si j'y étais sans jamais y être allé et sans même connaitre ; c'est juste fort d'arriver à ça ; ca repose sur les évocations, qui tapent dans le mille parfaitement, simples et rythmées magnifiquement avec l'atmosphère langoureuse de celui (ou celle) qui savoure son moment d'émotion, mais aussi de celui qui revient, cet ancien conquérant de son propre nouveau monde, qui revient donc, dans les îles de ses racines (?)...

Merci beaucoup pour cette belle lecture poétique, pour la simplicité du souffle et des mots et surtout de leurs forces de belles évocations, merci donc Hersen, de m'avoir permis de redécouvrir des pays que je ne connais pas et de me rappeler de souvenirs que je n'ai pas eu...

Ca, c'est tout un art de poète :)

Je te souhaite une bonne continuation et au plaisir de te lire !

   Michel64   
10/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen.
Un poème qui m'a fait voyager.
J'ai eu l'impression à la fin de ma lecture que vos souvenirs étaient un peu devenus les miens tant votre description est évocatrice.
Un vers de plus pour ajouter la mémoire d'une odeur et le tableau aurait été complet.

En peu de mots, mais si bien choisis vous avez su m'emporter.
Seul le mot "dans" me parait de trop :

"mon esprit brouillé
du souvenir
je reviens dans les îles…"

Merci pour ce partage.

   Lirian   
10/2/2020
Bonjour hersen,

Ma lecture fut agréable et pourtant je n'ai pas trouvé l'écriture 'hors sol'. A mon sens, trop peu d'impressions marquantes ponctuent le court poème. J'ai lu avec plaisir mais n'ai pas été littéralement transporté.
Merci à vous.

   hersen   
10/2/2020

   STEPHANIE90   
11/2/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

il est doux, ce voyage en quelques vers dans les îles. Et je voyage avec toi grâce à tes mots. Les souvenirs reviennent toujours avec des images particulières et tu as su parfaitement nous les décrire.
J'aime beaucoup ces vers :
"le chant des palmes en bruissant
gonfle les voiles"
"sur les rochers que la mer frappe
poussent les rêves mouillés du soir"
Bon retour dans les îles...
Un grand merci à toi pour le partage,
Stéphanie

   Jocelyn   
19/2/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très beau texte, simple et limpide... Des souvenirs, un rappel, des paysages... Des images qui rentrent dans la tête et qui font qu'une partie de nous reste quelque part. Un endroit où on a grandi ou où on a fait que passer... Merci beaucoup pour ce doux voyage insulaire !


Oniris Copyright © 2007-2020