Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
HND : Domination
 Publié le 24/01/18  -  8 commentaires  -  1044 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur

Poème d'amour qui décrit la fragilité et l'éphémère d'un sentiment mystérieux qui transporte, transperce, et transcende dans une illusion d'éternité.


Domination



Il dit tu me domines et je porte le monde
Dans mon éternité chancelante les secondes
Sont autant de bougies que son regard allume
Pour effacer la nuit noire de mon amertume

Dans mon éternité folle que le temps oublie
Les instants qui défilent s'arrêtent sur ma vie
Il dit tu me domines et ses mains dans mon dos
Sentent pousser les ailes de mon cœur crescendo

Il dit tu me domines mais je suis son soldat
Sa troupe son clairon son cor sa corrida
La lumière de sa vie son diamant ses carats
Il grave dans mon cœur les flammes des bougies

Il dit tu me domines mais sans lui la vie même
S'éteint et je m'étiole sans lui je ne suis rien
Qu'une enveloppe vide, qu'un jour blanc de carême
Dans mon éternité l'hiver n'a pas de fin

Il dit tu me domines ses bras recréent le monde
Dans mon corps accordé que transpercent les ondes
S'effondrent toutes les digues de mon âme en bataille
Qu'illumine lointaine la vision d'un Massaï


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
13/1/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Le choix des rimes et le non respect de la métrique devraient exclure le classement de ce texte en "classique".

Mais plus grave est l'absence de ponctuation, qui accroît les difficultés d'un texte qui, pour moi, recèle de nombreux points d'incompréhension.

Exemple. Je lis : "Il dit tu me domines et je porte le monde dans mon éternité...". Eh bien non, "Dans mon éternité...". est le début de la phrase suivante. Et le lecteur se voit obligé de recommencer sa lecture, en notant mentalement le "." absent après monde. Et cela, tout au long du texte, fatigue le lecteur qui n'a plus la force de décrypter des expressions comme :"les ailes de mon cœur crescendo" "tu me domines ses bras" "les ondes qui transpercent mon corps accordé". Ni de comprendre ce que la corrida et le
Massai viennent faire dans cette galère.

Je note pourtant un quatrième quatrain intéressant (si l'on en imagine la ponctuation et néglige le doublon "sans lui"). Et qui dénote des aptitudes à bien faire

Mais désolé, mais je n'arrive pas à identifier ce "sentiment mystérieux", et son rapport avec la domination.

Mokhtar en EL

   Provencao   
15/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Belle fragilité dans cette poésie. J'aime beaucoup cette focalisation de l'attention d'abord. Quand l'autre est là, plus rien ne compte.:" tu me domines et je porte le monde
Dans mon éternité chancelante les secondes'


Cette attention exclusive s'accompagne d'une recherche de fusion, :"S'eteint et je m'étiole sans lui je ne suis rien
Qu'une enveloppe vide, qu'un jour blanc de carême
Dans mon éternité l'hiver n'a pas de fin"



Au plaisir de vous lire
Cordialement

   hersen   
16/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Il me semble que nous sommes ici dans la place donnée à chacun dans un couple. Que dominer l'autre n'est qu'une impression et que le "dominant" est dominé, lui par le besoin de l'autre.
Elle le "domine" mais il l'engloutit dans son amour sans lequel elle ne serait qu'une "enveloppe vide".
Je trouve que c'est très beau et qu'ici le verbe dominer véhicule une idée de réciprocité.
Elle le domine ? et pourtant qui c'est qui est toute retournée dans les bras de son Massaï, hummm, qui c'est ? Le mot Massaî est ici excellent en ce qu'il dit la beauté, la fierté, le courage, tout ce qu'il transmet à sa "dominante.

"Il grave dans mon coeur la flamme des bougies"
"Pour effacer la nuit noire de mon amertume"
"sentent pousser des ailes à mon coeur crescendo"

Sur la forme, je suis très dubitative sur la non ponctuation en vers rimés. Car du coup, il n'y a aucune marge de manoeuvre. Et le rythme ici, flou, enlève à mon avis beaucoup de force au propos.
A mon avis, il aurait fallu opter soit pour une ponctuation (qui peut rester très légère) soit changer la disposition des vers. C'est un peu ce que permet souvent le libre par rapport au rimé.

Merci de cette lecture,

hersen

   bipol   
24/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour et bravo

car j'a adoré cette puissance cette douceur

votre texte devrait être mis en musique

et chanteé par un grand une grande genre Piaf ou Barbara

pour qu'il soit joué/interprété tant il est scénarisé et

vibrant d'émotion dans les paroles

je me fiche bien de savoir si ici ou là tout est bien respecté

tant il est la passion

bravo encore vous avez beaucoup à dire et à donné

   papipoete   
24/1/2018
bonjour HND
il dit qu'elle le domine, alors qu'elle est là presqu'au garde-à-vous, pour le satisfaire, et marcher ensembles ; et pourtant s'il venait à disparaître elle ne serait plus rien sans son ... Massaï
NB ce pourrait être un texte fort, et passionnant autant que touchant mais ... ( il y a bien longtemps que je n'ai pas soupiré à ce sujet : la ponctuation ? )
Dans une forme " libre " passe encore, mais là dans des vers rimés et s'approchant du décasyllabe, je ne suis pas d'accord, et je râle !
Je ne puis noter puisque assis entre 2 chaises ( qualité de l'écriture, mais nulle marque permettant de respirer, s'élancer, tenir une note, mettre le ton simplement ! )

   PIZZICATO   
24/1/2018
Comme certains commentateurs l'ont fait remarquer, le manque de ponctuation m'a beaucoup gêné. il oblige à reprendre ce que l'on vient de lire afin de cerner les phrases et le sens.
Une seule virgule pour vingt vers, c'est peu.

Malgré plusieurs lectures, ce texte n'est pas parvenu à susciter pour moi un intérêt sensible.
A vous lire une prochaine fois.

   Marie-Ange   
25/1/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Vous desservez considérablement votre écrit à ne pas avoir mis
de ponctuation. Vous lui avez enlevé toute musicalité.
Cela ressemble, ainsi présenté, à un tas de mots placé les uns
à la suite des autres. De plus, quel souffle il faut pour vous lire.
Votre poème est en cet état, comme un instrument de musique désaccordé, cela fait grincer des dents.

Tel quel, je n'ai pas pu apprécier ce que vous avez exprimé, il faut le reprendre, pour me permettre de mieux ressentir de l'émotion, vos mots s'enchevêtrent bien trop les uns à la suite des autres, c'est une lecture très pénible.

De plus ce "il dit" répétitif à la longue devient agaçant, peut-être
qu'une strophe sur deux auraient été bien suffisant.

Il faut impérativement retravailler ce poème.

   Lulu   
7/4/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

j'ai eu un peu de mal à lire ce poème du fait de l'absence de la ponctuation. C'est dommage, car on sent le travail effectué sur les vers.

J'ai toutefois pu apprécier les rimes qui rendent avec la dimension du quatrain une certaine musique au texte.

Cependant, le poème manque de fluidité. On ne saisit pas tout à la première lecture, ni complètement à la seconde, et ce n'est pas le seul fait de l'absence de ponctuation. Cela semble aussi provenir de la logique de la syntaxe qui ne semble pas aller de soi. Je pense notamment au premier quatrain, où le sens me paraît bien complexe à saisir.

En définitive, je n'ai pas trop saisi la visée de ce texte. Le titre, en rapport avec "Il dit tu me domines" ne m'éclaire pas davantage, et encore moins les mots placés en présentation du poème.


Oniris Copyright © 2007-2018