Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
i-zimbra : Voyelles
 Publié le 22/02/08  -  6 commentaires  -  1073 caractères  -  187 lectures    Autres textes du même auteur

La copie d'un lycéen


Voyelles



A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : Procure-
Moi l’impudique ivresse des parfums qu’elles cuisinent.
A, noir bitume, âcre fumée que les usines
Exhalent dans le fracas muet des cités obscures.

E, voiles clairs, caravanes, et blancheur sarrasine
Des sables tranquilles, immenses glacitudes, piqûre
Du givre. I, sang brûlant des soleils de mercure,
Pyramides incandescentes, souffle du khamsin.

U, végétal débonnaire assoiffé de sève,
Océan très secret aux splendeurs abyssales,
Chairs délicieuses de l’enfance innocente.

O, jardin bleuâcé où chavirent nos rêves,
Éther volatil où dansent des draps blanc-sale,
Héros baignés d’une aurore plastique et glaçante.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• Muet, un rien autonyme, s'est fait monosyllabe, et les e, aux trois quarts, l'ont adjectivé.
• Khamsin se prononce à l'arabe [xamsin].
• Au soupçon de perversité (vers 11) : l'auteur de cette rimbalderie avait 16 ans.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Y'a comme du Rimbaud dans l'air !! Je trouve cela pas très inspiré !...mais bon, chacun voit midi à sa porte ! Je préfère l'original !!

   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien
A la la , c'est que c'est tentant : je l'ai fait aussi !

C'est difficile de rivaliser avec l'original mais je pense que ce n'est pas ton propos....

Beaucoup de travail et de la mesure et du sonnet : a lire avec attention car même l'original reste hermétique...

Moi j'aime bien. on est pas des tous ou forcement dieux et c'est le plaisir de partager nos compositions

Bravo.

   aldenor   
22/2/2008
Si je comprends bien, tu as écris ce poème a 16 ans. C’est intéressant de découvrir l’ancêtre de l’akazedaire…
Il avait de belles envolées, lui aussi.

   David   
23/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

J'ai bien aimé les abysses océaniques associées au U-vert, et le E-blanc avec le contraste chaleur douce-gel dur. Et le A-noir m'interroge sur la date du poême, de commencer l'énumération par ce constat de pollution...

   jensairien   
25/2/2008
oui, je me méfierais moi, à la place de I-Zimbra, on commence par faire du Rimbaud et on finit marchand d’armes.

   Anonyme   
30/12/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour i-zimbra

Quelle mouche vous a piqué de vouloir composer un "remake" du sonnet de Rimbaud ?
Car il ne s'agit pas d'un pastiche (il n'y a rien là de comique)
tout au plus d'une variante pour le moins palichonne.


Oniris Copyright © 2007-2020