Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Aux mots brûlés
 Publié le 22/02/08  -  10 commentaires  -  1600 caractères  -  51 lectures    Autres textes du même auteur

Un cauchemar imaginé sur les écrits vains.


Aux mots brûlés



C'est une petite ruelle,
Serpente à flanc de colline,
À Madrid ou à Bruxelles,
Une librairie argentine

S'y tient entre des murs peints,
Et rien n'est droit alentour,
Cette échoppe d'un Italien,
Semble oubliée pour toujours.

Dans une lueur vacillante,
Un silence jamais entier,
Sont rangées ces feuilles volantes
Par milliards dans des casiers.

En longeant les étagères,
S'échappent des mots manuscrits :
Des "je t'aime", "je fais la guerre",
Aux pages cornées sont inscrits.

Plus de langues que d'êtres humains,
Des caractères d'imprimerie
Plus nombreux que des marins
Morts en mer de dysenterie.

Tous les alphabets du monde,
Plus incompris qu'une Joconde,
Classées par ce qui avorte,
S'y retrouvent des lettres mortes :

Des mots d'adieux, des excuses,
Des fins de non-recevoir,
De l'importun, des intruses,
Des mots trop durs ou trop noirs ;

Des carnets d'correspondance,
Brûlés par des cancres las,
Des suppliques aux assurances,
Des courriers pour l'au-delà ;

Il y a des demandes de grâce,
Des "j'espère que tu vas bien",
Des "je t'aime et je t'embrasse",
Le rayon - trop tard - est plein...

Le vieil italien rit jaune,
Et bouscule son apprenti,
Ses chicots offrent l'aumône,
D'un sourire plein de folie !

À Madrid ou à Bruxelles,
J'ai dévalé la colline,
Me jetant dans ces ruelles,
Pour fuir ce qui m'abomine.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J’ai lu ce poème avec beaucoup de plaisir.

Une idée géniale, bien traitée, sur un rythme ma foi, agréable et mélodieux.

Cependant, le poème aurait demandé un peu plus de travaille, je crois.

Mais je te dis néanmoins bravo !!! Le résultats est fort acceptable.

   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Moi j'aime beaucoup le vers "Plus nombreux que des marins
morts en mer de dysenterie".

Je trouve l'idée très bonne et la réalisation aussi...

Pour moi trop de travail justement écrase la poésie, ce n'est
que mon avis... Les premiers jets sont souvent les meilleurs.
Enfin c'est comme ça que moi je travaille alors je ne te dirai
pas de la retoucher, ce serait sacrilège...

Non une ambiance très agréable, des mots chantants....

Client.

   clementine   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Oui, c'est ça, une ambiance, c'est ce que ton poème arrive à créer.
Et cette ambiance me plait infiniment.
Quelques vers sont très beaux:
"Plus nombreux que des marins
Morts en mer de dysenterie."
"Classées par ce qui avorte,
S'y retrouvent des lettres mortes :"
Et j'ai préféré le 9 ième quatrain.
Merci et bravo.

   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien aussi, ça donne envie de foutre le camp !!....pour la vie.

   james   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé. Il y a une originalité certaine, un investissement de l'auteur. Ecrit sortant d'un ordinaire que l'on rencontre un peu trop souvent. Bravo

   nico84   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai peut être été moins sensible à tes mots car j'ai moins accroché. Je reconnais tout de même de trés beaux vers, une belle histoire mais je ne suis pas emballé.

Il me manquequelque chose, mais je ne saurais dire quoi.
Mais, cela reste subjectif et la majorité a apprecié, donc je te félicite pour cette création.

   Anonyme   
23/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour !

Une impression étrange de connaître cet endroit, mais il ne se trouve ni à Madrid ni à Bruxelles ! Il se trouve à deux pas de chez moi et l'atmosphère y est la même... Je m'y sens bien, tout comme je me suis sentie bien sur ce texte (sauf pour les carnets de correspondance ! grrr et rire). Merci pour cet agréable instant de lecture et pour votre (ton ?) commentaire d'encouragement.

   David   
24/2/2008
Merci pour vos commentaires !

C'est à la fois un travail et l'inspiration d'un moment, L'idée d'une librairie et d'un cauchemar m'est venue dans l'écriture et m'a permis de rassembler des idées qui se perdaient dans d'autres poêmes moins aboutis, c'est le fruit d'une succession d'écrits.

   daphlanote   
4/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Beaucoup de plaisir, oui. Pas de commentaire constructif aujourd'hui ^^.

Non, sérieusement, ce texte en musique, ce serait pas mal. Je le vois plus comme nue chanson. Il y a un rythme sous ces vers qui plait, entraîne et nous amène sans difficulté jusqu'à la fin du poème. C'est un plaisir.

   Anonyme   
7/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me permets de remonter à l'origine du mal. (je plaisante bien évidemment, "mal" n'ayant aucun rapport avec ton écriture).

C'est curieux, je suis tellement habitué à des sonnets souvent inouïs dans la musicalité, et surtout dans le sens et là je tombe sur un texte dénué de tout ce que j'ai pu lire de toi.

Et j'aime vraiment ce poème où règne d'emblée un flou des lieux. Madrid/Bruxelles.

Et puis il est question ici d'une librairie improbable et surement pas mentionnée dans les guides touristiques. Seul le hasard semble nous y amener, ou peut-être même une sorte de 6ème sens.
Une espèce de caverne où des livres (sans doute poussiéreux) de tous langages sont amassés ici. Et puis au fil des recherches le narrateurs semble trouver des livres plus ou moins curieux (que l'on peut trouver en creusant bien (pendant au moins une journée) ) des livres aux thèmes que l'on n' aurait jamais imaginé. "Des carnets d'correspondance/brûlés par des cancres las".
Bref un fourre-tout littéraire.
J'adore "le rayon - trop tard - est plein. Je ne sais pas pourquoi mais au fond de moi ce vers me parle.

Ce texte me permet de me rendre compte que tu as su aller plus loin dans tes recherches poétiques. Tu as su évoluer vers d'autres modes (beaucoup) moins conformistes (qui plaisent ou pas). Mais j'aime ton idée d'évolution. C'est bien.


Oniris Copyright © 2007-2018