Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : La nuit aux heures lentes
 Publié le 22/02/08  -  4 commentaires  -  804 caractères  -  36 lectures    Autres textes du même auteur

Des nuits qui s'étirent avant de voir blanchir l'aube et chasser la dame à la faux.


La nuit aux heures lentes



J’ai vainement fermé les yeux et repousse
Mes pensées angoissées, à mon esprit rivées,
Mais ces images, que la peur éclabousse,
Des yeux de ma mère, ne peux m’en délivrer.

Je me souviens de cette nuit où le pire
A soudain fait irruption et a suspendu
En un instant mon sommeil guettant son inspir
Car son souffle rauque d’un coup s’était perdu

La nuit aux heures lentes j’évoque la plaine
Et refaisons les ballades jusqu’aux coteaux
Je la fais boire à l’onde de la fontaine
Où avec mon père jadis ils puisaient l’eau

Je vois maintenant sa peau qui se dessèche
Dans sa folie elle ne sait plus que prier Dieu
Ses prières anciennes récitées à la crèche
Sont intactes mais nos prénoms ne les sait plus.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
TITEFEE, toujours ce magnifique hommage à ta maman, que dire
de plus? Très émouvant.

   nico84   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oui, bel hommage, et quelle douleur, quelle torture quotidienne que même la nuit ne peut chasser, tu es forte, tiens bon, on pense fort à toi.

Ta maman peut être fiére d'avoir une fille comme toi, aussi bienveillante.

Est ce pour cette raison que tu écris la nuit, pour te libérer de cette voix qui te réveille ?

Bravo en tout cas, je t'admire.

   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que d’émotions ! Tu me laisses presque sans mots.

« Mais ces images, que la peur éclabousse, »
« Des yeux de ma mère, ne peux m’en délivrer. »

Ces deux vers à eux seuls, me bouleversent.

Depuis quelques mois, je ne fais plus que penser, et écrire quand j’en ai l’inspiration. Ce sont là mes seules occupations. J’occuperai donc ce temps pour avoir de bonnes pensées pour toi et surtout pour ta maman, en espérant que la peur la quitte et qu’elle revoit la lumière avant son trépas.

   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Alors moi je trouve ça beau, émouvant, mais le dernier vers j'ai rien compris !!! Suis-je normal ?!


Oniris Copyright © 2007-2019